SONIC CHICKEN 4 – Sonic Chicken 4

Le renouveau du rock français ?

(In the Red; 2007)

Premièrement, désolé pour ce titre mensonger : le rock français n’est pas à renouveler, il est à inventer. Quoi qu’il en soit, les Sonic Chicken 4 ne se posent pas la question, mais livrent en douze pistes un échantillon convaincant de leur production, pied au plancher et sans se retourner. Après un passage indispensable sur le site de In The Red Records, il y a quelques mois, PlanetGong a commencé à s’intéresser au cas des Sonic Chicken 4, aussi intrigué par l’aberration patronymique que par le fait qu’ils étaient originaires de Perpignan1.

Le groupe livre donc quelques bons morceaux de garage-rock festif, aux guitares saturées, à chanter saoul dans la rue (c’est un exemple). Dès le premier morceau, « Sexiest », où l’influence du Velvet est évidente, le groupe montre de quoi il est capable : boucle de basse hypnotique, guitare cinglante, batterie efficace… La chanson est excellente, et l’arrivée de l’orgue parachève l’ensemble de façon magistrale. A partir de cette première chanson, le rythme et la qualité ne diminuent quasiment jamais, ce qui conduit au final à un excellent album de garage-rock. La parenté avec les Black Lips semble évidente sur des morceaux comme « Stupid and cryin’» et « Creature in a picture » ; le premier consistant en une minute quarante de chœurs joyeux et dynamiques sur des riffs percutants, et le second en un morceau proche de la perfection, avec riffs et solos de guitares aberrants, orgue traumatisant, batterie impeccable et chant efficace, le tout éclatant de maîtrise.

A la troisième chanson, et avec le clin d’œil à Bo Diddley sur « Margharita », appuyé par un harmonica du meilleur effet, il devient clair que les Sonic Chicken 4 sont un des groupes français les plus excitants. Les autres morceaux ne déçoivent pas : « Do it alright » et sa construction rythmique syncopée, « Girl 66 » au chant et au jeu de guitare réjouissants, mais aussi « I had too much to drink (last night)» (oui, la France est le pays du jeu de mot foireux 2). Ce premier album possède aussi la jolie chanson pop qui met tout le monde d’accord : « Shalalalalove », une morceau qui montre à tous que le talent des Sonic Chicken 4 est plus que prometteur. Le disque s’achève sur « Cool song », duo chanté, accompagné principalement au banjo, aux paroles imparables : « I’m singing that song / I’m singin that song / I’m singing that song and it makes me cool… » On adore.

A noter : une raison de plus d’acheter ce disque : Comme c’est parfois le cas depuis quelques temps, le CD de l’album (« for the car », selon la page myspace du groupe) est offert à l’intérieur du vinyle ; un procédé que l’on se doit d’encourager.

 

 

Liste des chansons :

  1. Sexiest *
  2. Stupid and cryin’
  3. Margharita
  4. On my way *
  5. Do it alright *
  6. Only lose
  7. Shalalalalove *
  8. Girl 66 *
  9. I had too much to drink (last night)
  10. Creature in a picture *
  11. Right side of woman
  12. Cool song *

Ecoutez les Sonic Chicken 4 sur leur Myspace : http://www.myspace.com/sonicchicken4

 

Vidéo :

« Only Lose » :

 

Vinyle :

Sonic Chicken 4

 


1 Pour ceux qui se poseraient la question, si la critique de l’album ne sort que maintenant, c’est parce qu’à PlanetGong, comme vous l’aurez sans doute remarqué, on n’est pas des bourreaux de travail (voire même, on est des branquignols). Merci.

2 Note à l’usage des incultes et autres étudiants : le titre de ce morceau est une référence délicate à une chanson des Electric Prunes, « I had too much to dream last night ».

Laisser un commentaire