THE LOOKERS – The Lookers MFR (XXXVII, XLIII) / BM - 03

2 décembre 2016 Léo 1

(Mauvaise Foi Records / Bloody Mary Records 2016) A l’heure où Soul Jazz Records publie une compilation qui fait redécouvrir au pays de la musette qu’il est aussi terre de punk (Les Punks – The French Connection 1977-1980), The Lookers publient un premier album qui insiste sur le plus important : notre patrimoine national n’est pas tombé dans l’oreille de sourds ! Découverts il y a un peu plus d’un an grâce à leur 10 pouces Never Had Control, The Lookers nous ont fait une impression si forte que nous avons eu envie de faire partie de leur histoire. Inquiets de voir ce […]

FAT WHITE FAMILY – Songs For Our Mothers Berceuses

17 juin 2016 Eric 0

(Fat Possum 2016) Oooouh attention, groupe méchant. C’est ce qu’a subtilement asséné le label de Fat White Family depuis des mois, au point de faire du groupe anglais un des plus controversés, avec un certain succès. Sur internet au moment de la publication de leur nouvel album, tous les magazines ont ainsi repris en choeur les paroles assénées par Fat Possum sur son site officiel : « Some people will call Songs For Our Mothers the most unpleasant album of this year, if not of their entire generation; the work of a bunch of drink and drug wracked nihilist degenerates. » Certes, Fat […]

GØGGS – She Got Harder Back to basics

12 avril 2016 Léo 0

(In The Red 2015) « Ty Segall », « nouveau projet » : ces mots, articulés au sein d’une même phrase, paraissent désormais si familiers qu’ils en deviennent presque caricaturaux. Pourtant, au moment où il découvre la nouvelle (toujours nimbée de mystère, selon la tradition segallienne), c’est l’excitation plutôt que la moquerie qui saisit le petit amateur de rock’n’roll ; car celui-ci, à ce jour, n’a jamais  – ou alors très rarement – été déçu par les productions du blondinet. L’an dernier, le petit amateur de rock’n’roll eut ainsi l’occasion de s’exciter à deux reprises : une première fois lorsqu’il découvrit que Segall montait un groupe avec des membres […]

CHEAP RIOT – Ballroom Portraits Punks de luxe

30 mars 2016 Léo 0

(Requiem Pour Un Twister 2015) L’air de rien, le label Requiem Pour Un Twister est en train de se construire un catalogue consistant, empli de petits disques indie très attachants. Ainsi, des groupes aussi divers que Triptides, Halasan Bazar ou Departure Kids (pour ne citer que nos préférés) ont chacun publié un album sur la structure dirigée par les frères Gimenez. Le dernier en date s’appelle Cheap Riot, et l’album qu’ils ont publié en fin d’année dernière est probablement celui qui, entre tous, a le plus régulièrement tourné sur notre platine. Cheap Riot est un groupe parisien formé autour d’une […]

THE PHARMACY – Trouble Maker (+ Jeu-Concours) Bonne parole

3 février 2016 Léo 0

(Slice of Wax Records 2014) On ne savait pas qui étaient The Pharmacy avant que le fondateur du jeune label Slice of Wax Records ne nous contacte sur le forum PlanetGong pour nous offrir deux exemplaires de sa première référence (dont l’un est à gagner en répondant au questionnaire que vous trouverez ci-après) et « faire connaître, ne serait-ce qu’à deux ou trois personnes, The Pharmacy et le label » ! Offrir des disques par pure dévotion et volonté de diffuser la bonne parole, voilà une initiative qui suscite d’emblée sympathie et curiosité (surtout quand on sait que le généreux donateur est aussi un fan […]

HUMAN EYE – 4 : Into Unknown Vers l'infini et au-delà

4 janvier 2014 Eric 1

(In The Red 2013) On se souvient des premiers albums de Human Eye avec un brin de nostalgie teintée de snobisme. Violents, bruitistes, dérangés : ces albums exigeaient de l’auditeur un amour immodéré pour les larsens et les bizarreries psychédéliques. Timmy Lampinen avait les nerfs, s’imaginait sur des planètes distantes et avançait dans l’inconnu. Cette musique dérangeante qu’il nomma alien–punk était alors en friche, Human Eye s’annonçait comme le premier groupe d’une nouvelle mouvance et Timmy’s Organism le laboratoire où Timmy formalisait ses idées sans censure. Toute cette recherche aboutit à un véritable chef d’œuvre de rock déviant publié en […]

THE UNDERTONES – Teenage Kicks Épiphanie !

2 janvier 2014 Rémi 0

 (Good Vibrations ; 1978) Au moment d’évoquer les très grands groupes de rock de l’histoire, le nom des Undertones ne revient que très rarement. Nous l’avons déjà affirmé dans notre article consacré à leur premier album ; répétons-le : The Undertones sont un groupe immense. Pour tous les amateurs de rock’n’roll, la chanson « Teenage Kicks » est à jamais liée au nom de John Peel, DJ et présentateur d’émissions musicales à la BBC pendant plus de trente ans, qui avait fait de cette chanson son morceau favori. Outre le fait de présenter cet extraordinaire morceau, cet EP de quatre chansons est une véritable merveille. […]

EIGHTIES MATCHBOX B-LINE DISASTER – Mister Mental Souverain

1 janvier 2014 Rémi 4

(No Death / Island Records  2004) Durant l’année 2004, le groupe de Brighton semble capable de tout – et de fait, il l’était. Après avoir publié un premier album délirant d’agressivité, Huxley, MacKnight et leurs acolytes avaient publié un deuxième LP plus riche et mélodique, qui mettait à jour les influences du groupe et lui assurait un nouveau statut. La face A de ce 45 tours, « Mister Mental », est une des chansons les plus mémorables de The Royal Society ; son riff de guitare, son refrain matraqué (« Do you suffer from mental tonight? ») et le clip qui l’accompagne sont probablement connues de […]

YEAH YEAH YEAHS – Machine Avant le succès…

31 mars 2013 Rémi 0

(Wichita Recordings ; 2002) Avec la sortie en 2003 de leur premier album, Fever To Tell, dont la face A est tout simplement irréprochable, le groupe new-yorkais emmené par la chanteuse Karen O avait fait une apparition éclatante sur la scène internationale. Avant l’album, le groupe avait déjà publié un premier EP (Yeah Yeah Yeahs, en 2001) et ce 45 tours à la fin de l’année 2002. La face A de ce single est occupée par la chanson « Machine », qui ne sera pas publié sur Fever To Tell mais qui reste aujourd’hui comme une des meilleures pistes enregistrées par les Yeah Yeah Yeahs. Portée […]

THE LIBERTINES – Time For Heroes A class of their own…

24 mars 2013 Rémi 3

(Rough Trade Records ; 2003) Ce 45 tours a accompagné la sortie du premier album de The Libertines, Up the Bracket. Sorti au mois de janvier 2003, il s’agit du second 7’’ tiré de cet album (après Up The Bracket / Boys in the Band, publié en septembre 2002). La face A de ce disque, chantée par Pete Doherty, est une des grandes chansons de Up the Bracket : on y retrouve tous les ingrédients qui ont fait des Libertines un groupe à part ; musicalement, le groupe joue un rock’n’roll dynamique aux sonorités british punk (la présence de Mick Jones à la production y […]

THE UNDERTONES – You’ve got my number (why don’t you use it?) Une nouvelle pépite…

17 mars 2013 Rémi 0

 (Sire records ; 1979) Sorti peu de temps après le premier album du groupe nord-irlandais des frères O’Neill, ce 45 tours présente en face A une chanson restée inédite en album dans la carrière des Undertones. Après la sortie de leur premier EP, le « lobbying » de John Peel et la rapide signature chez Sire Records ont permis aux Undertones de bénéficier d’une exposition très importante pour un aussi jeune groupe. La chanson-titre de ce disque est à l’image des pistes livrées par le groupe dans les premières années de sa carrière : « You’ve Got My Number (Why Don’t You Use It?) […]

ART BRUT – Good Weekend Jubilatoire !

