KELLEY STOLTZ – Cross Your Mind De l'art perdu du 45 tours

(Stroll On Records 2014)

Depuis quelques années, Kelley Stoltz réserve de belles surprises aux auditeurs de ses singles et faces B. Après le fantastique Two Imaginary Girls, idée pop ultime dont le postulat était en gros « une face pour une nénette » et qui réinvestissait son medium avec humour et intelligence, le Californien offre ainsi un nouveau 45 tours de haute volée par le biais de ce Cross Your Mind.

L’entraînante face A, « Cross Your Mind », fourmille de bonnes idées qui arrivent toutes à point nommé et témoignent d’un impressionnant savoir-faire de la part de leur auteur. La production éthérée et malicieuse, l’agencement général, l’irruption d’un xylophone pendant les ponts, les jolies lignes de guitare qui accompagnent le chant… Tout concourt à faire de ce morceau une telle réussite que même l’usage de synthés dégoulinants sur le refrain ne brusque pas l’oreille – c’est dire.

La chanson la plus marquante du disque demeure néanmoins sa face B, « The Anarchist In Me », que l’auteur de ces lignes classe aisément parmi les tout meilleurs titres de 2014 qu’il ait pu entendre jusqu’à présent. Cette ritournelle entêtante, musicalement irréprochable et remarquablement interprétée, brille aussi par une autre de ses qualités : elle rappelle à tous les jeunes loupiots qui ont parfois tendance à l’oublier qu’écrire de bonnes paroles n’est pas optionnel : « The anarchist in me is gone / I gave up the fight / Surrendered to the sadness / The anarchist in me is gone / Now I try to get by / With a little bit of gladness », merci au revoir. Retournez à vos études, jeunes pousses ambitieuses ; pleurez dans vos bières, auditeurs lessivés. Stoltz signe là un chef d’oeuvre de lucidité tendre et désabusée devant lequel il est difficile de ne pas s’incliner – voire de se reconnaître, mais c’est une autre histoire. Signalons de plus que la patte de Tim Cohen – qui a co-écrit le morceau – se fait fortement sentir : à l’écoute de la chanson, on pense en effet à la touchante simplicité de ses débuts en solo, ce qui n’est pas sans nous mettre encore un peu plus de baume au cœur.

Face à tant de classe, concentrée qui plus est en deux petites chansons sur un tout petit disque, l’auditeur en vient à se demander si l’œuvre de Kelley Stoltz ne restera pas avant tout gravée dans les mémoires pour ses 45 tours. Car si ses albums se situent eux aussi bien au-dessus de la moyenne générale (et méritent à ce titre des écoutes régulières, ça ne fait pas de mal de le rappeler), aucun ne paraît être aussi addictif, voire essentiel, que Two Imaginary Girls et Cross Your Mind. Quoiqu’il en soit, une chose est certaine : s’il peut se permettre de sortir deux titres de ce calibre sur un disque tiré à (seulement…) 300 exemplaires, Stoltz fait bel et bien partie des grands artisans de la pop.

 

 

Tracklisting :

Face A : Cross Your Mind
Face B : The Anarchist In Me

 

En écoute :

Léo

Scribouillard double-sévreux, enthousiaste immodéré, ex-cédéphile.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire