SECOND SEX. Live Gibus, Paris - 22/06/2007

Retour au Rock’n’Roll Friday, à nouveau au Gibus après quelques mois passés au Tryptique. Arrivés dans la salle, après l’accueil viril mais correct de Géant Vert, on ne passe pas par la case bière en raison de ces tarifs toujours aussi prohibitifs (ça n’empêchera pas des dizaines des midinettes de se trimbaler saoules toute la soirée avec une vodka-ice toujours pleine à la main – déduisez-en ce que vous voulez) et on commence à guetter dans la foule la présence des scenesters attendus – la tête à claque des Naast, la souriante Busty visible de loin avec sa tignasse péroxydée, le t-shirt Jimi Hendrix Experience jaune du grand Philippe Manœuvre.

La soirée commence par un groupe funky/ska (leur nom importe peu) qui chante des morceaux très gais et chauffe correctement la foule. Leur final est néanmoins catastrophique quand leur « Johnny B. Goode » de balloche est repris en chœur par une dizaine de soiffards qui montent sur scène et tentent de créer un happening. Ambiance potache d’autocélébration d’une scène parisienne. Le batteur des Second Sex est à l’harmonica, tout le monde est vêtu selon l’uniforme fashion, c’est à celui qui posera le plus. Le décalage entre l’attitude des mecs et le vide sidéral du karaoké auquel on vient d’assister est du genre comique.

Quand les Prostitutes arrivent, le public les accueille avec une grande ferveur – ils scandent leurs nom en rythme depuis 5 bonnes minutes. Le début de leur set fait impression. Du punk 77 aux riffs nerveux chanté par un mec qui se prend pour Johnny Rotten – du chant nasillard aux insultes au public en passant par les crachats. L’ambiance est électrique, quelques fans essaient d’envahir la scène sans se douter d’un changement d’importance depuis la première partie : Géant Vert assure désormais la sécurité dans la fosse. Le voir attraper tous les velléitaires par la tête avant de les envoyer voltiger dans l’arrière salle est jouissif (« Zongo! »).

Les Second Sex viennent finir le boulot. La salle est désormais comble, les groupies en sueur crient avec passion le prénom du bassiste (qui porte une horrible veste en jean sans manches façon Bruce Springsteen 1985′), Phil Man est concentré tel le Maharishi sur le côté de la scène. Les 45 minutes de rock’n’roll qu’envoie le groupe dans les dents des sceptiques mettent les choses au point et confirment l’impression que nous avaient laissé leurs premiers morceaux : les Second Sex sont de très loin le meilleur groupe à retenir de cette nouvelle scène parisienne. « Je ne suis pas une fille facile », « Mon Autre Côté », « Lick My Boots » sont les points forts de cet excellent concert. Le dernier nommé rappelle « Baby Please Don’t Go » (version Them/Amboy Dukes). Les Second Sex en ont fait au fil des concerts un morceau de bravoure extraordinaire, un truc vénéneux qu’ils étirent sur 10 minutes tendues à bloc. Après un démarrage haletant, la batterie se fait plus calme, maintenant simplement le tempo, la basse se promène, la guitare navigue dans son coin… on attend désespérément l’explosion finale qui part dans tous les sens et envoie tout le monde s’abîmer dans un pogo en forme d’émeute (sauf pour les mineures bourrées de tout à l’heure qui hurlent à la mort, debout sur les tables, suspendues à la tuyauterie du plafond).

Paris tient-il son véritable groupe-phare ? Pour nous, la réponse est oui, sans aucun doute. Le mouvement gagne enfin en crédibilité.

Eric

Rédacteur en chef, webmonstre, tête de veau, suiveur de modes, mauvaise foi.

15 Comments

  1. Ah bah je suis content que planet gong soit d’accord avec moi … Second Sex un groupe vraiment pas mal de la nouvelle scene rock parisienne, le seul bon groupe …

    Mais je sais pas toi cher Planet Gong mais j’ai un petit faible pour leur reprise des Underdogs "Love’s gone bad" sur leur myspace … Pas toi ?

  2. Telephone?oula.En tout cas merci d’avoir repondu a ce commentaire,j’en attendai pas autant.je suis un lecteur assidu de vos critiques et j’ai decouvert pas mal de trucs grace a vous.
    Pour les Zozoz,de mon avis,les deux meilleures compositions ne sont pas presentés et on entend pas suffisemment les paroles,donc attention va falloir rester attentif..
    Aparca jsuis dacord pour les Bernards et Love’s gone bad.Bon week end les gongos!

  3. héhé…juste un petit commentaire pour dire que ce n’est pas mon groupe,jsuis juste la en tant que VRP!mais vous serez tenu au courant,et dans pas trop longtemps j’espere(le groupe est pas loin d’etre encore moins reactif que les Strokes ces derniers temps..)

