BUFFALO KILLERS – 3

Tranquille évolution

(Alive Records 2011)

Au moment où l’on se demandait ce que devenait le groupe des frères Gabbard, la nouvelle de la parution de leur troisième album était annoncée… Dès que possible, et sans même avoir écouté un extrait de l’album, nous nous sommes procurés le disque (en vinyle, est-il besoin de le rappeler ?). Les deux premiers albums des Buffalo Killers, déjà publiés par Alive Records, avaient fait forte impression : la musique empruntait volontiers ses références à un son sixties soigné et riche en harmonies, et les compositions se montraient inspirées et enthousiasmantes. Les Buffalo Killers se sont placés, en deux albums, dans la catégorie des valeurs sûres. D’autre part, il est agréable de voir ce groupe relativement bien distribué en France ; les exceptionnelles productions du label Alive Records de ces dernières années semblent lui avoir assuré une visibilité assez importante, dont profitent les Buffalo Killers.

Une fois le disque acheté, et en moins de temps qu’il n’en faut à un bègue pour lire l’annuaire des Hauts-de-Seine, la chronique de ce disque était prête. Pour ce troisième album, le style des Buffalo Killers et l’ambiance générale de leur musique a sensiblement évolué : le rythme est un peu plus lent et une place importante est laissée au jeu de steel-guitar (« All turn to cloud », « Take you place »).  L’ambiance est globalement posée, et les influences de Neil Young ou du groupe America sont perceptibles, ce qui peut conduire l’auditeur à ressentir une certaine lassitude : pas de grand hit rock’n’roll sur cet album, mais un effort particulier accordé à l’harmonie de l’ensemble. La maîtrise instrumentale parfaite : Buffalo Killers , à l’image d’un autre groupe d’Alive Records, Hacienda, est un modèle de justesse et de précision… Les arrangements des chansons (« Huma Bird », « Lily of the valley ») sont précis et délicats, la voix de Zach se livre comme rarement auparavant (« All turn to cloud »), et les choeurs sont toujours aussi pertinents. En plus du savoir-faire technique démontré par le trio, il faut reconnaître aux Buffalo Killers que leurs albums ne contiennent aucune faute de goût : cet argument a minima est loin d’être une généralité, et n’est pas le moindre compliment qui puisse être fait à un groupe.

Ainsi, même si ce troisième album possède quelques longueurs (sur la face B, quelques solos de guitare semblent un peu longuets), il se laisse écouter avec plaisir. Les trois barbus ont invité quelques artistes de renom – des « collègues » qui ont également publié des disques chez Alive Records : Brian Olive (Soledad Brothers) et Reverend James Leg (aussi connu sous le nom de John Wesley Myers, chanteur des Black Diamond Heavies et clavier de Cut In The Hill Gang). Ce disque des Buffalo Killers est plus introspectif que leurs précédents disques, et demande une approche particulière ; cependant, si l’on accepte d’entrer dans la logique du groupe, ce 3 prouve aisément que ce trio poursuit avec assurance son chemin, et qu’il devrait encore avoir de belles années devant lui.

  

 

Liste des chansons :

  1. Huma Bird *
  2. Circle Day
  3. Mountain Sally
  4. Spend My last breath *
  5. Lily of the valley *
  6. Son Jacob
  7. All Turn to cloud
  8. Take your place
  9. Time was shaping
  10. Move On
  11. Everyone knows it but you
  12. Cloud never be

 

Vidéo :

« Huma Bird »

 

Vinyle :

Alive aime les disques colorés, celui-ci est bleu.

Buffalo Killers - 3

2 Commentaires sur BUFFALO KILLERS – 3

  1. Très bon disque effectivement ! Je partage ton enthousiasme sur la visibilité du label Alive Records, ça fait plaisir de voir un tel label (avec un catalogue irréprochable) mieux distribué !

  2. Pareil, acheté « à l’aveugle » et comblé. Un disque pas extravagant mais « juste », fidèle au label qui les porte. Une tendance qu’on peut je pense généraliser aux dernières sorties Alive Records …
    depuis le disque de White Noise Sound ;)

Laisser un commentaire