EL GOODO – El Goodo En retard

24 juin 2016 Léo 1

(Placid Casual Records 2005) El Goodo n’est pas un groupe pressé : sa première apparition discographique (un single) date de 2001, sa deuxième de 2005 et sa dernière, le bien aimé Coyote, remonte à 2010. Entre chaque disque, environ 5 ans, donc. Les plus matheux d’entre vous auront tilté, nous sommes en 2016 et une nouvelle fournée aurait déjà dû voir le jour. Le groupe a d’ailleurs annoncé un album pour l’été dernier en février 2015, et une tournée dans la foulée. Il était même question d’un passage en France ! Et pourtant, lecteurs, mes chers lecteurs, nous sommes à la mi-2016 […]

DAN SARTAIN – Sings (+ Jeu-Concours) Magnétisme

19 juin 2016 Léo 1

(Slice of Wax Records & Re-Grind Records 2015) Il y a quelques semaines, votre site préféré (non, il ne s’agit pas de RawPowerMagazine, un peu de sérieux, je vous prie) vous parlait de Slice of Wax Records, un petit label associatif français motivé par une passion sans limites. A cette occasion, le label offrait un excellent EP de The Pharmacy à notre lectorat. Parce qu’on ne change pas une recette qui rapporte beaucoup d’argent et de gloire à ses créateurs, Slice of Wax remet ça et vous offre de remporter l’une de ses dernières sorties. Et pas des moindres, puisqu’il s’agit de […]

THE PIZAZZ – Get Out Of My House Trésor caché

16 juin 2016 Léo 2

(Burger Records 2010) Il est quelques disques dont on n’explique pas l’absence en ces pages autrement que par un amour immodéré pour la Suze. Get out of my house, du groupe The Pizazz, est de ceux-là. Paru en 2010 chez Burger Records à une époque où le label californien ne pouvait se permettre que de petits tirages, cet album demeure aujourd’hui encore l’une des plus belles références inscrites à son catalogue. Get Out Of My House a tout du petit miracle imprévu. On se souvient l’avoir acheté sur la seule foi de sa jolie pochette1 et d’un nom, fièrement arboré par les mecs […]

BRIMSTONE HOWL – Magic Hour Epitaphe

14 avril 2016 Eric 1

(Certified PR 2013) C’est l’histoire d’un énorme gâchis. D’un groupe fabuleux dont le leader, génie excentrique, n’aimait pas partir en tournée car il préférait rester auprès de sa femme et de ses enfants. Brimstone Howl n’a pas survécu à la sédentarité et à la foi religieuse de John Ziegler, chanteur charismatique, auteur de chansons aux textes fabuleusement déjantés, et père de famille dévot. A une époque où les Black Lips n’avaient pas encore signé sur Vice, dans le chaos de l’après-White Stripes, Brimstone Howl furent un bref instant le groupe le plus passionnant de la scène garage américaine. Ces rejetons […]

PUBLIC NUISANCE – Gotta Survive Chef d'oeuvre exhumé

17 février 2016 Eric 1

(Third Man 2012) En 2012, Jack White a ajouté une nouvelle carte à son CV, celle d’exhumeur de raretés des années 60. Jusque là, en dix ans de service avec son label Third Man, White n’avait jamais réédité de vieilleries autres que ses archives personnelles (premiers singles des White Stripes, concerts enregistrés…) et semblait plus intéressé par l’objet vinyle, multipliant les expérimentations insolites (vinyles tricolores, à plusieurs étages, remplis de liquide, au format XXL, etc.) et les refourguant contre espèces trébuchantes à une fan-base docile. Depuis les choses ont bien changé, et Third Man est devenu une référence en matière […]

THE DIXIE CUPS – Chapel of Love Chic, c'est Mardi gras

3 octobre 2015 Infrason 3

(Red Bird 1964) Parmi la myriade des girl-groups des années 60 (Supremes, Ronettes, Shangri-las, Martha et les Vandellas, pour ne citer que les meilleurs), les Dixie Cups suscitent une sympathie particulière, du moins chez l’auteur de ces lignes. Certes, leur carrière est brève et leur discographie peut sembler ténue ; elle recèle cependant nombre de chefs-d’œuvre du genre. Et puis, on trouve un ovni dans leur répertoire, une incongruité qui nous plonge dans les traditions étonnantes du Carnaval et du Mardi gras créole. Nous y reviendrons un peu plus loin. Originaires de la Nouvelle-Orléans (détail qui aura son importance pour la […]

MEGA’S – Meganique Perle Nederbeat

3 juin 2015 Paul MacPherson 3

(Dankers 1968) Sur le site de Kiloutou.fr, on peut louer un détecteur de métaux pour 10,80€ la journée. À moi la gloire et l’argent, en creusant dans le jardin je vais trouver le trésor de Rackham le rouge ! Quand j’avais fait ça avec mes parents, on avait déterré du fil de fer, quelques vieux clous et on a failli tomber dans un puits dont on ignorait l’existence. Sinon il y a eBay, et sur le tout premier disque que j’ai acheté sur le site en 2008 j’ai fait mouche – de mémoire j’ai du payer Meganique 12,99€ avec les […]

MATTHEW MELTON – Still Misunderstood Diamant brut

20 juillet 2014 Rémi 0

(Southpaw ; 2009) Snake Flower 2, Bare Wires, Warm Soda : à trente ans à peine, Matthew Melton a déjà connu une carrière mouvementée et bien remplie… Alors qu’au moment où nous écrivons ces lignes, il semble s’être orienté sur une voie délibérément power pop, cette direction ne doit pas faire oublier les racines du guitariste et chanteur. Les différents styles qu’avait expérimentés Matthew Melton avec ses différents groupes (le rock psychédélique de Snake Flower 2 et l’extraordinaire boogie du deuxième album de Bare Wires) ont déjà permis au lectorat de PlanetGong de découvrir et d’apprécier les chansons de Melton, […]

THE LOVIN’SPOONFUL – Daydream Rock’n’Roll bonanza

1 février 2014 Rémi 2

(1966 ; Kama Sutra) The Lovin’ Spoonful est un groupe dont les chansons les plus connues (« Daydream » et « Summer in the city ») sont des classiques qui se trouvent sur la majorité des compilations de musique pop américaine des années soixante. Leur attrait est évident, et il reste difficile de ne pas siffloter ces morceaux pendant les quelques heures / les quelques jours qui suivent leur écoute. Aujourd’hui encore, ces deux chansons (auxquelles il faut ajouter « Do you believe in magic ? ») servent de prétexte aux imbéciles pour ne pas s’intéresser de plus près à ce groupe. N’en déplaise aux fats et grossiers […]

QUO VADIS. Zeppelin Party French Freaks, épisode 2

30 janvier 2014 Béroalde de Fuzz 1

French Freaks, épisode 2 Quo Vadis: « Zeppelin Party » En France, en 1972, on faisait mieux que Led Zeppelin. (Pas compliqué, rétorqueront les fidèles lecteurs dont nous partageons les goûts. Ayez cependant l’obligeance de ne pas désamorcer notre phrase d’accroche.) « WWWwaaaaooOOUwwwaaaaoumMm LED ZEPPELIN !!! WOCKENWOLLE !!! » On faisait mieux, parce que pour accompagner Led Zeppelin, on avait Serge Gainsbourg et les rimes riches de son phrasé au textualisme lysergique. (Et si ce n’étaient pas eux en personne, alors ce devaient être leurs frères.) Fantasme? Non, réalité: ça s’appelle « Zeppelin Party » et c’est un énorme tube de heavy-disco […]

DAVID BOWIE – Hunky Dory Formule gagnante

26 janvier 2014 Eric 6

(RCA 1971)  Hunky Dory est peut être le disque le plus important de l’exceptionnelle discographie de David Bowie. Troisième album officiel de l’artiste – sous ce patronyme en tous cas – celui-ci marque la première collaboration entre le chanteur et Mick Ronson, guitariste surdoué originaire de Hull. Entièrement arrangé par ce dernier, Hunky Dory bénéficie aussi de la présence d’excellents musiciens comme le futur Yes Rick Wakeman et ceux qui deviendront l’année suivante les Spiders Of Mars (Trevor Bolder à la basse et Woody Woodmansey aux futs), le monstrueux groupe de scène de l’alter-ego de Bowie, Ziggy Stardust. En 1971, […]

GRAVY’S DROP – For The Love Of Gravy Creedence Bubblegum Revival

24 janvier 2014 Eric 0

(Burger 2011) Avertissement : le disque que nous allons chroniquer n’est pas un grand album. Il ne changera pas la face de la pop music, il ne poussera pas des milliers de kids à acheter des guitares et des jeans slim, il ne contient aucun tube rock’n’roll immortel, il n’est même pas le meilleur qu’on ait entendu dans son genre l’année de sa sortie (2011). Pourquoi en parler alors ? Parce qu’il est diablement fun et que le véritable rock’n’roll ne s’apprécie pas en fonction de la trace que laissera un album dans l’Histoire, mais par le plaisir que procure son écoute. […]

OASIS – Be Here Now En roue libre

4 janvier 2014 Eric 17

(Sony 1997) Ça fait quinze ans qu’est sorti Be Here Now, et aujourd’hui plus que jamais, alors qu’Oasis est en stand-by et que les frères ennemis du rock anglais s’invectivent comme à leur plus belle heure et ne semblent pas prêts d’enterrer la hache de guerre, il est temps de réévaluer ce disque honni. Car Be Here Now est le disque que les frères Gallagher avouent publiquement regretter d’avoir enregistré. C’est leur grand loupé, l’album non assumé dont aucun morceau ne figure sur le best of Stop The Clocks, un délire mégalomaniaque avoué que peu de gens ont vraiment écouté […]

THE DEVIANTS – Ptooff ! Anarchy in the UK

8 mars 2013 Eric 4

(Impressario 1967) Difficile de faire groupe plus influent dans l’histoire du punk anglais que The Deviants. Telle affirmation aura de quoi faire sourire quelques vieux de la vieille mais elle est pourtant difficilement réfutable: le leader de ce groupe était Mick Farren, figure légendaire de l’underground londonien. Le vrai parrain du punk anglais, nettement plus subversif et impliqué dans la contre-culture qu’un Mick Jagger ou qu’un Iggy Pop (dont l’attitude outrancière sur scène était finalement la seule vraie marque de rébellion). Son premier groupe, créé au milieu des années soixante se nommait The Deviants, et portait en lui les germes de la […]

THE SOFT MACHINE – Volume Two Equilibre précaire

(Probe 1969) Une fois de plus, PlanetGong accueille un invité pour réparer un de ces grands oublis dont le site est coutumier. C’est ainsi Peter Mermoz Steinhauser qui vient aujourd’hui remettre les pendules à l’heure et rapeller au monde à quel point Soft Machine était un groupe merveilleux. Triste hasard, le gourou banana Kevin Ayers vient de nous quitter alors que nous célébrons ici l’album enregistré peu après son départ du groupe psychédélique-jazzy de Canterbury. Un album culte dont Peter Mermoz Steinhauser nous explique ici la richesse et l’importance  . Volume Two est un album essentiel de Soft Machine, injustement sous-estimé, il souffre d’être coincé […]

KLAUS NOMI – Klaus Nomi Plan 9 from Outer Space

20 février 2013 Rémi 2

(RCA 1981) Né en Allemagne et installé à New-York au début des années 1970, Klaus Nomi était un artiste exceptionnel qui a laissé une trace indélébile dans la musique populaire de la fin du XXe siècle, malgré une carrière très courte et une mort précoce (il fut un des premiers, parmi les célébrités, à être victimes du sida). La carrière de Klaus Nomi va prendre un tour décisif après sa rencontre avec Kristian Hoffman, qui va écrire quelques-unes des chansons les plus célèbres du répertoire de Nomi (sur ce premier album, il signe « The Nomi Song » et « Total Eclipse »). Hoffman […]

