THE WHITE STRIPES – Icky Thump They did it again…

(XL 2007)

Définitivement (?) exilé de Detroit, le duo le plus talentueux et le plus prolifique de la scène contemporaine livre son sixième album en dix ans d’existence. Depuis les premiers enregistrements du groupe, le son des White Stripes a pris une ampleur suffisante pour quitter la sphère garage-rock et faire de ce duo un groupe incontournable dont les disques parviennent à allier démarche artistique personnelle et succès commercial.

Sur ce nouvel album, le son s’est encore étoffé – les White Stripes : sur le premier morceau (« Icky Thump », déjà sorti en single), le riff de guitare, d’une ampleur impressionnante, rappelle les meilleurs de Black Sabbath. La rythmique lourde laisse la place à des solos de guitare aberrants : violents, déstructurés et minimalistes, ils démontrent qu’avant d’être un grand technicien, Jack White est surtout un guitariste efficace, qui joue la note qui va d’abord surprendre, puis devenir une évidence. Le disque oscille entre des morceaux qui restent dans le style du groupe (des compositions simples et terriblement efficaces) et d’autres morceaux, qui s’aventurent dans des territoires inexplorés et où l’on retrouve parfois cornemuse ou trompette. Les morceaux « Conquest » (la seule reprise de l’album) et « St Andrew » sont les deux surprises du disque : sur le premier, un trompettiste se retrouve au milieu des White Stripes pour des envolées inattendues, auxquelles répondent des chœurs ambitieux et une fuzz survoltée. Sur « St. Andrew », c’est une cornemuse qui rejoint le groupe pour un morceau qui semble à des années-lumière de « Jimmy The Exploder », « Fell In Love With A Girl » et « 7 Nation Army ». D’autres morceaux (« Bone Broke », « Little Cream Soda », « Rag and Bone » et « Catch Hell Blues ») ressemblent davantage aux “classiques”  du groupe : un riff de guitare efficace, une rythmique simple, un chant à la limite de la rupture… Les amateurs apprécieront. 

Les autres pistes de cet album sont également excellentes: « You Don’t Know What Love Is (You Just Do What You’re Told) » et  « A Martyr For My Love For You » confirment l’insolente capacité de Jack White à composer des ballades intouchables. La deuxième piste du disque (« 300 mph Torrential Outpour Blues ») est une chanson construite de façon élégante, jusqu’à l’arrivée d’un solo impromptu de quelques secondes : ce morceau extraordinaire alterne les passages calmes et de violentes explosions saturées, et le groupe fait preuve d’une immense maîtrise dans l’écriture et dans la réalisation de cette chanson. Icky Thump propose d’autres chefs-d’œuvre, comme « I’m Slowly Turning Into You », qui commence par quelques notes jouées à l’orgue avant de s’envoler avec des solos de guitare déments et un refrain qui ne laissera indifférent personne. « Effect & Cause », le dernier morceau du disque, confirme l’impression de facilité donnée par le groupe d’un album à un autre. 

Depuis 1999 et la sortie du premier album des White Stripes (mais aussi celle de Whatcha Doin’ de The GO), le guitariste/chanteur/compositeur Jack White construit une discographie sans équivalent à notre époque ; la sortie du second album des Raconteurs est prévue pour 2008, et on parle déjà d’une tournée qui réunirait Raconteurs (en 1re partie) et White Stripes (en tête d’affiche). A suivre avec attention…

 

 

Liste des chansons :

1. Icky Thump *
2. You don’t know what love is (you just do what you’re told) *
3. 300mph torrential outpour blues
4. Conquest
5. Bone Broke *
6. Prickly thorn, but sweetly worn
7. St. Andrew (this battle is in the air)
8. Little Cream Soda
9. Rag and Bone *
10. I’m slowly turning into you *
11. A Martyr for my love for you
12. Catch Hell Blues *
13. Effect & Cause

 

Vidéo :

« Icky Thump »

 

Vinyle :

The White Stripes - Icky Thump

Rémi

Rédacteur amiral, plombier polonais, dépoussiéreur d'étagères, objectivité totale.

9 Comments

  1. C’est bête à dire mais je n’aime vraiment les White Stripes que quand ils font du pur White Stripes : du blues matiné de garage crasseux. Autant dire qu’Icky Thump – la chanson – m’a laissée de marbre. Par contre, je vais de ce pas me réécouter "Catch hell blues" et "A martyr for my love for you".
     PS : En Roumanie ? Zut, et moi qui croyais détenir le monopole du trou perdu avec Mulhouse la magnifique !

  2. Bon, OK, OK, quand j’ai vu cette video d’"Icky Thump" j’ai pensé "Ouah, la classe…". Puis j’ai rajouté avec une mauvaise foi évidente "Dommage que je n’aime pas la chanson."

    Sinon, pour Mulhouse, j’aime beaucoup l’image de la verrue : il faut dire que le passe-temps de tous les Alsaciens non mulhousiens (dont je fais partie) est de taper allègrement sur Mulhouse. C’est tellement facile aussi. Cela dit, la ville a quand même un avantage de taille : il y a plein d’endroits bien autour.

    Sinon, je respecte également Rémi pour son panache. J’ai quelques collègues roumains et bulgares. Ce sont des gens adorables et ils vénèrent tous Queen …
    (allez, comme je ne veux pas être effrayante : une de mes rares collègues à connaitre Air est roumaine. Comme quoi, nul n’est prophète en son pays.)

  3. Perso, c’est le contraire pour moi, plus les WS quittent leur terres d’origines (garage bluesy) pour la pop, plus ils me séduisent…
    Cet album n’est pas le meilleur (je pense que c’est l’avant dernier « Get behind me Satan » qui rafle la mise) mais il n’en est pas loin.
    Oublions Detroit, le garage, les jalousies, les tics de star de Jack W et fermons les yeux… Pas de doute, celui-ci est un GRAND DISQUE.
    Les Raconteurs peuvent aller se rhabiller…

  4. Je vais faire mon chiant, mais le duo le plus talentueux et le plus prolifique de la scène contemporaine, c’est quand même OUTKAST 😉

    Sinon, ce dernier WS est bien bon, c’est vrai!

     

    SysTooL

Laisser un commentaire