17 février 2013 Rémi 0

(Banana Recordings 2005) Publié pour accompagner la sortie de l’excellent Bang Bang Rock’n’Roll, ce 45 tours présente un des grands morceaux du premier album d’Art Brut,  » Good Weekend « , sur lequel Eddie Argos narre avec jubilation (et un peu de fébrilité) sa dernière conquête féminine. L’élément marquant de la chanson est l’enthousiasme crétin qui la caractérise, et qui se traduit par des paroles réjouissantes, notamment sur le refrain :  » Phone’s ringing all weekend / Got myself a brand new girlfriend / So many messages to send / Got myself a brand new girlfriend « . Un peu plus loin, Argos répète […]

TIMMY’S ORGANISM – Raw Sewage Roq Who’s your idol ?

8 janvier 2013 Rémi 8

(In The Red 2012) C’est un fait depuis longtemps établi : chaque nouvelle sortie discographique de Tim Lampinen vient apporter un élément fabuleux à une œuvre monstrueuse et fascinante. Lampinen est le plus grand artiste rock’n’roll des quinze dernières années. Quel que soit le projet concerné (Epileptix, Clone Defects, Human Eye, Timmy’s Organism), le risible esthète dégénéré post-moderne que vous vous flattez d’être se réjouit de tout nouveau disque produit par Tim Lampinen. A PlanetGong, c’est totalement différent : en plus de posséder une sûreté de goût de chaque instant, nous ne sommes pas risibles (ou si peu). Pour Raw Sewage Roq, c’est […]

THE COLLINS KIDS – Hop, Skip And Jump Les as du rock'n'roll, épisode 8

14 juin 2012 Béroalde de Fuzz 2

  On n’a pas attendu la génération Naast pour faire rocker les mômes. Au royaume des sauvageons, les Collins Kids représentèrent l’une des plus singulières attractions jamais vues : Lorrie, radieuse cariatide country pop, dès quatorze ans pleine d’assurance et à seize de magnétisme, et Larry, lutin sauteur de neuf-onze ans harnaché d’une Mosrite à double manche. Si leurs débuts à la télévision en 1953 (au Town Hall Party californien, ils obtiennent un rendez-vous régulier), alors que leurs voix n’ont pas encore muées, concernent d’abord un public enfantin (exemple: « The Cuckoo Rock » gentil, vite agaçant), très vite, dès 1956, le spectacle tourne à… autre […]

THE PERVERTS – The Perverts. What Ty did next

8 avril 2012 Eric 0

(HBSP-2X  2008) En 2008, lorsque son projet Epsilons prit fin après deux disques excellents, Ty Segall rejoint les Traditional Fools chez qui il tint la batterie le temps d’enregistrer un album et un single. Néanmoins, le besoin de hurler dans un micro en tenant une guitare se fit rapidement sentir. Segall monta alors The Perverts avec ses potes Jigmae Baer (batteur, qu’on entend sur certains albums solo de Segall) et Charles Moothart (que les amateurs connaissent plus sous le nom de Charlie Moonheart). La seule trace qu’il reste aujourd’hui de ce projet réside en un EP six-titres d’une violence inouïe. Chaque titre dure […]

THE RICHMOND SLUTS – Sweet Something Un grand moment de rock'n'roll

1 avril 2012 Eric 3

(Disaster Records 2002) En France, le revival rock’n’roll des années 2000 a commencé pour beaucoup par le passage nocturne sur chaînes musicales (mais si souvenez-vous, M6 passait des clips vers 3h du matin)  de « Hate To Say I Told You So » des Hives ou la découverte des quatre accords de « Fell In Love With A Girl » des White Stripes à la radio. Pour certains, il avait été initié par le magazine Rock & Folk qui avait bombardé album du mois le disque décoiffant d’un groupe méconnu et voué à le rester : The Richmond Sluts. Venus de San Francisco, ces […]