THE SONICS – Boom Eternel

15 janvier 2013 Rémi 0

(Etiquette 1966) Un an après avoir publié avec leur premier album un des grands disques du garage-rock des années 1960, les Sonics sortent chez le même label ce Boom. Ce disque, qui sera leur dernier disque studio pour Etiquette, a été enregistré comme (Here are the Sonics) sous la direction de Buck Ormsby, le bassiste des Wailers. Dès les débuts des Sonics, le modèle musical et stylistique à suivre était les Wailers ; de l’aveu des membres des Sonics, le groupe-phare de Seattle était pour eux plus qu’une influence : un véritable exemple à imiter. Le disque s’ouvre sous les meilleurs auspices : « Cinderella » est un grand morceau de […]

TIMMY’S ORGANISM – Raw Sewage Roq Who’s your idol ?

8 janvier 2013 Rémi 8

(In The Red 2012) C’est un fait depuis longtemps établi : chaque nouvelle sortie discographique de Tim Lampinen vient apporter un élément fabuleux à une œuvre monstrueuse et fascinante. Lampinen est le plus grand artiste rock’n’roll des quinze dernières années. Quel que soit le projet concerné (Epileptix, Clone Defects, Human Eye, Timmy’s Organism), le risible esthète dégénéré post-moderne que vous vous flattez d’être se réjouit de tout nouveau disque produit par Tim Lampinen. A PlanetGong, c’est totalement différent : en plus de posséder une sûreté de goût de chaque instant, nous ne sommes pas risibles (ou si peu). Pour Raw Sewage Roq, c’est […]

BILL PLUMMER & The Cosmic Brotherhood – Journey To The East Jazz psychédélique

9 août 2012 Eric 7

(Impulse! 1968) On parle assez peu de jazz sur PlanetGong. Non pas parce qu’on n’aime pas, mais parce qu’on est avant tout des amateurs de rock’n’roll et qu’on connait trop peu cette musique pour ne pas laisser les spécialistes en parler. Bill Plummer est donc le premier jazzman à avoir droit de cité ici (bien qu’on ait déjà abordé de nombreux groupes allant puiser leur inspiration du côté du jazz, à commencer par Gong et Soft Machine), et vous vous en doutez, c’est forcément pour des raisons inavouables. Bill Plummer donc, était au début des années 60 un bassiste de […]

THE C.A. QUINTET – Trip Thru Hell Bad trip psychédélique

30 juillet 2012 Eric 5

(Candy Floss 1969) Avez-vous déjà essayé d’aller sur Ebay et de filtrer les disques par prix en affichant les plus chers ? Parmi les premiers résultats on trouve régulièrement, souvent aux alentours de $2000, un album à la pochette psychédélique post-apocalyptique frappante. Trip Thru Hell, l’unique album de The C.A. Quintet n’a été publié qu’à un millier d’exemplaires lors de sa sortie en 1969, sur Candy Floss, label de Minneapolis dont provenait le groupe. Aujourd’hui, c’est un disque recherché par les collectionneurs de par sa rareté, mais aussi parce qu’il demeure un de ces chefs d’œuvres perdus des années soixante […]

STEPPENWOLF – At Your Birthday Party Idéal

30 juin 2012 Eric 5

(ABC Dunhill 1969) Le grand public retient surtout de Steppenwolf « Born To Be Wild », son hymne à la liberté qui figure parmi les morceaux plus cultes des années soixante par son association à Easy Rider et à la mythologie des bikers rebelles et vagabonds. Ceux qui ont creusé un peu la discographie du groupe retiennent surtout son autre grand succès « Magic Carpet Ride » et un album live réputé excellent (et certainement surestimé), Steppenwolf Live, qui a pour qualité de regrouper les morceaux les plus catchy du groupe. En dehors de cela, l’œuvre de Steppenwolf est plutôt mal connue, la faute sans […]