REVEREND PEYTON’S BIG DAMN BAND – Peyton on Patton Relecture brillante

(SideOneDummy ; 2011)

Découvert par PlanetGong il y a quelques mois seulement (par l’intermédiaire d’un excellent forum que je ne saurais trop vous recommander), Reverend Peyton’s Damn Band est un des groupes dont l’existence a quelque chose d’immédiatement rassérénant. Originaire d’Indiana, ce trio est emmené par le guitariste et chanteur Josh Peyton, dont la voix rocailleuse ne cesse pas d’impressionner. Cette formation (quelque peu modifiée depuis le départ de Jayme Peyton, le frère du révérend) a déjà sorti cinq albums avant la parution de ce Peyton on Patton.

Comme son titre l’indique assez clairement, Peyton on Patton est un disque consacré à l’œuvre de Charlie Patton, bluesman à la carrière discographique courte mais prolifique (il enregistra une soixantaine de pistes, entre 1929 et 1934). Plutôt que de s’essayer à un hasardeux jeu de comparaison – ce serait prêter le flanc aux attaques les plus faciles de tous les fans plus ou moins intégristes de pre-war-bluesPeyton a eu la bonne idée d’apporter à ces compositions sa touche personnelle. Sa voix rocailleuse est ainsi mise en valeur, alors que son jeu de guitare alterne une agressivité saisissante et une précision impressionnante (sur « Tom Rushen Blues », notamment).

Peyton livre ici quelques performances vocales remarquables (« Some Happy day », « You’re gonna need somebody when you come to die »), qui ne trahissent en rien les compositions de celui qui fut une influence majeure d’Howlin’ Wolf. Les interprétations d’« Elder Green » et de « Spoonful Blues » (à deux voix) sont deux des belles réussites de ce disque, tout comme « Shake it and break it », que l’on imagine pourtant une des chansons les plus difficiles à adapter. Les variations autour de la chanson « Some of these days I’ll be gone » permettent d’appréhender un peu mieux l’univers du révérend Peyton (trois versions de ce morceau sont ici présentées !). 

Ce disque est clairement l’œuvre d’un admirateur inconditionnel de Charlie Patton (le disque a été enregistré dans les mêmes conditions que celles dont disposaient Patton) ; heureusement, cet admirateur réussit son pari, un véritable tour de force : rendre pertinente et passionnante sa lecture d’un des artistes majeurs du blues. Cet album est l’occasion de donner à ces morceaux une nouvelle vie, ainsi que d’offrir une visibilité nouvelle à l’œuvre d’un artiste trop souvent oublié au profit de l’inévitable Robert Johnson. En plus de l’écoute de ce Peyton on Patton, nous recommandons par conséquent celle des enregistrements réalisés par Patton lui-même (la compilation Founder of the Delta Blues, paru en 1969, est le disque de référence le plus facile à trouver – les plus ambitieux iront directement chercher du côté du coffret 7 CD Screamin’ and Hollerin’ the Blues : The Worlds of Charlie Patton).

 

 

Liste des chansons : 

  1. Jesus Is A Dying-Bed Maker *
  2. Some Of These Days I’ll Be Gone (Charley Patton Version)
  3. Mississippi Boweavil Blues
  4. Elder Greene Blues *
  5. Tom Rushen Blues
  6. Some Happy Days
  7. Some Of These Days I’ll Be Gone (Banjo Version)
  8. Green River Blues
  9. Prayer Of Death Pt. 1
  10. A Spoonful Blues *
  11. You’re Gonna Need Someone When You Come To Die *
  12. Shake It And Break It
  13. Some Of These Days I’ll Be Gone (Rev. Peyton Version)

 

Vidéos :

« Mississippi Boweavil Blues »

 
« Prayer Of Death »
 
 
« Elder Green Blues »
 
 

Rémi

Rédacteur amiral, plombier polonais, dépoussiéreur d'étagères, objectivité totale.

3 Comments

  1. Album aussi réjouissant, vigoureux et débonnaire que considérable, que le genre humain entier doit s’empresser d’acquérir dans les plus brefs délais.

Laisser un commentaire