THE BABIES – The Babies One-shot ?

(Shrimper  2011)

Ce disque est le premier de The Babies, formation composée par les membres d’excellents groupes : Cassey Ramone, la guitariste et chanteuse des Vivian Girls, et Kevin Morby, le bassiste des Woods. A première vue, ce projet qui réunit deux groupes intéressants de la scène indépendante nord-américaine semble promettre de belles choses. La démarche surf-noise des Vivian Girls et la pop lo-fi des Woods ont produit quelques-unes des meilleures chansons de rock’n’roll de ces dernières années, dans des styles différents. Alors que Vivian Girls ont déjà livré deux albums marqués par la surf-music et les arrangements bruitistes, les Woods se sont épanouis dans un registre plus intimiste et délicat au sein de leur remarquable label Woodsist.

Les collaborations d’artistes établis pour former de nouveaux groupes a depuis toujours accompagné l’histoire de la musique : un groupe formé par des gens connus correspond à un public plus étendu, et donc à un potentiel économique plus important. Suivant cette logique, peu importe si dans l’immense majorité des cas, le résultat est lamentable (Traveling Wilburys, The Highwaymen, The Dead Weather, Them Crooked Vultures), puisque les disques se vendent par millions, et que les salles de concert sont remplacées par des stades pour accueillir ces autoproclamés « supergroupes ». Pour The Babies, il serait cependant impropre  – et ridicule –  d’utiliser ce terme, habituellement réservé à de très gros vendeurs, ce qui n’est pas le cas des Vivian Girls, ni celui des Woods

Une impression de facilité domine à l’écoute de ce disque parfaitement maîtrisé, qui propose quelques morceaux de grande classe : « Run Me Over » est une piste d’une remarquable efficacité où se retrouvent quelques-uns des éléments des deux groupes originels. La force de cet album est d’avoir trouvé l’équilibre entre les instrumentations habituelles et les voix de Ramone et Morby. Le chant est partagé ou assuré à deux, selon le style de chanson : si « Sunset » penche du côté des  morceaux de l’album At Echo Lake, « All Things Come To Pass » voit le chant de Ramone produit de la même façon que sur Everything Goes Wrong. L’album se déroule dans une remarquable unité qui n’empêche pas le groupe de varier les tempos : « Sick Kid » et « Wild 2 » sont introspectifs, alors que « Personality » est un morceau de rock’n’roll basique et jubilatoire. La face A de The Babies est impressionnante, et même si la face B possède d’excellentes pistes, sa qualité globale demeure en-deçà de celle des premiers morceaux de l’album. Véritable point d’orgue du disque, « Breakin The Law » est un parfait condensé de ce que le groupe peut enregistrer de meilleur : le morceau est une petite merveille d’immédiateté pop, et une chanson qui marquera ses auditeurs.

Cet album de The Babies est aussi une nouvelle preuve de l’éclatante santé de la scène indépendante nord-américaine, qui réinvente l’aventure musicale du rock’n’roll en marge des canons pop contemporains. Le projet – conçu pour être temporaire – pourrait bien s’avérer plus fructueux et connaître plus de succès que chacun des groupes respectifs des membres de The Babies. Quel que soit son avenir, le groupe est déjà parvenu à enregistrer un excellent album avec ce court LP (à peine plus de vingt-six minutes). De plus, Cassey Ramone semble décidée à marquer l’année 2011 de son empreinte : elle a annoncé la sortie de son premier album solo (Zenith) chez In The Red Records, alors que le troisième LP des Vivian Girls sera publié au printemps par le label Share The Joy.

 

 

Liste des chansons :

  1. Run me over *
  2. Sunset
  3. All things come to pass
  4. Meet me in the city *
  5. Personality
  6. Breakin’ the law *
  7. Sick Kid
  8. Wild 1
  9. Wild 2
  10. Caroline

The Babies sur MySpace : www.myspace.com/thebabiesnyc

 

Vidéos :

« Meet Me In The City »

« Caroline »

Rémi

Rédacteur amiral, plombier polonais, dépoussiéreur d'étagères, objectivité totale.

10 Comments

  1. C’est marrant parce que j’ai beaucoup écouté ce disque au début de l’année, je l’ai vraiment aimé… sans savoir que c’était un side-project des Vivian Girls et des Woods, deux groupes que je
    n’aime pas particulièrement. Encore une grande bizarrerie…

Laisser un commentaire