THE HUNCHES – Lisa Told Me Déjà cultes

18 mars 2012 Eric 1

(Sweet Nothing 2001) Rappel des faits : en 2001, alors que Hives et White Stripes  commençaient à faire frémir les charts avec leur garage-rock énervé, The Hunches étaient le groupe le plus bruyant de la planète.  Ce fait est relaté par ce 45 tours bruitiste où cris et coups de griffes émergent difficilement du brouhaha sonore créé par des guitares désespérément distordues et une production lo-fi caverneuse. Ce qu’on entend ici ? Quatre jeunes gens qui tapent sur des trucs, martyrisent des guitares en produisant des sons non prévus sur la notice, mettent la distorsion sur 11 et enregistrent à […]

BAD SPORTS – Kings Of The Weekend Sentiment contraires

13 mars 2012 Eric 20

(Dirtnap 2011) Difficile de parler d’un disque qui nous embête autant qu’il nous réjouit. Et de façon plus générale, difficile de parler de l’album un peu décevant d’un groupe méconnu. Le dilemme se pose souvent à nous quand on écoute l’album inintéressant d’un groupe signé sur une petite structure : vaut-il mieux ne pas en parler du tout ou doit-on le descendre avec la même férocité qu’on égratigne au mauvais Coldplay (pléonasme) ? La plupart du temps, on préfère ne pas taper sur les petits, et on passe pudiquement sous silence ces albums qui ne nous inspirent pas. Mais parfois […]

ART BRUT – Emily Kane Amours adolescentes

12 février 2012 Rémi 2

(Banana Recordings / Fierce Panda ; 2005) Au moment de la sortie de son premier album, Art Brut semblait décidé à conquérir le monde… Son chanteur – et incontestable frontman – était amusant, intelligent et il répondait sans prétention et avec ironie au barnum de la scène rock’n’roll de son époque : le charismatique Eddie Argos personnifiait une certaine idée de la classe britannique. Plus important, Art Brut a écrit et enregistré quelques chansons exceptionnelles, qui ont fait de Bang Bang Rock’n’Roll un des albums majeurs de la décennie. Sous une pochette assez laide, ce disque abrite une des chansons phares de l’album – qui […]

EDDY CURRENT SUPPRESSION RING – So Many Things Monstrueux trésor

30 janvier 2012 Rémi 3

(Goner  2011) Le groupe australien Eddy Current Suppression Ring a publié en toute fin d’année 2011 un double LP regroupant des singles aujourd’hui impossibles à trouver et des prises alternatives de quelques-unes de leurs chansons. Après huit ans d’existence et trois albums qui ont vu le groupe devenir une des valeurs sûres de la scène australienne et internationale, Eddy Current Suppression Ring s’offre une rétrospective… La compilation double vinyle a donc le vent en poupe : Goner avait déjà sorti une compilation de ce type pour Ty Segall ; un peu plus tôt, Thee Oh Sees avaient publié Singles vol.1 & 2. Ce […]

CHICKEN DIAMOND – Chicken Diamond II Lourd et brûlant

28 janvier 2012 Rémi 0

(Beast Records 2012) Environ un an après la sortie de son premier LP, Chicken Diamond rendait officielle aux mécréants que vous êtes l’annonce de la sortie d’un nouvel album. En moins de temps qu’il n’en faudrait à un aveugle pour apprendre le code de la route et ne reculant devant aucun sacrifice, la rédaction de PlanetGong a pris la décision qui s’imposait : consacrer à cet excitant one-man-band français (cela n’est pas un oxymore) un nouvel article. Hélas, les choses n’étant que ce qu’elles sont, la chronique de ce second album se fit cruellement attendre, je ne le sais que trop bien, […]