KISS KISS KARATE PASSION – I Can’t Je m'en foutisme pop

(Les Disques Steak 2013)

Le nom est improbable, le chant erratique et la maîtrise de la langue anglaise plus qu’approximative : à première vue, Kiss Kiss Karaté Passion partage pas mal de points communs avec ces groupes amateurs qui vous ont cassé les oreilles lors de la dernière fête de la musique. La première écoute de « I Can’t » nous a fait craindre le pire. On a eu peur d’avoir encore affaire à un de ces groupes français qui font notre honte et notre douleur quand on discute avec des anglais. Mais on a insisté, parce que le disque sortait chez Les Disques Steak, label au goût sûr et intarissable source de bonheur depuis des années (le formidable single de Kelley Stoltz, c’est eux) et que le descriptif que le groupe faisait de sa musique ressemblait à un de nos samedis soirs : « As if the Flying Burritos brothers were high on chorizo and red wine »

Qu’est-ce qui différencie le quatuor de Bordeaux de la meute des mauvais groupes français (vous savez, ceux qui se vantent d’avoir terminé troisième dans un tremplin minable) ? La réponse tient en deux mots : la personnalité. Kiss Kiss Karaté Passion est un groupe qu’on reconnaît immédiatement dès qu’un de ses morceaux tombe au hasard au milieu d’une playlist mp3 (oui, des fois on prend le train et le mp3 s’avère plus pratique à l’usage qu’un mange-disque dans les transports en commun). Ce chant particulier lui confère une identité propre, une certaine bonhomie qui se marie à merveille à l’autre talent du groupe : sa capacité à pondre des mélodies diablement efficaces. Ces dernières sont enrobées d’une patine garage douce qui leur donne un charme fou. « Surf Hop », « I Can’t », « The Present », « Long Hair BB » : les chansons du groupe sont un délice de pop garage sucrée rendues étonnamment instables par cette interprétation décalée et des instrumentations minimalistes (rien n’est flashy dans le jeu des musiciens).

Ça évoque ainsi le meilleur de la pop alternative du début des années 90 (Little Rabbits), tout comme des maîtres tels que les Feelies (pour la raideur générale et le sens de la mélodie qui tue) et toute l’école Flying Nun du début des année 80. Humour foireux, je-m’en-foutisme jubilatoire et chansons lo-fi : la formule Kiss Kiss Karaté Passion est une franche réussite. On s’étonne que peu de monde ait parlé de cet album à sa sortie, car peu de groupes français ont eu un effet aussi positif sur notre moral ces 12 derniers mois. 

 

 

Tracklisting

1. Surf Hop *
2. I can’t *
3. Rolling Rolling
4. I’m a man
5. The present *
6. Long Hair BB *
7. Hope the sky’ll never fall
8. Ho girl
9. Shoot a dog
10. Misery

L’album est en écoute via Bandcamp

Eric

Rédacteur en chef, webmonstre, tête de veau, suiveur de modes, mauvaise foi.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire