A la une Dans les caveaux du Fuzz

LE BLACK METAL EXPLIQUÉ AUX MODS

Fuzz caverneuse, groove abject et « Fais-le-toi-même » :

du Black metal expliqué aux Mods

 

En 2020, le black metal est tendance, ne nous mentons pas, comme disent les youtoubeurs. À moins que ce ne fût en 2018.

Le black metal est inscrit à l’Unesco, en 2020 le black metal est jubilatoire et dérangeant comme tout un chacun. Vice lui consacre des documentaires en noir et blanc léché, les Légions Noires sont si hype que Télérama sort son Top5 black metal de fêtes de fin d’année, et il y a belle lurette que Varg Vikernes s’est fait bouter hors de Corrèze par Manuel Valls.

Puis, il y a même un film en images numériques consacré aux événements de Norvège du début des années 90. En numérique !

Nous venons après la bataille, le sujet est rabâché. Ici, on ne donnera pas dans le diachronique, le podium, la définition – vous trouverez tout, ailleurs, en mieux, fait par des gens qui s’y connaissent. Si ça se trouve, on ne parlera même pas de Satan.

Notre propos est plus modeste : il est de contribuer à la concorde entre les communautés, à jeter des ponts, quoi.

En bonne démarche épistémologique, nous tenons néanmoins à expliciter nos présupposés et ne négligerons pas de répondre à la vieille injonction marxisante : « d’où tu parles ? »

Nous parlerons donc de rock’ n’ roll.

Parce qu’après tout, le blaque, c’est de la fuzz et du DIY, et qu’est-ce que la fuzz et le DIY, sinon du garage-punk ? CQFD.

En 1981, Venom, « bienvenue en Enfer », c’était quoi ? c’était du Motörhead, tête-de-bouc en lieu et place de molosse cornu sur la devanture, joué sans Ricken mais avec slip en cuir clouté, non ?

Alors foin des querelles de chapelle. Qui, en 1990 comme en 2020 enregistre des albums sur k7, édition limitée à cinquante exemplaires, le son pire possible, pochette bichromie faite à la main s’il-vous-plaît ? Les garageux et les blaqueux.

Car il y a de la poésie et de la mystique dans le black comme dans le garageponque-sixtize ; cela, ça ne se prouve pas ; cela, chacun le sait, chacun le sent.

Amis, mon message est fort et il est clair : les Sonics et Darkthrone, même combat.

 

Episode 1 : DARKTHRONE : « Kathaarian Life Code »

Béroalde de Fuzz : plume flamboyante, garagiste nanardais, exhumeur de syntagmes.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

AllEscort