THE VINES – Winning Days Qui écoutera encore cet album dans dix ans?

(Capitol 2004)

Winning Days n’est pas seulement décevant, il révèle un groupe en grande difficulté. La rumeur voulait que Craig Nicholls ait écrit 400 chansons, on retrouve ici des faces b retravaillées qu’on connaissait depuis longtemps (comme « Sun Child » par exemple) et des morceaux globalement moins bons que ceux du premier album… Pourtant l’excellent « Ride » – premier single issu de Winning Days – lance l’album de façon idéale, suivi d’un « Animal Machine » enragé. Placé en troisième position « TV Pro », exemple de chanson pop parfaite, emballe puis… c’est la déconfiture.

Une succession de chansons médiocres et molles du genou rend l’album soporifique. La ballade « Autumn Shade II » ne vaut pas son homologue d’Highly Evolved, « Evil Town » tourne en rond, « Winning Days » s’écoute en baillant (étrange choix de single quand même), on ne parlera pas de « She’s Got Something To Say To Me », « Rainfall » et « Amnesia » qui donnent dans la soupe F.M…. Lorsque « Sunchild » arrive on dort profondément. Arrive alors « F.T.W. » (Fuck The World), ultime morceau et grosse claque dans la gueule. L’album s’achève comme il a commencé, par un morceau de classe où les Vines nous rappellent qu’ils sont un grand groupe. Gâchis.

Que s’est il passé depuis? On a appris que Craig Nicholls est atteint d’une forme d’autisme et qu’on ne verra certainement jamais tourner le groupe à nouveau. Nicholls se forge un destin à la Syd Barrett ou Roky Erickson. Espérons seulement que ce deuxième album ne sera pas son chant du cygne.

 

 

Tracklisting :

1. Ride  *
2. Animal Machine
3. TV Pro
4. Autumn Shade II
5. Evil Town
6. Winning Days
7. She’s Got Something to Say
8. Rainfall
9. Amnesia
10. Sun Child
11. Fuck the World  *

  

Vidéos :

« Ride »

« Winning Days »

 

Vinyle :

Eric

Rédacteur en chef, webmonstre, tête de veau, suiveur de modes, mauvaise foi.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire