NATURAL CHILD – Okey Dokey The nice guys

16 septembre 2016 Léo 0

(Natural Child Records and Tapes 2016) Natural Child est sans conteste le groupe le plus cool au monde ; le groupe que le Dude écoute probablement en ce moment même, où qu’il se trouve. C’est ainsi : il suffit de poser un disque de Natural Child sur la platine et l’on se retrouve plongé dans un état de torpeur exquise, submergé par l’impression qu’il ne peut rien nous arriver, qu’on se trouve dans un endroit qui ressemble à la Louisiane, à l’Italie. Quelque soit son humeur ou le moment de la journée, écouter Okey Dokey donne le sentiment de vivre l’un des moments les […]

BROR GUNNAR JANSSON – Moan Snake Moan Northern blues

7 juin 2016 Léo 0

(Normandeep Blues Records 2014) Bror Gunnar Jansson est un one-man band suédois auteur de deux albums aussi excellents l’un que l’autre. Le premier, sans titre, est d’abord sorti dans son pays natal dans un tirage très limité (100 exemplaires). A priori voué, dans ces conditions peu favorables, à rester un excellent musicien anonyme, Jansson profita d’un concours de circonstances exceptionnelles qui firent de lui la plus grosse sensation blues des dernières années : à ce jour, plus de 10 000 exemplaires de ses albums ont été vendus ! A l’origine de ce succès, un papier paru dans le magazine Télérama, portant sur les trésors enfouis de la discothèque […]

MR. DAVID VINER – So Well Hid MFR XVII, XXIII

21 janvier 2016 Rémi 2

(Mauvaise Foi Records 2016) On n’arrête plus Mauvaise Foi Records, en passe de devenir la plus éminente représentante du stakhanovisme éditorial en France. Après Cataclysmic Events des Deadly Vipers en décembre, la maison publie en cette fin janvier le nouveau disque de l’immense Mr. David Viner. A cette occasion, Rémi (rédacteur historique de PlanetGong) est sorti de ses volutes de vodka polonaise et de sa semi-retraite pour rédiger le texte suivant, que vous retrouverez sur l’insert du vinyle que vous vous apprêtez à acheter.   Dans le sillage des White Stripes, au début des années 2000, l’Angleterre fut envahie par de nombreux groupes de Detroit (parmi lesquels […]

SOLEDAD BROTHERS – Master Supertone (1998) & Human Race Blues (2015) Les copains, la Suze et les Soledad Brothers !

28 décembre 2015 Léo 0

(Cass Records 2015) Que de malheurs ces temps-ci ! Au milieu de l’océan de mauvaises nouvelles qu’on sait, on se raccroche comme on peut à toutes les choses susceptibles de nous remettre un peu de baume au coeur. Parmi celles-ci : les copains, la Suze et le retour tant attendu des Soledad Brothers ! Séparés depuis 2006 après un dernier album somptueux marqué (lui aussi) par la perte et la tristesse, nos trois héros ont décidé l’an passé de se reformer, pour le plus grand bonheur de leurs inconsolables fans qui ne sont jamais vraiment parvenus à se résoudre à une fin […]

DYLANOLOGIE. I Shall Be Free Déclaration d'indépendance

11 juin 2015 Denis 0
Ceci est l'article 9 sur 13 de la série DYLANOLOGIE

Chanson au titre programmatique, « I Shall Be Free » est une déclaration d’indépendance pleine de facétie, d’autodérision et d’un très dylanien sens de l’absurde. Encore une fois, les empêcheurs de chanter en rond qui veulent faire de Dylan le Pete Seeger des années soixante en sont pour leurs frais: le jeune homme est bien décidé à laisser libre cours à sa fantaisie joyeusement frondeuse, et il ne faut surtout pas compter sur lui pour jouer les parangons de vertu (« Well, I took me a woman last night / I was three-fourths drunk, she looked uptight »). On est d’ailleurs plus près de […]