  4. *é&@ù^* le son des guitares est vraiment enorme sur leur morceau enregistré en studio ! Le mixage est vraiment bon quand même ! Leur voix sur Love’s gone bad sonne tres "Joe Strummer" je trouve ! Lick My Boots j’aime que la fin quand il chuchote … Mon autre coté j’aime bien 🙂

    vivement l’album … Esperons qu’eux et Julien Doré pourront relancer le rock francais ! C’est un peu hors sujet mais la reprise de Moi… Lolita de ce dernier m’a decu … quand on voit ce qu’il fait avec ses 2 groupes … Dommage !

  5. j’aime encore bien leur musique donc c’est pas vrmt une critique personnelle,mais excusez-moi vous trouvez pas que c’est une mauvaise imitation de bb brunes?

  6. Mouais , enfin second sex va rapidement suivre le meme destin que bbrunes et consorts.ILs vont faire gaiement la tournée des plateaux télé.EN tout cas second sex sonne comme un vieux groupe garage de série b ou pire des années 1970, ils sont surement fière de cela , je ne savais pas que la gérontophilie était à la mode dans le rock.4étoiles dans rock et folk , l’honneur est sauf pour le rock français , la pravda a toujours raison ! ps: Bientot le retour de charle trénet en rock?

  7. 54 ans si l’on prend le premier single d’Elvis comme référence. Avant celà, c’était déjà du recyclage, mais on ne lui donnait pas encore le nom de rock.

  8. Vous etes les Fukuyama du rock?L’histoire du rock ne s’est pas arrété à Memphis en 1956 , il n’y a que Eddy Mitchell qui croit ça.On recycle parce qu’on manque de créativité et puis ces groupes sont photogénique (hygiénique?) c’est le plus important dans cet univers controlé par les médias.Ecouter 666 667 de noir désir et ensuite l’album de second sex vous verrez à quel point ces nouveaux groupes sont surestimés et manquent de profondeur.

  9. L’album des Second Sex sortira le 3 Novembre, et tu l’as déjà écouté ? Ou alors tu juges a priori ?

    Et tu sais, même les Deep Purple que tu sembles apprécier ont repris Lucille (qui date de 1957, je crois)…

  10. Deep Purple a surtout fait son premier succes en reprenant Hush (à côté de reprises des Beatles, Hendrix, Ike & Tina…), puis « plagié » Vanilla Fudge et It’s A Bieautiful Day. Mais ça reste nettement moins de recyclage que la carriere de Led Zeppelin. Et pourtant, ni l’un ni l’autre n’en sortent diminués, que je sache.

  11. L’album est en écoute sur leur myspace.Il vaut ce qui vaut c’est à dire un rock garage sans grand génie , un bon album mais sans plus.Je ne sais pas si ils sont meilleurs que bbrune au fond c’est un peu pareil , et puis si on met 4etoiles à ce groupe alors pourquoi pas aux jonas brothers? Le pendant américain de rock and folk Rollingstone magazine a bien fait ça ,

  12. anarchy> Merci pour l’info !

    Eric> Je trouve le jugement sur les BB Brunes un peu hâtif. Qu’ils soient un groupe « à minettes obnibulé par Doherty » n’est pas faux, mais je ne vois pas en quoi cela discrédite leur album (qui est sans doute le meilleur publié pour l’instant par la « scène parisienne »). A ce train-là, on peut rétorquer que les Beatles aussi étaient un groupe à minettes… Pour les Second Sex, j’attends d’écouter leur album, mais dire qu’il y a un monde avec les BB Brunes parce qu’ils pratiquent un honnête garage rock (« Mon autre côté » n’est pas un chef d’oeuvre…) me semble bancal.

    Sinon, toutes mes félicitations pour cet excellent blog ! 

  13. Le rock francais, peuf, ça n’a jamais existé et ça n’existe pas plus maintenant. Heureusement, au moins on a eu Noir Dez’, le reste, c’est du bobo, des chanteuses sans voix, des braillards et des faux-anglais. N’écoutez pas la radio bouh !     

  14. « Esperons qu’eux et Julien Doré pourront relancer le rock francais ! C’est un peu hors sujet mais la reprise de Moi… Lolita de ce dernier m’a decu … quand on voit ce qu’il fait avec ses 2
    groupes … Dommage ! »

    « Ouais, j’espère pour lui qu’il ne va pas faire une carrière entière sur le crédo de Richard Cheese et qu’il va envoyer du vrai rock’n’roll quand il fera son premier album. »

     

    Ah ah.

Laisser un commentaire