HUMAN EYE – 4 : Into Unknown Vers l'infini et au-delà

4 janvier 2014 Eric 1

(In The Red 2013) On se souvient des premiers albums de Human Eye avec un brin de nostalgie teintée de snobisme. Violents, bruitistes, dérangés : ces albums exigeaient de l’auditeur un amour immodéré pour les larsens et les bizarreries psychédéliques. Timmy Lampinen avait les nerfs, s’imaginait sur des planètes distantes et avançait dans l’inconnu. Cette musique dérangeante qu’il nomma alien–punk était alors en friche, Human Eye s’annonçait comme le premier groupe d’une nouvelle mouvance et Timmy’s Organism le laboratoire où Timmy formalisait ses idées sans censure. Toute cette recherche aboutit à un véritable chef d’œuvre de rock déviant publié en […]

HUMAN EYE – They Came From The Sky Earth calling

16 juillet 2011 Eric 5

(Sacred Bones  2011) Avec la multiplication de ses publications sur divers labels (CASS, BatShit, Douchemaster, Sacred Bones) et ses différentes incarnations, il devient du plus en plus difficile de suivre la trajectoire de Timmy « Vulgar » Lampinen, ex-leader cinglé des Clone Defects. En ce moment, Lampinen partage son temps et son énergie débordante entre deux entités : Timmy’s Organism et Human Eye. Le premier est un projet solo servant de laboratoire aux pérégrinations du chanteur et lui permettant de tester ses idées les plus farfelues pour les développer ensuite avec son groupe véritable Human Eye. Ainsi, après Rise Of The Green Gorilla, album […]

HUMAN EYE – Spiders and Their Kin. Lucide Lucide

6 mars 2011 Rémi 0

(Cass Records  2007) En dehors des extraordinaires albums qu’il écrit et enregistre avec différents groupes (Human Eye et Timmy’s Organism , depuis la dissolution des Clone Defects), Tim Lampinen sort également des 45 tours à tirage limités sur de nombreux labels. Celui-ci, publié par le label de Ben Blackwell (Cass Records) en 2007, a été réédité il y a quelques mois. La face A commence par un solo de guitare rejoint par un accompagnement musical très discret, avant que la chanson ne démarre vraiment. « Spiders and Their Kin » possède une structure assez classique, et un chant très appliqué : Tim Lampinen livre avec […]

HUMAN EYE – Fragments Of The Universe Nurse. Alien-punk

11 septembre 2008 Eric 10

(Hook Or Crook  2008) Que le monde ait envie de l’écouter ou non, Timmy Lampinen s’en fout. Il continuer de creuser son sillon garage-punk psychédélique avec un investissement et un dévouement presque obsessionnels. Spécialiste de l’attentat sonore, il vient avec Fragments Of The Universe Nurse de produire un OVNI punk intégriste qu’on ne peut qu’adorer sans retenue. En quatre mots, cet album est extraordinaire. Celui qu’on appelait encore il y a peu Timmy Vulgar est un fou génial. Human Eye sont uniques dans la planète rock aujourd’hui. Le meilleur moyen de décrire leur musique demeure sans doute de se plonger […]

LA SCÈNE ROCK DE DETROIT – Les groupes à suivre Partie 4

18 novembre 2007 Eric 0
Ceci est l'article 4 sur 4 de la série DETROIT

Cette quatrième partie du dossier PlanetGong consacré à la scène Rock de Detroit va présenter quelques groupes contemporains, qui ont sorti un ou plusieurs albums, dont la qualité et l’originalité les ont rendu incontournables, puisqu’ils sont devenus en quelques années les nouvelles « valeurs sûres » du rock actuel.    Whirlwind Heat Ce groupe originaire d’Ann Arbor est un trio constitué des extravagants Brad Holland (à la batterie), Steve Damstra (à la basse) et  David Swanson (au chant et au Moog).  Le groupe a été découvert par Jack White, qui a produit le premier LP du groupe, Do Rabbits Wonder?, […]

HUMAN EYE – Human Eye Folie furieuse

5 septembre 2006 Eric 0

(In The Red 2005) Pour les malheureux qui ne le sauraient pas, Human Eye est le nouveau projet monté par le génial Timmy Vulgar, leader cintré des défunts Clone Defects, le plus brutal des groupes de Detroit des années 2000. Avec ce nouveau combo, Vulgar reprend les choses où il les avait laissé avec Shapes Of Venus (ultime album de son ancien combo), en plus énervé encore. Les guitares sont saturées au-delà du raisonnable – le groupe n’est pas sur In The Red pour rien –, l’écho dans lequel baigne le son est encore plus épais qu’avant, les solos sont toujours […]