THE DIRTBOMBS – If you don’t already have a look. Grosse classe

(In The Red 2005)

Les Dirtbombs sont le plus grand groupe de rock’n’roll au monde, et personne ne le sait. Ou presque. Ce n’est pas pourtant faute de sortir peu de disques que le groupe ne possède pas la reconnaissance populaire qu’il mérite. If You Don’t Already Have A Look est un objet attendu depuis longtemps par les obsédés du groupe, une double compilation de tous les morceaux sortis par les Dirtbombs en dehors de leurs trois albums officiels. 52 morceaux, soit 29 originaux (dont huit inédits) et 23 reprises, pratique que les Dirtbombs ont élevé au rang d’art avec leur chef d’œuvre soul-punk sorti en 2001, Ultraglide In Black.

Mick Collins, le charismatique chanteur noir du quintet est une légende vivante à Detroit, le parrain incontesté de la communauté garage-rock depuis les années 80 et on premier groupe culte, les Gories. Son projet Dirtbombs demeure un de ses plus audacieux : deux batteries, deux basses et lui-même à la guitare. Si les changements de line-up se sont souvent succédé (on en compte 17 à ce jour), ce double cd démontre que le groupe n’a jamais connu de baisse de qualité en 10 ans de carrière. Mieux, il démontre la toute puissance des Dirtbombs sur la scène garage-rock américaine.

Une des particularités de ce groupe consiste par ailleurs à enregistrer des singles quand bon lui semble, en fait dès que quelqu’un veut bien leur payer une séance de studio pour sortir un single des Dirtbombs. De ce fait, le groupe a enregistré des singles dans plusieurs pays, au gré des tournées et des rencontres, en sortant trois à quatre par an, rendant la traque de ces précieux 7 pouces compliquée. Un véritable sacerdoce en fait.
  
If You Don’t Already Have A Look permet donc à l’aficionado de pouvoir enfin écouter quelques pépites introuvables comme le mythique « Cedar Point 76 » – sorti originellement en split single avec les White Stripes en 2000 –, les premier singles du groupe ou ceux tirés à 500 copies en Australie.

Le premier disque contient les 29 titres originaux et illustre parfaitement les différentes phases du groupe, des décharges punk extrémistes lo-fi des débuts (« Theme From The Dirtbombs », « Don’t Bogue My High ») aux Dirtbombs glam-pop (« Pray For Pills ») en passant par la case soul-punk fuzz qui demeure la marque de fabrique du groupe. Quasiment rien n’est à jeter hormis quelques blagues de potache et des pièces au son limite inaudible. Incroyable pour un groupe qui explique tout au long des très droles 24 pages du livret, que la majorité des chansons ont été enregistrées à l’arrache, baclées même. N’oublions tout de même pas que Mick Collins prétend dans ce même livret préférer les singles aux albums (« singles are straight to the point… there’s no filler« ). De quoi nous faire dire que tout cela est exagéré…surtout quand on écoute des morceaux extraordinaires comme « Stuck Under My Shoe », « Here Comes That Sound Again » ou « Headlights On ».

Le deuxième disque est plus surprenant car il révèle l’incroyable éclectisme de Mick Collins et la capacité des Dirtbombs à s’approprier n’importe quelle chanson, aussi éloignée de leur répertoire soit-elle. En vrac, Bee Gees, Soft Cell, Elliott Smith, Gun Club, Stevie Wonder, Elois, Adult, Smokey Robinson, Rolling Stones et meme Yoko Ono sont revisités, pour un résultat souvent surprenant, toujours gagnant. La palme du drole revient à « I Started A Joke » des Bee Gees, « Kiss Kiss Kiss » de Yoko Ono (oui, ils ont osé) et à la reprise de « No Expectations » des Stones qui se mélange à la rythmique de « Sympathy For The Devil » et finit sur l’ad lib de « Hey Jude ». Des meilleurs morceaux de ce second disque on peut citer « Possession » (reprise de Cheater Slick), « I Feel Good » (One The Juggler) et « Natural Man » (Lou Rawls). Quoiqu’il en soit, ce double disque est indispensable à toute discothèque qui se respecte car il présente un des groupes les plus vitaux dans son exercice préféré. Comme l’indique Collins, If You don’t Already Have A Look ne possède pas de filler, que du killer…

www.thedirtbombs.net

 

Tracklisting :

CD 1

  1. « Theme from the Dirtbombs » (Mick Collins)
  2. « The Sharpest Claws » (Collins) *
  3. « Stuck Under My Shoe » (Collins) *
  4. « I’m Saving Myself for Nichelle Nichols (No. 3) » (Collins)
  5. « Here Comes That Sound Again » (Collins, Pat Pantano) *
  6. « High Octane Salvation » (Collins)
  7. « Cedar Point ’76 » (Collins, Jim Diamond) *
  8. « Little Miss Chocolate Syrup » (Collins, Diamond) 
  9. « Headlights On » (Collins) *
  10. « Never Licking You Again » (Collins)
  11. « Don’t Bogue My High » (Collins) 
  12. « Encrypted » (Collins) *
  13. « (I’m Not Your) Scratchin’ Post » (Collins) *
  14. « Broke in Detroit (Again) » (Collins) *
  15. « Merit » (Collins)
  16. « Trainwreck » (Collins) *
  17. « Infra-Red » (Collins)
  18. « Jolene » (Ben Blackwell, Diamond, Pantano, Tom Potter)
  19. « Candyass » (Collins)
  20. « Pray for Pills » (Collins, Diamond)   *
  21. « All My Friends » (Collins)
  22. « She Played Me Like a Booger » (Collins)
  23. « They Hate Us in Scandinavia » (Collins)
  24. « They Saved Einstein’s Brain » (Collins)  *
  25. « Correspondence » (Collins) 
  26. « Tina Louise » (Collins) 
  27. « Brucia I Cavit » (Collins) 
  28. « Words That Hurt » (Collins) 
  29. « My Last Christmas » (Collins, Diamond)

CD 2

  1. « Possession » (Dana Hatch, David Shannon), original par Cheater Slicks
  2. « Maybe Your Baby » (Stevie Wonder) 
  3. « Brand New Game » (Elliott Smith) 
  4. « I’ll Be in Trouble » (Smokey Robinson), original par The Miracles
  5. « Lupita Screams » (Jeffrey Lee Pierce), original par The Gun Club
  6. « By My Side » (Fiorini, Heenan, Rowe, Van Burkel), original par The Elois
  7. « No Expectations » (Mick Jagger, Keith Richards), original par The Rolling Stones
  8. « I Feel Good » (Rokko), original par One the Juggler
  9. « Natural Man » (S.A. Baron, Bobby Hebb), original par Lou Rawls
  10. « Noise in This World » (English Beat)
  11. « Kiss Kiss Kiss » (Yoko Ono)
  12. « Refried Dreams » (Hatch, Shannon), original par Cheater Slicks
  13. « Insecure Me » (Marc Almond, David Ball), original par Soft Cell
  14. « Mystified » (Coz Canler, Wally Palmar, Mike Skill), original par The Romantics
  15. « My Love for You » (Libran, Scroggins), original par ESG
  16. « You Don’t Mean It » (Ohio Players)
  17. « I Want, Need, Love You » (Alan Oloman), original par Black Diamonds
  18. « Ha Ha Ha » (Flipper)
  19. « Tanzen Gehn » (Hirschburger, Lohr, Zundel), original par Hubert Kah
  20. « Crash Down Day » (C. Phillips), original par Cass Phillips
  21. « Lost Love » (Nicola Kuperus, Adam Lee Miller), original par ADULT.
  22. « What You’ve Got » (J. Ellison), original par Soul Brothers Six
  23. « I Started a Joke » (Barry Gibb, Maurice Gibb, Robin Gibb), original par The Bee Gees

 

L’album est en écoute sur Deezer : www.deezer.com/fr/#music/the-dirtbombs/if-you-don-t-already-have-a-look-376563

Eric

Rédacteur en chef, webmonstre, tête de veau, suiveur de modes, mauvaise foi.

2 Comments

  1. Faut quand même pas passer à la trappe les trois premiers albums, tous excellents et diversifiés !!

    Et le dernier nous a tous botté le cul également…
    Grand Groupe !!

Laisser un commentaire