POND – Frond Heavy-glam-pop-prog hétéroclite

(Hole in the Sky  2010)

Ce groupe australien originaire de Perth, qui connaît depuis ses débuts de nombreux changements dans sa composition, est organisé autour d’un trio : Joseph Orion, Jay Simpson et Paisley Adams (les deux derniers étant respectivement batteur et bassiste du groupe Tame Impala). Alors que Tame Impala évolue sous la houlette de Kevin Parker, Pond est présenté comme un groupe au fonctionnement plus démocratique, chacun des trois membres principaux participant à l’écriture des morceaux. Ces informations sont sujettes à caution, puisque Parker a participé à plusieurs concerts du groupe, et que sa réelle implication dans ce groupe mériterait d’être éclaircie.

Cet album, présenté comme le troisième du groupe, mais qui est le premier qu’il nous ait été donné d’écouter, est un disque extrêmement surprenant. Frond se caractérise en effet avant tout par la diversité des styles qui le composent, le tout étant réalisé par un groupe qui ne semble s’être posé aucune contrainte formelle. Début d’album chanté en chœur dans les aigus « Betty Davis (will come down from Heaven to save us) », avant l’arrivée d’un riff de guitare électrique qui n’a rien à envier aux Datsuns. Dès le deuxième morceau, « Cloud City », ce sont les influences modern-glam qui se font dominantes, dans une approche relativement proche de la relecture récente (et pas souvent convaincante) donnée par les Scissor Sisters. Plus loin dans l’album, Pond va chercher ses référence plus loin : « Sunlight Cardigan » apparaît comme marqué par le Bowie de « Changes », dans une ambiance proche de la fantastique B.O de Velvet Goldmine.

L’ensemble de cet album fait preuve d’une inventivité mélodique indéniable, et propose de nombreux arrangements quelque peu osés : les claviers sur « Annie Orangetree », la voix passée au vocodeur et les chœurs en fausset de « Mussels Tonight ? », l’interlude instrumental «… The place behind the Duck », la rythmique hypnotique de « Mother Nigeria ». Cet inventaire très hétéroclite n’empêche pas Pond d’enregistrer un excellent album: la qualité des chansons demeure, quels que soient les moyens utilisés. Dernier exemple de la longue piste contemplative que constitue « Frond », le dernier morceau, entraîné par un piano qui fait office de fil conducteur entre les étranges changements de structures de cette petite symphonie.  

Pond possède une proximité sonore certaine avec Tame Impala (« Sunlight Cardigan », « Duck and Clover ») et utilise sur ces morceaux un son de guitare lourd tel qu’on pouvait l’entendre sur l’exceptionnel Tame Impala EP. Frond est un disque plein d’énergie et qui fourmille d’idées, et qui restera comme un disque à part dans la liste des albums parus en 2010. Dénués de complexes, Pond est un groupe qui enregistre avec brio les morceaux qu’il souhaite : il ajoute une dimension supplémentaire à l’environnement Tame Impala et a donné à tous les amateurs de ce groupe de nouveaux motifs de réjouissances, avec cet excellent album.

  

 

Liste des chansons :

  1. Betty Davis (Will Come Down From The Heavens To Save Us) *
  2. Cloud City *
  3. Torn Asunder
  4. Duck and Clover *
  5. Sunlight Cardigan 
  6. Annie Orangetree *
  7. … The Place behind the duck
  8. Mother Nigeria
  9. Mussels Tonight
  10. Frond *

Pond sur MySpace : www.myspace.com/mickmanmoose

 

Vidéos :

« Annie Orangetree »

 
« Betty Davis »
 
 

Rémi

Rédacteur amiral, plombier polonais, dépoussiéreur d'étagères, objectivité totale.

3 Comments

Laisser un commentaire