BAND OF SKULLS – Baby Darling Doll Face Honey Eclectisme crétin

(Shangri-La 2009)

Sous ce titre à rallonge et cette jolie pochette – peinte par la bassiste du groupe, Emma Richardson –, se cache le premier LP de ce trio anglais originaire de Southampton. Après quelques premières escarmouches réalisées sous le joli sobriquet de Fleeing New York, le groupe a pu disposer des soins d’Ian Davenport à la production. Le résultat est un disque travaillé, très produit, et d’une variété de styles trop importante pour le talent de composition du groupe.

En effet, dans leur désir de plaire au plus grand nombre et de réaliser un carton populaire, les membres de Band Of Skulls semblent ne s’être posé aucune limite : tous les moyens seront bons pour arriver à leurs fins, et tous les styles susceptibles de plaire seront tentés ici. Dans cette approche ambitieuse, le majeur problème du premier disque de ce groupe, est que l’auditeur a l’impression d’avoir déjà entendu les meilleurs moments de ce disque plusieurs fois, parfois dans de meilleures chansons, parfois dans d’autres mauvaises chansons.

Le disque lorgne du côté de tout ce qui a été populaire dans la scène pop-rock ces dernières années : des attaques de guitares qui se veulent agressives, mais qui sont malheureusement loin de déchaîner (« Light of the Morning », « Death by Diamonds and Pearls ») à la rythmique art-rock du refrain de « I know what I am ». Quand les morceaux modèrent le tempo, c’est encore pire : on a l’impression d’être tombé (par erreur, faut-il le préciser) sur un disque de Keane ou de Coldplay (sur « Fires », par exemple). Sans les chœurs et sa fin interminable, « Blood » pourrait être une agréable face B des Kills (NB : ceci était un commentaire positif). Il ne faut cependant pas espérer trouver dans « Patterns » un autre intérêt que son aspect éducatif (reconnaissons que le fait d’aider à apprendre à compter jusqu’à dix en anglais constitue un double bénéfice pédagogique pour les élèves de maternelle non anglophones) ; côté didactique, le morceau se défend ; côté musical, il est malheureusement d’un intérêt proche du néant.

Band Of Skulls n’est pas un groupe franchement mauvais – loin de là, en réalité –, mais il ne fait réellement mouche sur aucun morceau, et il s’ensuit logiquement que l’écoute de ce disque dans son intégralité est profondément ennuyeuse.

 

 

Liste des chansons :

  1. Light of the Morning
  2. Death by Diamonds and Pearls
  3. I know What I am *
  4. Fires
  5. Honest
  6. Patterns
  7. Bomb
  8. Impossible
  9. Blood
  10. Dull Gold Heart
  11. Cold Fame

L’album sur Deezer : www.deezer.com/fr/#music/band-of-skulls/baby-darling-doll-face-honey-345526
Le MySpace du groupe : www.myspace.com/bandofskulls

 

Vidéo :

« I Know What I Am »

 

Rémi

Rédacteur amiral, plombier polonais, dépoussiéreur d'étagères, objectivité totale.

1 Comment

  1. Euh ,j’ai écrit un truc très sommaire sur cette album que j’ai pourtant aimé même si certes cet album n’a rien d’exceptionnel en lui même,le groupe est doué et les morceaux sont bon pour moi
     . Comme quoi ,on est tous différent.Moi je me contente d’écouter beaucoup de musique et de truc differents .Et je pense qu’on a pas les même goûts mais ça reste interressant de voir
    d’autres personnes avec des styles différents des siens partager ce qu’ils aiment .

Laisser un commentaire