TY SEGALL – Spiders Back to noise

(Drag City 2011)

Ty Segall s’est assagi ? Ty Segall est en train de virer mainstream ? Pas de panique, le wonderboy de San Francisco revient avec un single bruitiste qui vient rappeler à tout le monde qu’il a plus d’une corde à son arc. Certes Goodbye Bread était épuré, relativement clean après le maelstrom de larsens du génialissime Melted, mais Segall vient du garage-punk et adore expérimenter avec les grésillements divers que peut produire la rencontre d’une guitare, d’un ampli foireux et d’une pédale big muff. La face A trash-punk de Reverse Shark Attack en témoigne, la cassette Weird Beer From Microsoft est un autre exemple de l’extrême plaisir qu’il prend à créer des pièces musicales proches de l’inaudible.

C’est sur ce mode expérimental que se situe « Spiders », morceau étrange qui ouvre la face A de cet EP à trois morceaux. A vrai dire, la première fois qu’on l’a écouté, on l’a mis à 45 tours par minute sur la platine, la pochette ne mentionnant nulle part la vitesse de rotation du disque. Ce n’est qu’après une bonne minute de morceau qu’on s’est rendu compte de notre erreur, en entendant la voix accélérée de Segall entrant en piste. Car le riff de guitare, même joué trop vite, sonnait déjà lourd. Passé à 33 tours, le morceau s’avère être un titre purement stoner, lent et trippant. La voix de Segall émerge à peine de la reverb, le morceau est opaque, oppressant presque. « Hand Glams » qui enchaîne de façon organique, nous ramène dans l’univers psyché lo-fi plus familier de Melted.

La face B quant à elle, est une reprise de « Cherry Red » des Groundhogs, un power-trio anglais des années 70 versé dans le blues-rock. Elle témoigne une fois de plus du goût de Segall pour les classiques 70s (on l’a déjà entendu reprendre Pink Floyd, Captain Beefheart, T-Rex…).

 

 

Tracklisting :

Face A : Spiders  /  Hand Glams
Face B : Cherry Red

 

Vidéo :

« Spiders »

 
« Cherry Red »
 

 

Vinyle :

Ty Segall - Spiders

Eric

Rédacteur en chef, webmonstre, tête de veau, suiveur de modes, mauvaise foi.

1 Comment

Laisser un commentaire