SEASICK STEVE – I Started Out With Nothing And I Still Got Most Of It Left Indispensable curiosité

(Warner 2008)

Depuis quelque temps, le nom de Seasick Steve revient régulièrement dans la presse musicale spécialisée[1]. De sa vie, on a lu et entendu tout ce qu’il est possible d’imaginer sur un bluesman des années 1930 ; depuis sa vie de clochard (ou plutôt de hobo, le terme étant sans doute moins péjoratif) entrecoupée de petits boulots, de son mariage il y a vingt-sept ans et de ses cinquante-neuf déménagements depuis le début de sa vie de couple « that’s me, being settled », « before, I never stuck around one place my whole life »[2]. De sa voix chaude et profonde, l’homme semble avoir des choses à dire ; et ceux qui veulent l’écouter sont les bienvenus.

Certains ont comparé le succès soudain de Seasick Steve à un effet de bonne conscience des critiques musicaux : il est sûr que le fait de rencontrer à notre époque un musicien itinérant qui joue des ballades désabusées sur sa guitare a fait fantasmer plus d’un amateur de Blues. Baste, laissons là ce chapitre, je dirais certaines choses… Concentrons-nous plutôt sur ce qui nous intéresse vraiment : la musique enregistrée par Seasick Steve. En effet, Au-delà de ce décorum de façade, il faut écouter ce disque pour l’extraordinaire qualité des morceaux qu’il contient.

Le premier élément marquant est sans conteste la voix de Seasick Steve : une voix basse, rocailleuse, qui peut se montrer âpre et tendue aussi bien que chaleureuse. Au fil de ce disque, sa voix s’impose comme une évidence (notamment sur les nombreux passages parlés), et rappelle souvent celles de Mark Lanegan et de Tom Waits. Refusant l’étiquette de bluesman – il préfère, le terme, moins restrictif, de storyteller, Seasick Steve fait preuve d’un talent certain dans les différents registres qu’il explore sur ce disque : « Walkin’ Man », est une franche réussite. Dans cette ballade acoustique (qui confine à l’exercice de style), le guitariste/chanteur est tout simplement intouchable. Dans le style blues-rock (finalement assez proche des prodigieux Soledad Brothers), il se montre également à son avantage : « Thunderbird » est un morceau immédiat, qui devrait consoler un peu les admirateurs de l’ancien groupe de Johnny Walker.

Que ce soit sur « Happy Man », une chanson aux accents gospel, ou sur « Prospect Lane », qui tend vers la country, Seasick Steve est aussi pertinent : la guitare mène clairement le rythme sur tous les morceaux, sans fioritures et efficacement. La plupart des morceaux du disque sont très bons, « Just like a King », co-écrit avec Nick Cave (et joué avec l’ensemble de Grinderman) est excellent, et « Thunderbird » possède à coup sûr la meilleure intro de l’année : « If you want to sing a song about drinking wine, you should drink some wine…» Sorti de l’anonymat par un hasard inexpliqué, Seasick Steve est un artiste à suivre, et I Started out with nothing (…) un des disques essentiels de l’année. 

 

 

Liste des chansons :

  1. I started out with nothing…*
  2. Walkin’ man *
  3. Saint Louis Slim
  4. Happy Man *
  5. Prospect Lane
  6. Thunderbird *
  7. Fly by night
  8. Just like a King * (Seasick Steve/Nick Cave)
  9. One true
  10. Chiggers *
  11. My youth 

Pour écouter Seasick Steve : www.myspace.com/seasicksteve

 


[1] Bon, pour être honnête, il faut reconnaître que le nom de Seasick Steve ne revient pas si fréquemment que cela… En Grande-Bretagne, il a connu un succès important à l’été 2008, et des critiques diverses sont parues dans la presse anglaise (élogieuse pour Mojo, incendiaire pour le NME).
[2] Interview accordée pour l’émission du Guardian, « Music Weekly », du 3 octobre 2008.

Rémi

Rédacteur amiral, plombier polonais, dépoussiéreur d'étagères, objectivité totale.

6 Comments

  1. C’est marrant de lire ça après ce qu’on pourrait appeler « l’affaire NME ». 2/10 et un article d’une agressivité incroyable (où c’est vrai on ne parle absolument de musique), c’était presque marrant à suivre. En tout cas, entre ces deux articles, l’envie me prend de vouloir écouter ce qu’il en est.

  2. Mdr, l’article d’NME! XD J’ai essayé d’écouter… moueh, pourquoi pas… Le journaliste est un peu dur, mais n’a pas complètement tort, sachant que ce n’est qu’opinion. Je vais aller m’écouter un peu de Joe Bonamassa pour oublier ça (Seasick Steve)… 😛

  3. Ben franchement, j’ai trouvé ça plutôt bon, très loin de ce que je pouvais m’imaginer. Encore deux ou trois écoutes et je crois même que je vais vraiment accrocher.

  4. Découvert sur TRACKS, j’avais bien aimé…
    Mais depuis que mon guitariste s’y est mis, je découvre certaines subtilités du bonhomme..

    J’ai jamais aimé le NME, alors bon, on m’en voudra pas de ne pas lire cet article…

Laisser un commentaire