JIM NOIR – Finnish Line Peter Pan's blues

1 mars 2015 Léo 2

(2014) Les lecteurs assidus de PlanetGong sont peut-être déjà familiers de l’œuvre de Jim Noir : en 2006, émerveillés par l’assemblage singulier de pop sixties et de blips blips désuets qu’on entendait sur Tower of Love, on lui attribuait le titre de « chef de file » de la pop anglaise classieuse. On le retrouvait presque inchangé en 2008 avec un album également célébré en ces pages pour ses qualités mélodiques et son originalité salvatrices. Amateur de claviers préhistoriques et de mélodies sucrées ou lunaires, Jim Noir apparaît aujourd’hui, soit 7 ans et deux albums plus tard, comme le précurseur (toujours non-reconnu, aux dernières […]

OASIS – Be Here Now En roue libre

4 janvier 2014 Eric 17

(Sony 1997) Ça fait quinze ans qu’est sorti Be Here Now, et aujourd’hui plus que jamais, alors qu’Oasis est en stand-by et que les frères ennemis du rock anglais s’invectivent comme à leur plus belle heure et ne semblent pas prêts d’enterrer la hache de guerre, il est temps de réévaluer ce disque honni. Car Be Here Now est le disque que les frères Gallagher avouent publiquement regretter d’avoir enregistré. C’est leur grand loupé, l’album non assumé dont aucun morceau ne figure sur le best of Stop The Clocks, un délire mégalomaniaque avoué que peu de gens ont vraiment écouté […]

24 HOUR PARTY PEOPLE Folie furieuse

26 mars 2012 Denis 0

Film de Michael Winterbottom (2002) 24 Hour Party People, c’est l’histoire de la revanche d’une ville, Manchester la triste, la délaissée, la déprimante, ancienne capitale industrielle mondiale sur le déclin, devenue « Madchester », the place to be dans les années 80. Frappée de plein fouet par les mutations économiques, celle que les fossoyeurs de Périclès (précisons pour ceux qui n’ont pas choisi l’option facultative histoire au baccalauréat qu’il ne s’agit pas d’une boisson gazeuse à la menthe) avaient baptisé pompeusement « la nouvelle Athènes », sans un regard pour les gosses qui crevaient de fatigue et de faim dans les usines, était peu […]

NOEL GALLAGHER – Noel Gallagher’s High Flying Birds Oasis dilué

31 janvier 2011 Eric 9

(Sour Mash 2011) Gallagher Bros, volume 2. Dix mois après la sortie de l’album de Beady Eye, on reste incapable d’en citer le titre d’un seul morceau ou même d’en siffloter la moindre mélodie. Qu’en est-il de l’album solo du grand frère sorti en cette fin d’année ? Notons déjà qu’avant même avoir entendu le moindre morceau les attitudes des deux frangins dénotaient d’une attitude différente. Après les déclarations de guerre et l’arrogance toujours affichée de son frangin, Noël s’était affirmé dans la position du vieux sage isolé qui regarde d’un air amusé l’agitation loin de lui. Alors que Liam tentait de se […]

THE BEEP SEALS – Things That Roar Irréductibles

13 octobre 2009 Eric 1

(Heron Recordings 2008) Manchester, ville rock. Alors que des dizaines de groupes s’escriment dans le reste du royaume avec pour seul objectif de sonner rigoureusement identiques[i], quelques irréductibles ont des envies de pop indé au son intemporel. Mal leur en prend, manifestement, parce qu’à l’inverse de feu Oasis et autres Courteneers, The Beep Seals n’ont eu aucun succès. Au moment où on écrit ces lignes, le groupe vient d’annoncer sa séparation alors qu’il a sorti avec Things That Roar un des albums les plus enthousiasmants de l’année 2008. Split ou pas, The Beep Seals est un groupe qui mérite l’intérêt […]

OASIS – Dig Out Your Soul Groovy, babe

12 octobre 2008 Eric 21

(Big Brother 2008) Dans une interview donnée à Mojo, le toujours excellent Noel Gallagher a révélé avoir découvert il y a peu SF Sorrow des Pretty Things par l’entremise de Serge Pizzorno de Kasabian. Il citait alors « Baron Saturday » parmi les morceaux qui l’avaient le plus marqué et promettait un album psychédélique basé sur le groove. Si une telle méconnaissance des sixties anglaises nous a étonnés de la part de l’ainé des Gallagher, cette annonce d’un retour à des sonorités psychédéliques nous a réellement surpris. La dernière fois qu’Oasis a tenté une incursion dans le genre, l’album en résultant, Standing […]

NINE BLACK ALPS – Love / Hate Mauvaise voie

28 janvier 2008 Eric 2

(Island 2007) Nine Black Alps, souvenez-vous, est ce groupe mancunien qui avait laissé entrevoir de belles choses avec un premier album grunge en 2005. A l’écoute de ce Love/Hate, il semble aujourd’hui parti pour prendre le même chemin que les Vines, celui des bac à soldes et des vannes faciles. A l’image du groupe de Nicholls, le son de Nine Black Alps hésite entre indie gentille façon Weezer et rock noisy de sous-Nirvana. De la même façon que ses congénères australiens, le groupe de Sam Forrest a pondu en guise de deuxième album une mauvaise photocopie du premier. Love/Hate commence par […]

NINE BLACK ALPS – Everything is Nevermind Manchester

25 juillet 2005 Eric 2

(Island 2005) Grunge revivalists, deuxième génération. Cheveux longs et gras, chemises de camionneur, jeans troués… rien ne manque à l’arsenal de ces jeunes mancuniens qui sortent un premier album grunge au moment même où Last Days de Gus Van Sant – qui relate les derniers jours de Kurt C. – est à l’affiche de tous les cinémas du monde. Hasard ou coincidence, les Nine Black Alps (leur nom est tiré d’un poème de Sylvia Plath) réveillent le fantôme de Nirvana comme l’ont fait les Vines avant eux.  Le résultat est impressionnant. Le son de l’ensemble rappelle In Utero (guitares lourdes, son crade, […]

OASIS – Don’t believe the truth Les affaires reprennent

8 juin 2005 Eric 2

(Sony 2005) Qu’attend-on d’Oasis en 2005? Pas grand chose à vrai dire. Après quelques albums dispensables et un Heathen Chemistry censé être l’album du retour en forme, écouté une ou deux fois avant de retourner au placard pour ne plus en bouger, la seule réjouissance à l’annonce de ce Don’t Believe The Truth était qu’on aurait droit à plusieurs répliques hilarantes de connerie de Liam Gallagher dans la presse musicale. Depuis 1995 et ce What’s The Story (Morning Glory)? gorgé de tubes devenus classiques, reflet d’une époque et album d’une génération, Oasis nous livrait toujours la même chose : un album moyen, […]