KEVIN MORBY – Still Life La mort lui va si bien

11 mai 2015 Eric 0

(Woodsist 2014) On avait beau le connaître et l’apprécier depuis des années avec ses divers groupes, et pourtant Kevin Morby nous a surpris avec son premier album solo sorti en 2013. Harlem River a été une révélation, un disque marquant l’avènement d’un singer-songwriter de premier ordre. A peine un an après ce premier choc, le transfuge des bien aimés Woods et Babies enchaîne déjà avec une suite, encore plus enthousiasmante.  Comme son titre l’indique, Still Life With Rejects From The Lands Of Misfitoys évoque une fois de plus New York, cette gigantesque boîte à jouets cassés où les personnages errent […]

SCREAMIN’ JOE NEAL – Rock And Roll Deacon Les as du rock'n'roll, épisode 14

23 juillet 2014 Béroalde de Fuzz 0

  De Lou Reed à Manowar, nombreux sont ceux qui ont confessé en grande pompe leur amour immodéré pour la musique qui nous occupe ici ; rares sont ceux qui l’ont fait avec aussi peu de finesse et de raffinements superfétatoires que Screamin’ Joe Neal. Cet obscur personnage consacre l’essentiel de son « Rock And Roll Deacon » à hululer « rock’n’roll » à toute allure, avec le maximum de capacité pulmonaire humainement concevable, et en ajoutant de-ci de-là au petit bonheur deux ou trois autres slogans presque articulés, point trop chargés en valeur sémantique ajoutée. Si on ajoute que ce maniaque trépigne sur […]

THE DINOSAUR TRUCKERS – The Dinosaur Truckers Un vent de far-west

21 mai 2014 Béroalde de Fuzz 0

(Off Label Records 2013) Les Dinosaur Truckers viennent d’Allemagne et ça ne s’entend pas : ils réincarnent le bluegrass comme si jamais, depuis le temps, Bill Monroe n’avait cessé de mandoliniser sous les lunes bleues du Kentucky. Ne vous fiez pas à leurs allures proprettes de citadins vaguement hipsteristes (petites barbes, petites lunettes, petits carreaux), ils incendient la scène en moins de dix secondes et leur musique est bien loin de fleurer la lénifiante nostalgie véhiculée par la mode épouvantable des « country line » et autres « square dance ». Le bluegrass, rappelons-le aux fans des Blacks Lips qui nous liraient, est né après-guerre, […]

DYLANOLOGIE. My back pages. Rien n'est sacré

11 mai 2014 Denis 2
Ceci est l'article 8 sur 13 de la série DYLANOLOGIE

Another side of Bob Dylan: le titre du quatrième album annonce la couleur et clame au grand jour, déjà, une envie de tourner la page. Le succès est passé par là: désormais considéré comme une icône par le public, une poule aux œufs d’or par sa maison de disques et une référence par ses pairs, Dylan a changé de statut grâce ou à cause de son dernier disque, The times they are a-changin’. Nous sommes à l’été 1964. Seulement trois ans auparavant, un gamin du Minnesota débarquait à New York avec son étui à guitare et les chansons de Guthrie […]

DYLANOLOGIE. Only a pawn in their game. Libre pensée

11 avril 2014 Denis 0
Ceci est l'article 7 sur 13 de la série DYLANOLOGIE

Dans « The lonesome death of Hattie Carroll », c’est un Dylan moraliste et scandalisé par l’injustice et l’inégalité qui prend sa guitare pour chanter une élégie à l’innocence sacrifiée. Ici, en construisant une nouvelle fois sa composition autour d’un crime raciste (l’assassinat de Medgar Evers, militant pour les droits civiques affilié au NAACP, à Jackson, dans le Mississippi, par un membre du Ku Klux Klan), il se fait analyste politique et met à jour les rouages d’un système qui exploite à son profit les tensions raciales et les inégalités. Robert Zimmerman, issu d’une famille de commerçants juifs du Minnesota, produit de […]

DYLANOLOGIE. With God On Our Side Episode 6

28 janvier 2014 Denis 1
Ceci est l'article 6 sur 13 de la série DYLANOLOGIE

« With God On Our Side », que l’on pourrait rebaptiser ou sous-titrer « American history revisited », démontre à quel point on ne saurait restreindre l’album The times they are a-changin’ à une réalité strictement et exclusivement contemporaine. Même si l’ombre de la guerre froide et de la menace nucléaire planent (« Now we’ve got weapons of the chemical dust / If fire we’re forced to then fire we must »), c’est à une véritable réinterprétation de l’histoire américaine depuis les origines que se livre Dylan dans ce titre fleuve de sept minutes et neuf couplets. Adoptant le point de vue du citoyen américain moyen […]

DYLANOLOGIE. The Lonesome Death Of Hattie Carroll Episode 5

21 janvier 2014 Denis 1
Ceci est l'article 5 sur 13 de la série DYLANOLOGIE

Une domestique noire, Hattie Carroll, misérable mère de dix enfants, battue à mort à coups de canne par un riche propriétaire blanc du Maryland nommé William Zanzinger: tel est le sordide fait divers, survenu en février 1963, qui a inspiré à Dylan l’une de ses compositions les plus déchirantes. Le chanteur-chroniqueur colle de si près au réel que son texte prend parfois des allures de compte-rendu journalistique à la précision redoutable (les détails abondent: le diamant au doigt de Zanzinger, les 600 hectares de sa ferme, ses 24 ans etc.), mais c’est surtout par sa capacité à prendre du recul […]

BILL HALEY & THE FOUR ACES OF WESTERN SWING – A Yodeller’s Lullaby Les as du rock'n'roll, épisode 13

10 janvier 2014 Béroalde de Fuzz 1

  Le Eddie Van Halen du yodel: voilà le titre qu’aurait dû Bill Haley garder dans la mémoire collective. Du yodel? Le kitsch folklo nous aurait-il miné la cervelle?… Quel rapport avec les légitimes préoccupations quotidiennes du rockeux à banane raide ou blacklippeux étique? Pas de malentendus: en matière de country, nous ne parlons pas variétoche décadente à base de chanteuses platinées et de silicone, manufacturée au crépuscule de Nashville. Il est au contraire ici question de cette nébuleuse matricielle des musiques du Sud. Le rockab‘, qu’est-ce, sinon une histoire de zazous hillbilly giclant la testostérone et jouant des chansons […]

DYLANOLOGIE. A Hard Rain’s A-Gonna Fall L'émergence d'un ménestrel

20 septembre 2013 Denis 0
Ceci est l'article 4 sur 13 de la série DYLANOLOGIE

De nombreux spécialistes de Dylan ont affirmé que la crise des missiles du Cuba de mai 1962 et la menace de fin du monde qu’elle fit peser l’avaient poussé à écrire « A Hard Rain’s A-Gonna Fall », la pluie du titre renvoyant au déluge nucléaire. S’il s’agit d’une hypothèse tout à fait crédible, tant il est vrai que le degré de paranoïa atteignit alors son point culminant, il n’en reste pas moins que l’apocalypse hante jusqu’à l’obsession l’œuvre dylanienne dans son ensemble, de « Gates of Eden » (« All and all can only fall / With a crashing but meaningless blow ») à « Things have […]

DYLANOLOGIE. Talking World War III Blues Satire dévastatrice

13 septembre 2013 Denis 0
Ceci est l'article 3 sur 13 de la série DYLANOLOGIE

Sur The Freewheelin’ Bob Dylan, son deuxième album, Dylan, pas si « en roue libre » et insouciant que ne le laissent entendre le titre et la pochette, jette un regard à la fois acéré et inquiet sur les maux qui rongent l’Amérique du début des années soixante. Laissant apparaître les multiples facettes de son talent et une capacité étonnante à changer de ton et de registre, il donne tour à tour dans l’intemporel et l’académisme folk (« Blowin’ in the wind », « A hard rain’s a-gonna fall »), la protest song sèchement dénonciatrice (« Masters of war », « Oxford town ») et la ballade sentimentale désabusée (« Don’t […]

Interview de Left Lane Cruiser Blues Rules 2013, Flèche d'Or - Paris

9 juillet 2013 John The Revelator 7

A l’occasion de l’excellent festival Blues Rules qui s’est tenu à Paris au début du mois de juin, les sites Raw Power Magazine et PlanetGong se sont associés afin donner la parole à un des groupes les plus fascinants de la scène blues-punk actuelle, les teigneux Left Lane Cruiser. Nous avons envoyés notre meilleur homme sur place, John The Revelator, expert ès blues velu qui, délaissant un instant son vagabondage au coeur des nappes phréatiques sub-ligériennes, est allé à la rencontre de cet impressionnant duo. La première partie de cet entretien a été publiée chez nos amis de Raw Power […]

