SON OF FLEX (Group Flex 2) Le point sur l'état des troupes

(Castle Face 2013)

Après avoir rendu fous les amateurs de bizarreries et de beaux objets vinyliques avec la compilation Group Flex, Castle Face remet ça et publie un nouveau livre-disque dont les pages sont des flexi-disques jouables sur la platine. Encore une fois, ce sont les potes de John Dwyer qui figurent au programme de la compilation. Certains se lasseront peut-être de toujours retrouver les mêmes artistes dans les compilations publiées sur le label du chef des Oh Sees, mais c’est avec un plaisir toujours renouvelé que les membres de la rédaction PlanetGong dégustent les morceaux inédits que livrent les membres éminents de la scène de San Francisco, soit Ty Segall, Mikal Cronin, les Fresh & Onlys, mais aussi quelques nouvelles têtes qu’on est heureux de découvrir.

Premier constat (négatif) : l’objet, composé uniquement de pages transparentes (un peu semblables à celles qu’on passait au rétroprojecteur lorsqu’on avait un exposé à présenter au lycée), est extrêmement fragile. Certaines des pages tiennent mal et sortent de leur charnière, le plastique est parfois gondolé. Bref, le truc est limite injouable sur la platine, et ça la fout vraiment mal parce qu’à trop vouloir faire un bel objet, les instigateurs de cet ambitieux projet semblent avoir oublié qu’un disque est censé pouvoir être joué. Alors oui, il paraît qu’il ne faut pas critiquer parce que c’est du fait-main, mais comme le machin coûte pas loin de 30€, avouez que ça fait cher du bouquin aux belles images si la musique qu’il contient est inaccessible. Il aurait sans doute fallu laisser des pages cartonnées entre les flexidiscs comme pour le premier volume (qui lui ne présentait aucun défaut de fabrication). Nul doute que le label partage ce constat aujourd’hui.

Heureusement, côté son, le disque mérite le détour, et comme l’objet vient accompagné d’un bon de téléchargement mp3, on arrive à passer à côté de ces considérations matérialistes. Comme d’habitude, cette compilation est l’occasion de faire le point sur l’état de forme des groupes qu’on aime. A l’heure de faire le bilan, voici ce qu’on retiendra : sur la qualité des morceaux, Son Of Flex est meilleur que son prédécesseur. Ty Segall remplit le cahier des charges avec un « Fucked Up Motherfucker » porté par un saxophone stoogien, Mikal Cronin se fend avec « King » d’un magnifique titre planant qui évoque Amen Dunes, The Mallard propose enfin un titre enthousiasmant avec cet « Armpit Of Privilege » à la rythmique hypnotique, The Fresh & Onlys ont les pieds en éventail à la plage sur « Piles Of Bones », et « Lost For Words » est le premier morceau véritablement convaincant de Warm Soda (qui annonce un album bien meilleur que ne le laissait supposer le single « Reaction »).

Étonnamment, ce sont les Oh Sees qui emballent le moins ici, avec leur « Always Flying » raide et un peu monotone (pas d’inquiétude cependant, leur nouvel album qui sort ces jours-ci est dément). White Fence n’est pas fantastique non plus sur « Scared People Dreams », tout comme Kelley Stoltz qu’on a connu plus inspiré que sur « Double Exposure ». Si certains tauliers sont en petite forme, les jeunots rattrapent le coup : les méconnus Running envoient une belle baffe punk-garage sur « We Never Close », même chose pour Blasted Canyons sur « Pop Profiteer », et Burnt Ones proposent un titre de pop lo-fi digne des Jacuzzi Boys sur « Strawberry Tomb ».

Notre titre préféré de cette compilation, pour une raison sentimentale évidente, reste néanmoins la reprise de « Chainstore Chant / Pretty Miss Titty » par Sic Alps (incorrectement titrée « Change Store Chant » sur la pochette de l’album). C’est sans doute notre chanson préférée de Gong, et Mike Donovan la retranscrit assez fidèlement. Elle vient couronner une compilation d’excellente facture,dont paradoxalement le seul point faible est l’emballage. Un comble pour un si bel objet, mais saluons tout de même la démarche de Castle Face, label artisanal qui ne manque pas d’idées et de panache quand il s’agit de fabriquer de beaux disques. 

 

 

Tracklisting : 

Disque I
A1     Warm Soda – Lost For Words *       
A2     Thee Oh Sees – Always Flying    

Disque II
A1     Ty Segall – Fucked Up Motherfucker *       
A2     Mikal Cronin – King *       

Disque III
A1     The Mallard – The Armpit Of Privilege *       
A2     Running – We Never Close        

Disque IV
A1     Fresh & Onlys, The – Pile Of Bones *       
A2     Kelley Stoltz – Double Exposure        

Disque V
A1     White Fence – Scared People Dream        
A2     Blasted Canyons – Pop Profiteer        

Disque VI
A1     Sic Alps –  Chain Store Chant / Pretty Miss Titty *       
A2    Burnt Ones –  Strawberry Tomb *

  

Extrait :

Ty Segall – Fucked Up Motherfucher

 

Vinyle :

Son Of Flex

Son Of Flex

Son Of Flex

Eric

Rédacteur en chef, webmonstre, tête de veau, suiveur de modes, mauvaise foi.

2 Comments

  1. Moi j’aime beaucoup ‘Always Flying’, le son et la rythmique de ce morceau sont uniques, propres au groupe.
    Mêmes réserves pour la qualité du support, Castle Face recommande ironiquement de placer le disque sous un coffre ACME mais on n’est pas loin de la vérité … Le bras de ma platine saute tant les
    pages sont gondolées 
    Il semblerait que ‘Double Exposure’ soit une version embryonnaire de la chanson-titre du prochain album de Kelley Stoltz.
    Mention spéciale à Warm Soda, super chanson. 

  2. Moi j’aime beaucoup ‘Always Flying’, le son et la rythmique de ce morceau sont uniques, propres au groupe.
    Mêmes réserves pour la qualité du support, Castle Face recommande ironiquement de placer le disque sous un coffre ACME mais on n’est pas loin de la vérité … Le bras de ma platine saute tant les
    pages sont gondolées 
    Il semblerait que ‘Double Exposure’ soit une version embryonnaire de la chanson-titre du prochain album de Kelley Stoltz.
    Mention spéciale à Warm Soda, super chanson. 

Laisser un commentaire