OVERNIGHT LOWS – City Of Rotten Eyes Punk’s not dead

(2010 Goner Records)

Groupe mythique au statut légendaire (et dont l’absurdité du credo mériterait de devenir proverbiale), Overnight Lows est un groupe qui ne ressemble à aucun autre. Fondé en 1995 après la séparation des Comas par un couple (Marsh et Daphne Nabors), le groupe avait toujours dédaigné d’entrer dans un studio d’enregistrement et d’y réaliser un album. C’est finalement chose faite, et c’est le label Goner qui remporte la mise, et publie ce disque de punk efficace. Accompagnés de l’infatigable Paul Artigues à la batterie, Marsh et Daphne Nabors réussissent le plus difficile : ne pas décevoir leurs (quelques) fans, et enregistrer un album solide qui devrait leur permettre d’être connus et appréciés au-delà des frontières de l’état du Mississippi.

Les morceaux composés et interprétés par Overnight Lows sont caractérisés par des attaques de guitares délibérément punk, et s’organisent (pour la plupart) selon le schéma suivant : un gros riff tranchant, une ligne relativement simple jouée rapidement et toujours appuyée par une frappe de batterie surmenée. Les chants sont le plus souvent assurés à deux voix (par le couple Nabors) et les paroles sont scandées ou hurlées comme des slogans existentiels. Durant chacune moins d’une minute trente, des pistes comme « City of rotten eyes », « Bad Times » et « Second Guess » sont de bons exemples du style du groupe, qui ne perd jamais son temps en fioritures. Les compositions sont brèves et immédiates : en douze chansons, l’album ne dure guère plus de vingt minutes.

Il ne faudrait néanmoins pas classer Overnight Lows dans la catégorie des groupes de punk rock agréables, mais relativement communs : le trio est non seulement capable de jouer de bons morceaux dans le style immédiat déjà explicité, mais aussi de livrer quelques chansons plus ambitieuses : « Low Road » et « Last meal for the underachiever » sont ainsi de brillantes réussites, où le groupe s’applique à faire monter la tension dans une intro instrumentale parfaitement maîtrisée, avant que les morceaux ne décollent véritablement. Certains ont  attendu les quinze ans de carrière du groupe pour enfin disposer d’une vingtaine de minutes d’enregistrements studio… Pour nous, l’attente a été moins longue ; quoi qu’il en soit, nous avons déjà une bonne raison d’espérer voir l’année 2025, pour la sortie du deuxième album de ce groupe.

  

 

Liste des chansons : 

1. City of rotten eyes *
2. So well read *
3. Eyesore *
4. Lipstick Burn
5. Dirty Looks
6. Static Scars
7. Shut up looking at me
8. Bat times *
9. Low road *
10. Picked apart (left to rot)
11. Second guess
12. Last meal for the underachiever

Le groupe sur MySpace : www.myspace.com/theovernightlows

 

Vidéo :

« City Of Rotten Eyes », en concert.

  

Vinyle : 

Voici donc ce à quoi ressemble un oeil pourri.

Overnight Lows - City Of Rotten Eyes

Rémi

Rédacteur amiral, plombier polonais, dépoussiéreur d'étagères, objectivité totale.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire