HARD-FI – Once Upon A Time In The West Faible

(Atlantic 2007)

Que ceux qui ont aimé en 2005 la pop de supermarché de Hard-Fi se réjouissent, leur groupe favori revient avec la même soupe dans un emballage différent – ou sans emballage plutôt car le groupe vient d’affirmer qu’il a « tué la pochette de disque » avec son album sans visuel intitulé Once Upon A Time In The West. Le monde entier est secoué par cette nouvelle, merci beaucoup. Quelqu’un a-t-il pensé à prévenir le groupe que les Beatles ont déjà fait le coup il y a 40 ans ?

Minimalistes sur la pochette, Hard-Fi ont plutôt tendance à avoir la main lourde en studio (chœurs féminins, violons horripilants, trompettes de fanfare, écho caverneux…). On tient assurément avec eux un des groupes les plus pompiers du moment. On comprend leur succès auprès du grand public : un morceau comme « Suburban Knights », s’il est dénué de mélodie et multiplie les effets faciles, possède une accroche plaisante dans le refrain. Idéal pour les stades de foot. Le tout reste néanmoins très superficiel et extrêmement répétitif. Le groupe a une formule bien rodée depuis le premier album – cette pop emplie d’écho aux contours dub – qu’il cuisine à toutes les sauces, masquant la vacuité de son propos en modifiant de temps à autre les arrangements des morceaux : une dizaine de violons par ci, des grosses trompettes par là, un synthé au son eighties pour meubler un peu… Le pire morceau dans le genre est sans doute « Little Angel », qu’on vous invite à écouter pour la rigolade.

Quand le groupe s’essaie à la ballade pleurnicharde, on tombe dans des clichés monumentaux que même Keane n’ont pas osé rééditer dans leur second album. Un truc aussi niais que « Television » devrait être interdit en 2007, d’autant que les paroles de cette chanson (anti-TV waouh !) sont d’une platitude peu commune. Le groupe ne s’arrête pas là et propose d’autres horreurs soi-disant introspectives comme « Tonight », « Help Me Please » ou « The King ».

Dans le meilleur des cas, Hard-Fi sonne comme un sous-Kasabian, dans les moments les plus faibles, comme notre pire cauchemar : de la pop britannique prétentieuse et sans fond. A oublier.

 

 

Tracklisting :

   1. Suburban Knights
   2. I Shall Overcome
   3. Tonight
   4. Watch Me Fall Apart
   5. I Close My Eyes
   6. Television
   7. Help Me Please
   8. Can’t Get Along (Without You)
   9. We Need Love
  10. Little Angel
  11. The King

 

Eric

Rédacteur en chef, webmonstre, tête de veau, suiveur de modes, mauvaise foi.

14 Comments

  1. Le premier album m’avait plutôt laissé une bonne impression sans être une véritable révélation ou un indispensable.
    Mais ce deuxième opus est vraiment plus que médiocre, le seul Suburban Knights étant accrocheur et non écorcheur d’oreilles sensibles.

    Bref j’aurais mieux fait de passer à côté de cet album, loin, très loin de Kasabian.

  2. Pas d’accord pour le premier, que tu as visiblement écouté en diagonal,
    des morceaux comme cash machine ou hard to beat et, que dire de l’ovni
    move on now, je suis pas un fan mais je trouve l’album frais, efficace, (influs, electro, dub comme tu as cité ) même parfois en dehors des sentiers battus genre 1,2,3,4…
    Le deuxième sont tu parles : effectivement je crois que l’abstinence aurait dû être de mise…

  3. lolo, c’est un point de vue qui est exposé ici, pas besoin d’en faire un sac.
    Je suis certain que tu dois pouvoir trouver ailleurs des chroniques qui encensent Editors ou cet album.
    Je ne veux pas parler à la place des tauliers mais je crois que tu n’as pas bien saisi où t’étais là…

  4. Moi franchement je les aime bien, quand on les vois chanter « seven nation army » avec les BB Brunes, on voit bien qu’ils sont meilleurs, et puis après tout ils ont joué avec Mick Jones ce qui n’est pas rien…
    Je trouve leurs chansons vraiment pas mal,
    En tout cas j’avoue que « tonight », « the king » et « help me please » sont vraiment nulles, mais « hard to beat », « cash machine », « feltham is singing out » et d’autres sont super ! j’aime vraiment ce groupe ( tout comme l’acteur Clive Owen qui ne manque pas une occasion d’aller voir leurs concerts 😉 ), j’attends avec impatience leur 3ème album et sachez que ce n’est pas du tout de la pop mais du indie rock…

  5. Tiens cool, ça me fait penser à une question que je me pose de temps en temps: Peut on vraiment parler de genre indie?

    C’est devenu tellement courant… mais pourtant tellement un non sens non?

    C’est juste le label qui est indépendant, donc ceux qui ne dépendent pas des majors… soit la quasi totalité des labels, et donc une très très très grande quantité d’album. C’est pour ça que j’ai du mal aussi avec le fait que l’on parle beaucoup de rock indé, mais pourquoi pas de jazz indé, ou de classique indé?

    Je suis vraiment à côté de la plaque, ou au contraire la masse qui se trompe totalement? Je doute de moi…

    Il n’y a aucune différence entre un groupe de rock, et d’indé rock…

  6. Je pense que vous devriez mieux vous renseigner et apprendre à mieux les connaitres avant de faire un article sur eux, car j’imagine que pour l’écrire vous avez seulement écouté l’album, en tout cas c’est ce que je perçois à travers vos lignes. D’ailleurs en disant ça, une phrase d’un celebre poète d’Amérique latine me vient en tête : « l’Homme juge tout dans la minute présente, sans comprendre qu’il ne juge qu’une minute : la minute présente », ca décrit exactement ce que vous avez fait, vous avez écouté l’album, peut être lu quelques articles à ce sujet et  jugé que c’était une « pop de supermarché ». Mais bon passons, chacun ses goûts…

  7. Pour information j’aime tout aussi bien les Arctic Monkeys, mais je garde toujours le même point de vue concernant Hard-Fi, il me semble que leur 3ème album devrait sortir en 2010, de quoi faire un bon papier qui cette fois j’espère parlera d’eux en bien ( on peut toujours esperer…)
    Je m’en vais de suite ecouter les autres groupes cités, bonne journée

  8. Façon Horrors…ça m’étonnerais en tout cas venant d’Hard-Fi, The Horrors sont plutôt punk alors que Hard-Fi ben c’est pas trop ça ( mais j’aime quand même je le re-dis ).
    En tout cas je viens de voir leur dernier podcast « rockin’ the city » sur leur myspace et on peux y entendre des petits bouts de morceaux, je ne sais pas encore ce que ca va donner mais ca à l’air pas mal ( ca reste mon point de vue ), je suis impatiente de le découvrir cet album !

Laisser un commentaire