THE GROWLERS – Not. Psych ! Souverain

(Fat Cat records 2013)​

The Growlers avaient marqué de leur empreinte le début de l’année 2013 avec la sortie d’un album plantureux, riche et inspiré : Hung At Heart. Loin de se reposer sur leurs lauriers, ils ont décidé d’enrichir leur discographie avec la publication de cet EP au mois de décembre 2013. Fidèle à ses habitudes, le groupe est généreux, et sept nouveaux morceaux composent ce disque (même si certains étaient déjà apparus en démo sur la cassette Beach Goth sortie chez Burger Records). Pour les puristes, signalons que ce Not. Psych! est un disque européen ; il en existe une version légèrement différente pour les marchés américain, australien et néo-zélandais intitulée Gilded Pleasures (nous n’avons malheureusement pas d’information en ce qui concerne les autres régions du globe).

Le format EP renforce l’aspect singulier et dense de la musique du groupe, et convient parfaitement à l’expérience d’écoute d’un disque des Growlers ; les quelques critiques qui pouvaient assez justement s’appliquer à Are You In Or Are You Out ? et à Hung At Heart concernaient un relatif déchet dû à la longueur de ces disques. Avec Not. Psych!, The Growlers creusent avec assurance le sillon qu’ils ont tracé lors des années précédentes ; la touche mélancolique de la musique du groupe est toujours présente, parfois élégamment contrebalancée par des paroles à l’humour déstabilisant – « Little girls don’t last forever / Enjoy them while you can /Take it from a dirty young man » (« Dogheart II »).

Même si ses morceaux sont aisément identifiables et que ce disque n’est en rien une révolution par rapport à ce que les amateurs de Growlers connaissaient, il faut remarquer que le groupe évolue peu à peu vers un aspect plus pop : jamais les guitares n’ont sonné aussi clair, jamais le clavier n’a livré d’accords aussi pertinents que sur ce disque. Le groupe reste cependant fidèle à son idée de nonchalance, établie en règle de conduite absolue depuis ses débuts : variant les tempos avec bonheur comme si de rien n’était, les Growlers enchaînent des compositions mémorables : « Tell it how it is » et « Ol Rat face » possèdent une rythmique chaloupée, une boucle de guitare simple et entêtante et des interventions de claviers bienvenues. Le chant caractéristique de Brooks Nielsen est aussi bon qu’à l’accoutumée, alors que la guitare basse occupe une place de plus en plus importante dans la musique du groupe, devenant centrale dans quelques chansons (« Hundrum blues », « Change in your veins »).

Not. Psych! confirme l’excellence des Growlers, qui sont parmi les plus imaginatifs des groupes contemporains. Dense et inspiré, cet EP semble également parfaitement indiqué pour faire découvrir ce groupe à votre entourage désespérément inculte.

 

 

Liste des chansons :

1. Dogheart II *
2. Hiding under covers
3. Tell it how it is
4. Humdrum blues *
5. Ol rat face *
6. Change in your veins *
7. Nobody owns you

 

Vidéos :

« Dogheart Blues »

 
« Tell How It Is » (live)
 
 
« Hiding Under Covers »
 

 

Vinyle :

The Growlers - Not. Psych ! EP

Eric

Rédacteur en chef, webmonstre, tête de veau, suiveur de modes, mauvaise foi.

12 Comments

  1. Je fais régulièrement écouter les Growlers à mon entourage désespérément inculte et souvent ça plaît !

    Ça pourrait être mauvais signe, mais je pense que ça tient à la dimension pop du groupe, le fait qu’il réunisse une variété d’influences conséquente, et à sa qualité objective. Il est parfois
    vérifié que même le plus inculte, voire le plus abruti par la soupe contemporaine, sait reconnaître cette qualité objective lorsqu’il l’a en face de lui.

  2. Ouais je les trouve pas extra Ego of Man et Pretend I’m Gay, peut-être que c’est nous qu’avons la meilleure édition ehe. Par ailleurs mes deux chansons préférées sur l’album
    n’ont aucune étoile bouhouh (tell it how it is et nobody owns you)

  3. Je trouve que la pochette de l’EP européen est bien plus jolie que celle del’EP amerloque, mais je sais pas si ça suffit à compenser les deux chansons en moins.
    Elles sont pas mal, mais pas indispensables oui. 

  4. D’accord pour la pochette. Franchement ils ont réussi à faire un bon EP en gardant la recette de l’album précédent, bravo les mecs.

  5. Je fais régulièrement écouter les Growlers à mon entourage désespérément inculte et souvent ça plaît !

    Ça pourrait être mauvais signe, mais je pense que ça tient à la dimension pop du groupe, le fait qu’il réunisse une variété d’influences conséquente, et à sa qualité objective. Il est parfois
    vérifié que même le plus inculte, voire le plus abruti par la soupe contemporaine, sait reconnaître cette qualité objective lorsqu’il l’a en face de lui.

  6. Ouais je les trouve pas extra Ego of Man et Pretend I’m Gay, peut-être que c’est nous qu’avons la meilleure édition ehe. Par ailleurs mes deux chansons préférées sur l’album
    n’ont aucune étoile bouhouh (tell it how it is et nobody owns you)

  7. Je trouve que la pochette de l’EP européen est bien plus jolie que celle del’EP amerloque, mais je sais pas si ça suffit à compenser les deux chansons en moins.
    Elles sont pas mal, mais pas indispensables oui. 

  8. D’accord pour la pochette. Franchement ils ont réussi à faire un bon EP en gardant la recette de l’album précédent, bravo les mecs.

Laisser un commentaire