KINGS OF LEON – Only By The Night Wasted Time

(RCA 2008)

L’histoire des Kings Of Leon est née d’un malentendu, d’une entourloupe serait-on tenté d’écrire. On nous a fait croire en 2003 qu’on avait affaire aux fils rebelles d’un prêtre pentecôtiste, on s’est fait rouler. Plus les albums s’empilent, plus les Followill se révèlent comme 4 jeunes gens pieux et propres sur eux. Après des débuts marqués par une certaine débauche et un certain esprit rock’n’roll, ils ont radicalement changé de style de vie, vivent en famille quand ils partent en tournée (en tout confort, avec leurs femmes) et laissent depuis peu entrevoir l’étendue de leur foi dans leurs interviews. Evidemment les KOL ne sont pas un groupe de christian rock et on ne saurait qualifier leur œuvre de prosélyte. Leur objectif revendiqué demeure tout autre : les Kings of Leon veulent être énormes, ils gèrent leur carrière pour mieux atteindre les sommets, leur objectif assumé est de devenir le plus grand groupe du monde. Dès lors, pas de surprise à constater qu’au fil des albums leur musique s’est banalisée et considérablement polie. Leur rock s’est aseptisé au point de les placer aujourd’hui au rang des groupes consensuels qui préfèrent les stades sans âme aux petites salles enfumées (s’il en existe encore…).

Only By The Night devrait leur permettre d’atteindre rapidement leur but tant la musique y est taillée pour les masses : elle est remarquablement inoffensive et prévisible. On y trouve un Caleb Followill plus pleurnichard que jamais qui, semble-t-il inspiré par Thom Yorke, joue le registre de l’émotion à fond tandis que le groupe bâtit derrière lui un mur du son gonflé aux amphétamines (« Use Somebody », « Closer », « Manhattan »). Sur certains morceaux, le groupe réussit néanmoins à tirer son épingle du jeu, lorsqu’il prend des risques sur le son ou qu’il se montre enfin capable de pondre une mélodie (comme « The Crawl » pour sa ligne de basse baveuse et son refrain plaintif, seul morceau qui reste en tête après la dizaine d’écoutes nécessaire à toute critique). De très loin le pire album du groupe, Only By The Night est un néant de 45 minutes dont on a du mal à cerner le sens. Qu’y a-t-il d’appréciable dans cet exercice pompeux et pompant ?

Petit à petit, une véritable cohérence se dessine dans l’oeuvre des Kings Of Leon, celle d’un groupe de classic-rock commercial. On porterait sans doute moins d’intérêt pour eux s’ils avaient commencé leur histoire dès Aha-Shake Heart Break ou Because Of The Times. En 2008, Youth & Young Manhood apparaît comme une aberration dans leur discographie. A sa sortie, comme aujourd’hui d’ailleurs, on l’avait trouvé fulgurant, exceptionnel de classe sudiste. Les Kings Of Leon le renient aujourd’hui, et le considèrent comme une erreur de jeunesse. Il est triste de voir un groupe renier ses racines folk et country par appât du succès commercial.

 

 

Tracklisting :

1. Closer
2. Crawl  *
3. Sex On Fire
4. Use Somebody
5. Manhattan
6. Revelry
7. 17
8. Notion
9. I Want You
10. Be Somebody
11. Cold Desert

 

Eric

Rédacteur en chef, webmonstre, tête de veau, suiveur de modes, mauvaise foi.

17 Comments

  1. Peut on vraiment leur reprocher de vouloir devenir énorme?Franchement je ne pense pas,c’est plus ou moins le but ultime de chaque groupe…ce qui me démoralise le plus c’est de me dire qu’on risque bien de les voir au Grand Journal ou de les entendre sur RTL2 (ce qui n’est pas un mal en soi mais bon c’est pour le principe…)alors que YAYM est resté franchement inaperçu (à part dans les microcosmes « spécialisés »)…
    Voilou,à part ça excellent site!
    Par contre ou as-tu lu/vu/entendu qu’ils reniaient YAYM?

  2. Hi !
    Je viens de passer deux ou trois minutes à chercher ce que pouvait bien signifier YAYM, un magazine, un nouveau parti, une marque de lessive…cela m’apprendra à lire en diagonale..lol
    Et dire que cet album ..le fameux YAYM figure dans ma discotèque..un album à faire dédicacer par le chef du gang , non pas des canards..mais des cathos en visite dans notre contrée, alors !..
    Sorry mais c’est dimanche aujourd’hui ;o)

