APACHE – Radical Sabbatical

Glam hirsute

(Burger 2010)

Après un premier album sorti en 2008 (l’excellent Boomtown Gems), les glam rockers hirsutes d’Apache sont de retour avec un disque à la pochette aussi fantastiquement laide que prometteuse – on apprécie le panache  – et au contenu à la hauteur de la réputation du groupe.

La formule Apache est toujours la même que dans Boomtown Gems, avec une approche débraillée de ce genre mineur mais tellement fun qu’est le glam, entre proto-punk rachitique à la Ramones et Bowie rock’n’roll à bandeau de pirate façon « Queen Bitch ». Deux genres de morceaux se dégagent ainsi : ceux d’approche power-pop, tels « Heaven Can Wait », Finger Banger », « Jam Pusher », « Beat Myself To Death » et ceux qui lorgnent un peu plus vers le hard-rock et vont flirter avec le côté obscur du glam, celui du gras caché derrière une couche de maquillage à paillettes.

Ces morceaux, souvent basés autour d’un riff épais, permettent au chanteur Apache (le groupe porte son nom, comme chez Alice Cooper) de se laisser aller à sa pose de chanteur-parleur qu’il affectionne. « Pint Size Punker », « Hospital Bed » lui permettent de mettre en avant ses textes les plus drôles (« People think that I’m dead just because I live in an hospital bed / I’m not even sick, I’m just really lazy / Everything I need’s at the push of a button ») tandis que son guitariste desserre le bouton de son pantalon en sky le temps de solos verbeux.

Comme il se doit, l’album se termine par quelques bluettes à l’esthétique inspirée des 50s, qui révèlent le côté midinette du groupe. Un final surréaliste et loufoque à la fois, à l’image de la musique du groupe. Apache vient de San Francisco, assurément la ville qui possède la scène musicale la plus foisonnante du moment.

  

 

Tracklisting : 

1. Bad Kids
2. Heaven Can Wait *
3. Finger Banger *
4. Pint-sized Punker
5. Bloody Knuckles *
6. Outside
7. Jam Pusher
8. Beat Myself to Death *
9. Faster Louder
10. Hospital Bed *
11. Oh, Me and Courtney
12. Boomtown Gems
13. Kitty

Le MySpace du groupe : www.myspace.com/sfapache

 

Vidéos :

« Finger Banger »

 
« Hospital Bed »
 

 

Vinyle :

Le disque contient la règle du « Apache Drinking Game », qui consiste à consommer alcool ou drogue à chaque fois qu’Apache dit « yeah » dans l’album.

Apache - Radical Sabbatical

Eric

Rédacteur en chef, webmonstre, tête de veau, suiveur de modes, mauvaise foi.

Les derniers articles par Eric (tout voir)

6 Comments on APACHE – Radical Sabbatical

  1. je le trouve pas terrible du tout ce disque

    très « self indulgent » comme disent les anglais

    en gros beaucoup de soli moches de guitare, beaucoup de compos sans intérêt et qq bonnes chansons

    mais bon ce que je trouve bien aurait pu tenir sur un single quoi

    dans le genre je trouve Lover! vachement mieux

  2. moi je trouve qu’il y a pas tellement de power pop au sens stricte du terme

    il y a beaucoup de disques « punk pop » mais très peu à être franchement powerpop si on prend une définition étroite du terme (basé sur la trilogie des « B »: Beatles – Byrds – Big Star…et en bonus
    Badfinger voir les Beach Boys)

  3. j’aime beaucoup l’album de Surfer Blood, une de mes sorties préférées cette années à part un ou deux morceaux en fin de parcours je le trouve vraiment bien

    de la bonne pop à guitare inspirée

Laisser un commentaire