SEAN LENNON – Friendly Fire Crédibilité

(Capitol 2006)

Après la bonne réception de son premier opus, Sean Lennon, le fils du plus célèbre des Beatles s’est retrouvé devant deux obligations : celle de faire au moins aussi bien que son premier disque et, surtout, celle de se montrer à la hauteur de son illustre patronyme. Rien d’étonnant alors à ce qu’il ait mis près de huit ans à concocter son second album. Sean Lennon n’a pas le droit à l’erreur, ou presque.

Ce qu’il ressort de ce Friendly Fire, c’est que Sean partage avec John un sens de la mélodie certain et possède une voix incroyablement proche de celle de son père. Malgré tous nos efforts, il est quasiment impossible de ne pas penser à l’ancien Beatle quand on écoute cet album et quand les intonations de voix sont à ce point similaires (dans « Parachute » on croirait entendre John Lennon sur « Julia » ou « Happiness Is A Warm Gun »). Sur certain morceaux, comme « Wait For Me » ou « Friendly Fire », on a vraiment l’impression d’écouter du Cotton Mather (un des groupes de copistes des Beatles les plus doués), on se demande si c’est une bonne chose ou non, d’ailleurs… Cette approche est surprenante de la part de quelqu’un qui affirme être fan des Beach Boys quand on lui pose la question « Beatles ou Stones? ».

La tonalité générale de cet album est acoustique, les morceaux s’articulant généralement autour d’une série d’arpèges délicats. On pense souvent au Elliott Smith de Figure 8 ou à des groupes comme les Shins (sur « Headlights » par exemple). La pop indé de Sean Lennon est bien écrite et plonge l’auditeur dans une ambiance feutrée, du genre relaxant. La voix du chanteur est mise en avant, l’accent porté sur les mélodies plutôt que sur des orchestrations délirantes. Le mot d’ordre ici est la sobriété et la douceur et plusieurs morceaux sont des vraies réussites, comme la magnifique « Dead Meat », « Wait For Me », « On Again Off Again » et de manière générales les chansons de début d’album.

Friendly Fire a le mérite d’être court et de ne jamais ennuyer l’auditeur. Il se termine sur une ballade au piano magnifique, « Falling Out Of Love », qui rappelle celles de Jet quand ils essaient de jouer aux Beatles. Pour faire ce genre de morceaux, autant posséder le patronyme qui va avec, ça donne plus de crédibilité et ça fait plaisir aux vieux fans. Friendly Fire, projet casse-gueule, place définitivement Sean Lennon dans la catégorie des artistes crédibles, chose toujours difficile quand on possède un héritage génétique aussi lourd à porter. Espérons un nouvel album avant 2014.

 

 

Tracklisting :

  1. « Dead Meat »     *
  2. « Wait for Me »    *
  3. « Parachute »   
  4. « Friendly Fire »   
  5. « Spectacle »    
  6. « Tomorrow »   
  7. « On Again Off Again »   
  8. « Headlights »   
  9. « Would I Be the One »    
  10. « Falling Out of Love »     *

 

Vidéo :

« Dead Meat »

 

Eric

Rédacteur en chef, webmonstre, tête de veau, suiveur de modes, mauvaise foi.

1 Comment

  1. Ah ouais? Son premier album avait été bien reçu?
    Personnellement, j’ai jamais vraiment réussi à rentrer dedans. Je le trouvais trop "electro", trop lancinant, trop long…
    Et je trouvais que sa voix un peu miaulante ressemblait plus à celle de sa mère que celle de son père.

    C’est pourquoi j’hésite à aborder ce Friendly Fire.

Laisser un commentaire