KAVIAR SPECIAL – #2 Confirmation

(Howling Banana / Beast 2016)

Grands espoirs de la scène garage française après un excellent premier album et des prestations scéniques remarquées (notamment au Cosmic Trip et à Binic), les rennais Kaviar Special reviennent avec un deuxième disque que l’on attendait avec une certaine impatience, et beaucoup de curiosité. Têtes de file de la jeune garde garage qui émerge depuis deux ou trois ans (Volage, Madcaps, Sapin… bref la scène Azbin / Howlin Banana / Born Bad), Kaviar Special sont à la croisée des chemins : ont-ils les moyens de devenir le grand groupe garage français de demain ?

Réponse avec #2, deuxième album pour lequel le groupe a décidé de prendre son temps, quitte à perdre en spontanéité. Le plus étonnant dans ce disque c’est son tracklisting qui, à l’inverse de ce qui se pratique habituellement, garde les meilleurs morceaux (en tous cas nos préférés) pour la fin d’album. En général, un album est conçu ainsi : trois morceaux forts en ouverture (souvent les singles), suivi de deux moins marquants, histoire de décompresser, puis on remet les gaz en début de face B.

#2 fonctionne différemment. Les premiers morceaux sont étonnamment calmes (on ne peut pas dire que ce soit un disque qui attrape l’auditeur par les gonades) et sont loin d’être les meilleurs du disque. Le titre d’ouverture, « Starving », pourrait même passer pour un titre beat des Madcaps. Quiconque ayant écouté le premier album du groupe a de quoi être un peu décontenancé, d’autant que Kaviar Special propose ici une production bien plus ambitieuse que précédemment.

En ayant la bonne idée de mettre le lo-fi de côté et en ralentissant le tempo, Kaviar Special propose un album qui sort des sentiers garage (ceux des Skeptics ou de Regal, pour parler du groupe français qui les a aidé à se lancer, et avec qui ils partagent des atomes crochus) et ouvre sa palette à de nombreuses sonorités – pour le meilleur.

Ainsi, avec ses guitares surf et sa mélodie pop, « Sleep Thoughts »  semble tout droit sortie d’un album des Fresh & Onlys. « Highway » et « Night Shift » font penser à du Ty Segall période Goodbye Bread (façon « My Head Explodes »). « Mind Fuck » et « Morning Light » avec leur approche boogie ponctuée de breaks cinglants pourraient être écrits par Matthew Melton (Bare Wires / Warm Soda). L’album contient surtout quelques ballades irrésistibles (« Yolove ») et des vraies chansons pop superbement écrites (« Come On » et « Drowned In Doubts », magnifiques).

Si #2 est une indéniable réussite, il reste toutefois difficile de savoir qui sont véritablement Kaviar Spécial à l’issue de cet album. Assemblage de beaucoup d’influences, ils proposent ici un album excellent, mais on serait bien en mal de leur attribuer une identité reconnaissable immédiatement (ce que leurs comparses de Sapin, par exemple, sont eux parvenus à façonner). Peut-être que l’épreuve scénique nous en dira plus, mais à vrai dire, pour l’instant, tant qu’ils continuent à produire des disques de cette qualité, on s’en fiche.

 

 

Tracklisting

1. Starving
2. Sleep Thoughts *
3. Highway
4. I Wouldn’t Touch You With A Stick
5. Night Shift *
6. Mad
7. Mind Fuck
8. Come On *
9. Morning Light
10. Now I Know
11. Yolove
12. Drowned In Doubts *

 

Vidéos

« Highway »

« Sleep Thoughts »

Eric

Rédacteur en chef, webmonstre, tête de veau, suiveur de modes, mauvaise foi.

1 Comment

  1. Marrant je préfère de loin la face A où ça bastonne de super riffs.
    La face B me semble plus portée par le chant, et c’est pas spécialement le point fort du groupe je trouve

Laisser un commentaire