JACUZZI BOYS – Glazin’ Disque de l’année ?

(Hardly Art  2011)

Auteurs d’un excellent premier album fort apprécié en ces lieux, puis d’un single remarquable, les Jacuzzi Boys ont eu la bonne idée de modifier un peu leur formule, au moment de concevoir leur deuxième LP. A l’heure où les groupes à la production délibérément lo-fi s’empilent et fatiguent les auditeurs les plus acharnés – qui commencent à manquer d’oxygène, à trop écouter des albums aux productions étouffées – les Floridiens ont décidé de mettre de l’ordre dans leurs compositions et d’éclaircir leur son. Exit la distorsion et le léger voile qui donnait au groupe un côté do it yourself très charmant, le groupe joue désormais ses morceaux sans artifice et sans besoin de se dissimuler derrière la production de leurs chansons. Ce Glazin’ sonne (étonnamment) propre, certes, mais cela permet au groupe de se démarquer quelque peu de la meute et surtout de mettre en avant ses superbes compositions aux contours powerpop.

Sur l’ensemble du disque – à peine plus de trente minutes en douze pistes – les Jacuzzi Boys démontrent une facilité d’écriture remarquable : « Automatic Jail » puis « Glazin’ »  s’imposent tranquillement parmi les meilleures chansons pop de l’année. Ce disque enchaîne les chansons enthousiasmantes sans relâche, et y insère tout un registre d’aspects inspirés : rythmique robotique et solo de guitare de quelques secondes de « Cool Vapours », « Silver Sphere » ou « Libras and Zebras », guitare rythmique minimaliste et tranchante et chant très mélodique de « Crush »… Par ailleurs, les paroles de quelques-unes des chansons sont d’une naïveté pop fantastique (« Automatic Jail », « Crush »).

La seconde moitié de l’album voit le groupe revenir à un son nettement plus tendu sur « Silver Sphere » et « Zeppelin » qui se distingue aussi par une rythmique assez lourde et délibérément glam : une fois de plus, les Jacuzzi Boys impressionnent… Ils continuent d’envoyer d’excellents morceaux rock’n’roll sur la seconde partie de leur album : « Los Angeles » et ses changement de rythmes, ses chœurs enlevés (de joyeux « oooh L.A. oooooh-oooooh-aaaaaah »), et son riff de guitare marquant. En fin d’album, une ballade se charge d’apporter un peu de calme et de conclure ce Glazin’ de façon plus posée que les extravagantes chansons qui la précédaient.

 

 

Liste des chansons : 

  1. Viscaya
  2. Automatic Jail *
  3. Glazin’ *
  4. Cool Vapors *
  5. Libras and Zebras
  6. Crush *
  7. Silver Sphere (Death Dream)
  8. Zeppelin *
  9. Los Angeles
  10. Koo Koo with you *

 

Vidéos 

« Automatic Jail »

 
« Glazin' »
 

 

Vinyle :

Les cent premiers exemplaires du vinyle contiennent un 45 tours bonus sur lequel les Jacuzzi Boys reprennent avec brio « Born Dancer » de Kim Fowley.

Jacuzzi Boys - Glazin'

Rémi

Rédacteur amiral, plombier polonais, dépoussiéreur d'étagères, objectivité totale.

14 Comments

  1. Suis d’ac, ça va être un des albums de l’année.

    J’y trouve (un peu) la même évidence que dans le disque des Soft Pack – d’ailleurs à ce propos, leur abum s’affirme le temps passant comme LE gros disque de ces dernières années.

  2. Hey ! ^^

    Hideux ton blog ! ;D

    Évite un peu de poster à l’occaz’ ça me fairait super plaisir ! ;D

    Même pas adieu j’espère ! ^^

     

    (j’ai le seum, c’est le seul commentaire pour la chronique du 45 de mon groupe…)

    Sinon je n’avais jusqu’ici pas été convaincu par les Jacuzzi Boys, mais avec ce nouvel album ça va un peu mieux déjà, en plus la pochette est mieux dessinée.

  3. Zut, elle est arrivée un jour trop tard, cette chronique…

     

    Beat, le Soft Pack, tu le mets avant TOUS les disques de ces dernières années? Avant Laugh Tracks, par exemple?

  4. Ah? bon je posterai ma chronique du disque plus tard… j’arrive à peu près à la même conclusion même s’il m’aura
    fallu pusieurs écoutes pour en apprécier tous les sucs ce qui explique que je ne suis pas aussi emballé que toi !

  5. @MC5 : oui devant Laugh Tracks bien sûr.

    Je dis « meilleur » disque dans une tentative objective, le Soft Pack s’apprécie quel que soit le contexte, ils ont ce côté tubesque qui fait que tout le monde apprécie, et l’album ne fait qu’un
    seul bloc.

    Tim Cohen c’est moins immédiat, à la fois plus extraverti et introverti. (hips).

  6. suis d’accord, les compos sont pas de meilleure qualité que sur No Season, mais le propos est tellement bien éclairci par le prod, qu’on les apprécie mieux,

    cet espèce de « filtre » dont parle Eric, sur le précédent, ça finit pas lasser malheureusement, là on dirait qu’ils assument mieux leur écriture.

  7. « oui devant Laugh Tracks bien sûr.

    Je dis « meilleur » disque dans une tentative objective, le Soft Pack s’apprécie quel que soit le contexte, ils ont ce côté tubesque qui fait que tout le monde apprécie, et l’album ne fait qu’un
    seul bloc.

    Tim Cohen c’est moins immédiat, à la fois plus extraverti et introverti. (hips). »

     

    Ben v’là aut’ chose… Savais pas ça qu’il était aussi bon, moi, ce disque-là.

    • ce qui est marrant avec cette vidéo, c’est qu’elle est désormais « officielle », alors qu’à la base c’est une vidéo de fans. elle a tellement tourné que le groupe s’est vraiment fait un nom grâce à
      elle, il est rare de voir des fans autant s’investir pour leur groupe préféré !

Laisser un commentaire