1990s – Cookies Best party in town

(Rough Trade 2007)

Il n’y a pas si longtemps encore, le rock’n’roll était une fête, un prétexte pour danser dans tous les sens sans se poser de questions ni se préoccuper du lendemain. Où est passé l’esprit festif ? La pilule new-rave a du mal à passer pour certains d’entre nous. Cette musique gonflée à l’ecstasy, jouée par des fashion-victims qui prennent plus de temps à remettre d’aplomb leur frange qu’à écrire des vraies chansons a tendance à nous fatiguer, surtout à jeun.

Marre des poseurs imbéciles, des jeans serrés et des polos fluo. Entendre les Klaxons se féliciter d’avoir gagné le Mercury Prize parce qu’à la différence d’Amy Winehouse, ils font « avancer la musique » (« Mercury is about pushing music forward and that’s what we’ve done ») a de quoi énerver. Ces mecs se prennent méchamment au sérieux. Coller une grosse basse binaire sur des morceaux des années 90 (cf. « It’s Not Over Yet ») n’a rien d’une évolution. Ca suffit pour en faire danser certains, mais bordel, tout cela manque quand même de poésie, d’humour, de fun !

Heureusement, l’Ecosse vient d’accoucher d’un groupe aussi doué que rigolard. 1990s sont un trio glaswégien mené par le charismatique Jackie McKeown, personnage à l’humour décapant, doté des mêmes ratiches que Dingo et qui prône un hédonisme crétin dans des chansons. L’anti-rock star, un antidote à tous les Johnny Borrell de salon. La musique des 1990s s’appuie sur trois principes quasi-immuables : une basse monstrueusement groovy, d’héritage disco, des paroles loufoques et des chœurs malins qui mettent en reliefs les irrésistibles mélodies. Le morceau « You Made Me Like It » en est l’exemple type : sur un texte nonsensique (« I tried living in a movie, seemed like bad TV / And then you walked on, barely said a line / You got an Oscar, and you gave it to me, well how about that?! / I’m glad we made the movie at my place », on adore), le groupe envoie un groove contagieux et des ooh-oh-oh qu’on hulule avec le sourire scotché aux oreilles. Le principe fonctionne sur d’autres chansons scintillantes telles que « You’re Supposed To Be My Friend » ou l’immense « See You At The Lights » qui s’écoute aussi bien à 3h du matin sur le dancefloor qu’un mardi après-midi au boulot (attention à ne pas se lancer dans des chorégraphies sur le lieu de travail, ça peut arriver avec cet album).

Lorsque les 1990s laissent retomber le tempo, le talent est toujours là. « Cult Status », « Arcade Precinct » et « Enjoying Myself » naviguent dans les mêmes eaux que le premier album des Modern Lovers – de Jonathan Richman à Jackie Mc Keown, il y a indéniablement une filiation. Les paroles de « Cult Status » nous rappellent que deux tiers des 1990s ont fait partie du groupe The Yummy Fur, aujourd’hui célèbre pour avoir compté dans ses rangs Alex Kapranos et Paul Thompson de Franz Ferdinand. Si on a l’habitude de voir des artistes clamer haut et fort la taille de leur groupe, de leur égo ou d’autre chose (cf Lou Reed quand il explique pourquoi il fait du Taï-Chi), McKeown revendique son statut d’artiste culte qui ne le rend ni riche ni célèbre mais au moins lui permet d’obtenir quelques faveurs (« my cult status keeps me fucking your wife »). L’honneur est sauf. En fin d’album, « Weeds », quant à elle, propose sur une ambiance de fin de soirée, les paroles les plus drôles depuis le premier Art Brut : « Why don’t you try taking drugs again? / You were never funnier than you were back then / You never go to parties, why is that? / Such a drag, not being seen with you ». A méditer.

Il paraît que 2007 est l’année ou le rock est redevenu dansant. Les 1990s proposent la meilleure bringue avec Cookies, album inspiré qui fait voler en éclat les passages obligés actuels de la scène indie britannique.

 

 

Tracklisting :

1.    You Made Me Like It   *
2.    See You At The Lights  *
3.    Cult Status  *
4.    Arcade Precinct
5.    Is There A Switch For That?
6.    Enjoying Myself
7.    You’re Supposed To Be My Friend  *
8.    Pollokshields  *
9.    Risque Pictures
10.    Weed  *
11.    Thinking Of Not Going
12.    Situation

 

Vidéos :

« You Made Me Like It »

 
« You’re Supposed To By My Friends »
 

 

Eric

Rédacteur en chef, webmonstre, tête de veau, suiveur de modes, mauvaise foi.

2 Comments

Laisser un commentaire