(Off Label Records 2013)

Les Dinosaur Truckers viennent d’Allemagne et ça ne s’entend pas : ils réincarnent le bluegrass comme si jamais, depuis le temps, Bill Monroe n’avait cessé de mandoliniser sous les lunes bleues du Kentucky. Ne vous fiez pas à leurs allures proprettes de citadins vaguement hipsteristes (petites barbes, petites lunettes, petits carreaux), ils incendient la scène en moins de dix secondes et leur musique est bien loin de fleurer la lénifiante nostalgie véhiculée par la mode épouvantable des « country line » et autres « square dance ».

Le bluegrass, rappelons-le aux fans des Blacks Lips qui nous liraient, est né après-guerre, quand Bill Monroe entreprend de moderniser la old time music ; d’où la présence de ces instruments traditionnels: banjos, violons, mandolines, qui ne forment pas le lot quotidien des Blacks Keys, pour ne prendre qu’un exemple. Les tempos sont rapides, très rapides, virtuoses, et complétés par des harmonies vocales délicates et parfois haut perchées, qualifiées de « high and lonesome » (le dernier titre de l’album y fait référence).

Non seulement les Dinosaur Truckers jouent à la perfection ce genre délaissé, voire oublié ; mais leur disque est aussi monumental que le promet leur patronyme. Pas de rengaines fossilisées, rien que des compositions en béton. En bons vrais hillbilly punks, ils reprennent en 2014 l’affaire où elle en était restée, et ça donne des tubes dévastateurs (« Black Ship »), des rythmes tarentulesques à la contrebasse slappée (« Hey People »), des choeurs unanimes (« Burn The Place To The Ground ») et des ballades poignantes (« Wolves In The Streets », « Leave Everything Behind »). Les accords vibrants d’une guitare twangy font souffler un vent de far-west dans nos chevelures déployées, et la pedal-steel nous suscite à loisir des couchers de soleil fantasmagoriques. L’ensemble présente une cohérence admirable, sans la moindre baisse de tension.

En quelques années, les Dinosaur Truckers se sont imposés comme des références incontestables de la scène contemporaine alt-country, alt-blues, alt-folk, qu’importe l’étiquette. Si les dieux le veulent, cet été au Binic Folks Blues Festival 2014, ils devraient tout ravager sur leur passage: nous ne manquerons pas le rendez-vous.

 

 

Tracklisting:

1.Black Ship *
2.Let It Roll
3.Wolves In The Streets *
4.Burn the Place To The Ground
5.Shadow Fallin’ Down My Face
6.Tiny Studded Red Designer Belt
7.Halfway Through
8.Box Of Memories
9.The End Are Just The Same
10.Hey People
11.Leave Everything Behind *
12.High, Low And Lonesome

  

Vidéo :