JACUZZI BOYS – Happy Damage

Party time

(Mag Mag Records 2015)

Les Jacuzzi Boys, au contraire de quelques-uns de leurs contemporains californiens auxquels ils étaient autrefois comparés, ne sont pas des hyperactifs. Depuis Glazin, leur fantastique deuxième album publié en 2011 dont les multiples tubes leur avaient ouvert en grand les portes du succès (Iggy Pop a même fait d’eux ses petits protégés), ils n’ont publié qu’un album et un EP.

Le premier, sans titre, était sorti en 2013 sous une pochette laide et n’a laissé de souvenir impérissable à personne. Plusieurs bonnes chansons y figuraient pourtant (« Guillotine », « Double Vision »…), mais le groupe peinait à garder l’auditeur attentif sur la durée : mollasson et étrangement produit, Jacuzzi Boys a beaucoup déçu ceux qui voyaient en ses auteurs l’un des groupes garage les plus prometteurs du moment.

Suite à ce semi-échec critique et public, le trio semble donc prendre son temps pour retrouver le feu sacré. En trois ans, ils n’ont publié que les 6 morceaux figurant sur l’EP Happy Damage, paru en fin d’année dernière sur leur propre label et offert en téléchargement gratuit sur leur site. On retrouve sur celui-ci le groupe power-pop survolté du premier et du deuxième album, comme si les trois hommes avaient décidé de tracer un trait sur la parenthèse de 2013. L’ambiance d’Happy Damage est ainsi résolument festive : la plupart des morceaux sont joués à 100 à l’heure, le son est plus énergique et gonflé qu’auparavant et les paroles dissertent avec érudition sur le fait de se mettre à l’envers (« Happy Damage ») ou de ne pas dormir (« No Sleep »).

L’EP commence avec le morceau éponyme, véritable hit du disque qui se hisse à la hauteur de ceux de Glazin’ avec sa mélodie imparable, ses choeurs pompés à « Sympathy For The Devil » et sa bonne humeur communicative. Le reste d’Happy Damage s’inscrit dans le même registre, sur cinq morceaux économes en surprises (on note l’apparition d’un saxophone déglingué sur « Platform Licks ») mais généreux dans l’énergie déployée. Pas franchement transcendant en définitive, mais un disque de transition efficace à l’écoute duquel on passe un bon moment et qui laisse espérer un prochain album de qualité.

 

 

Tracklisting :

    1. Happy Damage *
    2. No Sleep *
    3. Wildflower
    4. Sun *
    5. Platform Licks
    6. Electric Days

 

Vidéos :

« Happy Damage »

« Sun »