  3. Ouaip,j’aurais du nuancer mes propos 😉
    Ce que je voulais dire en fait,était que chaque groupe avait plus ou moins pour ambition de vivre de leur art,et pour vivre de ton art,c’est bien malheureux mais ça veut dire (dans l’absolu)plaire au plus grand nombre…et par « artiste reconnu » tu entends  être encensé par NME?aha…blague à part,je pense qu’il y a quand même très très peu de groupe qui ont reussi à devenir des artistes reconnus sans perdre leur « intégrité musicale »(ma culture musicale est pas super étoffée mais à part les White Stripes,j’en vois pas lourd…)
    J’adore les Dirtbombs,Go,Black Lips etc…mais il faut bien reconnaitre qu’ils ne sont pas reconnus au sens très large tu terme (à part toujours par un cercle très fermé de connoisseurs avertis) et à cause de ça,on risque pas de les voir en France de si tôt et c’est ça qui est vachement balot!
    p.s:je tiens quand même à préciser que j’ai pas du tout aimé Only By The Night et que je ne cherche absolument pas à le defendre,c’est juste beaucoup d’amertume chez quelqu’un qui adore(ait) les KOL 😉

  4. @Jasper : Les Dirtbombs étaient en France en Juin et les Black Lips y seront, avec Mark Sultan qui plus est, dans moins d’une semaine… non, franchement on n’a pas à se plaindre.

    De cet album je n’ai écouté que Crawl, qui était dispo en téléchargement libre il y a quelques temps, et que j’ai trouvé assez chiant personnellement. Si c’est le sommet de l’album, gloups.

  5. En même temps les disques du mois dans R&F c’est plus ce que c’était… Quoique le mois dernier c’était les Rascals… ce qui me fait dire que la bête est toujours pas morte! :-))

    Pour revenir au KOL j’ai pas eu le tps de me plonger dedans mais vos commentaires me font un peu peur…

    Je précise aussi que les Black Lips passe pour la deuxième fois dans l’année, ils sont venus en Avril : concert dantesque! Tout comme les Dirtbombs!

    PS : Et Les Lords Of Altamont ça dépotait pas mal mardi soir!

  6. Je n’aime pas du tout…
    En tout cas c’est bizarre, à part quelques groupes à part tel que the go, the sonics, mgmt, yeah yeah yeahs, black lips… les groupes américians ont vraiment du mal à passer pour moi

  7. Franchement déçu voire horrifé par le son de cet album… C’est sans relief, et on ne sent pas une once de rock’n roll, vraiment déçu
    A vrai dire j’avais pas mal accroché leur changement d’un style rock’n roll sudiste à un style très influencé par la new wawe (même si mon préféré reste YAYM).
    C’est moche de voir ce que l’argent et l’appât de gain peuvent faire à la musique…

  8. En fait je trouve pas ça intéressant de lire des commentaires qui disent la même chose que l’article dont il est question!

    Personne a un avis contraire à tous ceux ci-dessus?

  9. Je veux bien te donner un avis, qui à défaut d’être contraire, sera nuancé.

    Cet album me laisse froncièrement indifférent.
    J’ai au départ essayer de me lancer dans cet album, essayer de ne pas me laisser influencer ni par les avis divers, ou les charts anglo-saxonne…
    Alors oui, j’ai réussi à l’écouter 2 fois sur mon PC… puis je l’ai acheté, principalement car la chanson crawl me plaisait, et parce que je voulais savoir ce qui se cachait dérrière ces ventes mirobolantes outre-manche, et car je me disait qu’avec un vrai ensemble, je pouvais espérer avoir une vrai présence, des basses omnubilantes et pourquoi un album plaisant (on ne sait jamais!)

    Mais non, ça ne passe pas, en une expression mon avis est résumé: « Je me fais chier! »
    Et là les adjectifs sont nombreux pour décrire leur album: insipide, plat, ennuyeux… La plupart sont déja utilisés au dessus.

    Il est vrai que quand je lis les commentaires ci dessus, c’est parfois un peu dur, cela s’explique par deux choses: l’envie de rabaisser ce groupe, car KOL est le groupe typique, légérement ignoré lors de leur 2 premiers albums absolument géniaux!! Et qui à la sortie de leur 3ème album (dans la veine de ce 4ème) éclate à la face du monde…
    Cette dureté avec cette album est proportionnelle à la deception que nous avons vécu, à savoir que le KOL des 2 premiers albums est bien mort…

    Si tu veux des avis positifs, regarde sur certains site anglo-saxon, qui éléve cet album auprès des plus grand, ça fait mal aux fesses de lire ça

  10.  » Personne a un avis contraire à tous ceux ci-dessus? »

    Euh… l’album des Dandy Warhols est très bon (faudrais que j’écoute les Vivian Girls pour comparer…). niark-niark ! XD (pas écouté les KOL que je n’aime pas a priori…)

  11. Merci! Enfin! La première fois que j’ai entendu Sex on Fire, j’ai cru vomir mais ce n’était rien comparé au moment ou j’ai appris que les auteurs de cette daube étaient également ceux de
    l’excellent Youth and Young Manhood. Enfin bon, comme plein de groupe, ils ont vendu leur âme au diable – symbole tragique de cette déchance: les barbes foisonnantes qui se muent en boucs proprets.
    Triste.

Laisser un commentaire