LOUIS XIV – The Best Little Secrets Are Kept

Le retour du glam?

(Atlantic 2005)

Fans de Ziggy Stardust et de T-Rex, jetez vous sur cet album ! Ce groupe de San Diego vient de sortir un classique glam instantané. Le nom et le look des membres du groupe sont improbables. Ils sont moches, mal coiffés, pas jeunes, libidineux, crétins et extrêmement drôles. Bref, Louis XIV sont notre groupe préféré du moment.

C’était un fait : ce revival garage-rock manquait singulièrement de décadence glam. Emanation du groupe Convoy (dont Jason Hill et Brian Karscig faisaient également partie), Louis XIV s’inscrit dans la grande lignée des glammeux flamboyants et a gardé de ses influences glitter un art du riff bolanien, un phrasé bowiesque et une irrésistible rythmique boogie à la Gary Glitter. Epuré de la crème chantilly qui a pu rendre un Aladdin Sane indigeste – violons à gogo, piano casse-pieds ou saxo de films de cul – le glam-rock de Louis XIV possède un son garage et une énergie punk. 

« Well I’m a weapon of mass destruction!« . Après une intro clin d’œil, genre musique de chambre, le ton est donné : le festival des riffs gras et des punchlines commence. Parmi les morceaux à retenir, « Finding Out True Love Is Blind » aux paroles lubriques(« Girl, you look like something that I want, oh and your little Asian friend, she can come if she wants…« ), interrompu par un pont aberrant chanté en falsetto, est à retenir.

Politics is so much better when there’s sex (Louis XIV, « Pledge Of Allegiance »)

« Paper Doll » et « Illegal Tender » (où le chanteur Jason Hill  gouaille en spoken words) voient le groupe évoluer dans le registre de « Hang On To Yourself » ou « John, I’m Only Dancing » de David Bowie tandis que « God Killed The Queen » et « Pledge Of Allegiance » donnent dans le hard-rock tendance australienne.

On trouve tout de même une ballade dans cet album, évidemment chantée par Brian Karscig une fois que Jason Hill a terminé de débiter ses fables licencieuses. « All The Little Pieces », placé en pénultième position, aurait pu figurer dans Electric Warrior. Que dire alors de « A Letter To Dominique » qui ne diffère de « Metal Guru » que dans les paroles et qui flirte avec le plagiat? Pas grand chose en fait car on prend vraiment son pied à écouter cet album jouissif. Ce groupe possède un avantage non négligeable sur toutes les influences qu’il revendique : il existe encore. Précipitons-nous à ses concerts.

 

Tracklisting :

1.Louis XIV  *
2.Finding Out True Love is Blind *
3.Paper Doll *

4.God Killed The Queen *
5.A Letter to Dominique
6.Illegal Tender *
7.A Pledge of Allegiance *
8.Hey Teacher
9.All the Little Pieces
10.Ball of Twine
 
 

 

Vidéos :

« Finding Out True Love Is Blind »

« God Killed The Queen »

 
 

Vinyle :

Sans surprise, cette pochette a fait parler d’elle. La version américaine de l’album a même été recadrée afin qu’on ne voie que le dos de la jeune femme