Waylon THORNTON and the HEAVY HANDS – Yours Truly Rockabilly bonanza

(Moon Recordings 2010)

Depuis quelques années, Waylon Thornton enregistre avec son épouse des disques de rock’n’roll agressif dans des conditions rudimentaires, en hurlant ses morceaux à la façon de Little Richard. A la recherche d’une certaine authenticité rock, sa démarche est largement influencée par les Cramps. Amoureux déclaré du rock’n’roll impétueux des années 1950, Thornton a pour modèle un des héros obscurs de cette période, le légendaire Hasil Adkins, loser crasseux de l’histoire du rock, icône underground et modèle de tous les one-man-bands.

Le chant déglingué de la première minute donne le ton de l’album : étonnant et dérangé, dissonant et enthousiaste… Rien de très surprenant, en somme, pour tous ceux qui connaissent déjà les deux albums précédents, Pure Evil et X-Ray. Le premier morceau, « Yours Truly » prend la forme d’une incantation malsaine aux chœurs discordants, avant l’arrivée d’une guitare acoustique (branchée sur l’électrique) et d’une rythmique minimaliste. Les quatre premiers morceaux du disque sont joués avec les mêmes moyens : la voix sature, la guitare sature, la frappe de batterie est basique… Waylon Thornton semble décidé à faire de nécessité, vertu : par son chant enthousiaste et passionné, il revient à l’essence même du rock’n’roll… « Meet Me By The Garbage Can » commence par la promesse suivante : « I’m gonna kick your ass motherfucker ! »… Le message est clair, et Waylon Thornton le répète à l’envi, en utilisant par moments des approches légèrement différentes de son univers rock (notamment un riff de guitare surf sur « I See Evil », au son fruste mais irrésistible, qui rappelle les toutes premières productions des White Stripes).

L’album possède quelques pépites à l’effet immédiat, et qui restent longtemps en tête – Waylon Thornton rend des hommages évidents à ses modèles, les pionniers du rock’n’roll, et il est clair que ses chansons en rappellent des dizaines d’autres. Assez logiquement, la plupart des morceaux sont brefs (il y a quatorze morceaux sur ce disque qui dure moins de vingt-six minutes), parmi lesquels les plus percutants sont « Coca-Cola Rock’n’Roll » et ses paroles accablantes « We do things the American Way / We don’t listen to what you say », mais aussi « Walking With The Wicked », le premier morceau du disque qui soit totalement électrique : une structure blues, pas très subtile, mais efficace et entêtante Citons encore « Color TV », une chansons à l’énergie contagieuse, et qui aurait pu être enregistré par Buddy Holly, si celui-ci ne s’était pas écrasé en avion mais retiré dans la campagne et avait vécu en homme des bois pendant cinquante ans.

Avant Yours Truly, Waylon Thornton avait déjà enregistré de nombreux disques, et comme il ne semble pas croire à la possibilité de faire une carrière d’artiste « normale » (ce en quoi il a probablement raison), il laisse régulièrement des liens de téléchargement légal vers ses albums, à l’adresse suivante : http://waylonshanethornton.blogspot.com/

 

 

Liste des chansons :

  1. Yours truly *
  2. Meet me by the garbage can
  3. I see evil
  4. Color TV
  5. Walking with the wicked *
  6. I Slayed the Hydra
  7. Men don’t cry
  8. Teenage gluehead
  9. Coca Cola Rock’n’Roll *
  10. Wolf wagon
  11. The man with the golden arm
  12. Tuned out
  13. Black Fur
  14. Manson Halloween

L’album est en téléchargement gratuit sur le blog de Waylon Thornton :
http://waylonshanethornton.blogspot.com/2010/01/wthh-006-yours-truly.html

 

Vidéo : 

Le duo en concert en 2009

 

Rémi

Rédacteur amiral, plombier polonais, dépoussiéreur d'étagères, objectivité totale.

2 Comments

Laisser un commentaire