MALVINA REYNOLDS – Sings the truth Une glorieuse ancêtre…

10 avril 2013 Rémi 3

(Columbia Records ; 1967)  Au moment d’entamer la rédaction de ce nouvel article, constatons avec un peu d’amertume le fait suivant : Malvina Reynolds, née le 23 août 1900 à San Francisco,  ne compte pas parmi les chanteuses nord-américaines les plus connues. Celle dont Pete Seeger, l’une des deux figures tutélaires du folk US d’après la deuxième guerre mondiale (avec Woody Guthrie), disait qu’elle était l’une des plus importantes songwriters du vingtième siècle est aujourd’hui largement inconnue. Le seul titre de gloire généralement accordé à Malvina Reynolds est celui d’avoir écrit et composé « Little Boxes », une piste reprise par un nombre incroyable […]

DYLANOLOGIE. Song To Woody. Reprise du flambeau

5 avril 2013 Denis 0
Ceci est l'article 2 sur 13 de la série DYLANOLOGIE

Marcher dans les traces des anciens et tracer son propre sillon, emprunter en réinventant sans cesse, revendiquer un héritage tout en jouant les iconoclastes et les partisans de la table rase: tels sont les principes a priori contradictoires qui sous-tendent l’œuvre du plus grand songwriter que l’Amérique ait produit. Un individualiste forcené tel que Dylan, qui met un point d’honneur à se tenir à l’écart des ligues, des cliques et des meutes (« bande à part sacrebleu c’est ma règle et j’y tiens »), ne peut se choisir pour figures tutélaires que des hommes au caractère bien trempé et qui ont marqué […]

LEE HAZLEWOOD – Trouble Is A Lonesome Town Indispensable !

16 mars 2013 Rémi 0

(Mercury ; 1963) Lee Hazlewood est aujourd’hui davantage célébré pour ses talents de compositeur et de producteur que pour ceux d’interprète. Cela est assez logique, si l’on considère le succès qu’il a obtenu pendant les années 1960 et 1970, avec Nancy Sinatra bien sûr, mais aussi avec d’autres interprètes (signalons la publication récente du double LP The LHI Years – Singles, Nudes and Backsides par Light In the Attic, un prodigieux label qui a prévu de rééditer plusieurs albums de Hazlewood pendant les prochaines années). Trouble is a lonesome town est un concept album organisé autour de la ville imaginaire […]

DYLANOLOGIE. Talking New York. Arrivée en ville

15 mars 2013 Denis 2
Ceci est l'article 1 sur 13 de la série DYLANOLOGIE

Dans la grande histoire du rock, on a souvent tendance à célébrer les grand bâtisseurs de mélodies, les alchimistes du son, les explorateurs de l’électronique et les briseurs de structures. Dans les pays non anglophones, le texte est ainsi souvent occulté, et les grands conteurs d’histoires sont laissés de côté. Toujours à la recherche de nouveau créneaux porteurs, PlanetGong a décidé de se pencher sur les textes de chansons plus ou moins obscures du plus grand de ces écrivains à guitare, celui qui par sa plume a révolutionné le petit monde de la pop dans les années soixante : Patrick Topaloff […]

LARRY WILLIAMS – Slow Down Les as du rock'n'roll, épisode 12

8 février 2013 Béroalde de Fuzz 4

  Si son maître et ami Little Richard a toujours été tiraillé entre le ministère du Seigneur et sa vocation pour le rock’n’roll, le grand Larry Williams, plus séculier, n’a guère balancé entre sa carrière de chanteur et celle de maquereau. Pour le dire en termes plus ornés, son astre n’a pas longtemps lui sur son audience publique. 1957, Specialty confie à ce jeune loup féru de rock’n’roll à paillettes ascendant rythm’n’blues, une mission taillée sur mesure : combler le créneau laissé vacant par ce même Little Richard alors en pleine crise mystique. Larry sort « Short Fat Fannie », discrète et subtile allusion, et […]