LIL DAGGERS – Lil Daggers Premiers symptômes

(Limited Fanfare ; 2011)

Ce disque, le premier album enregistré par le groupe floridien de Lil Daggers, est l’une des plus belles découvertes de l’année. Lil Daggers présente au fil de ses onze chansons une inspiration évidente et une qualité d’interprétation remarquable. Le groupe joue un rock’n’roll influencé principalement par le sous-genre garage et les musiques psychédéliques (oui, bon, rien de bien original de parler d’un tel disque en ces lieux, je sais).

L’album débute sous des auspices délibérément rock’n’roll, qui ne traduisent pas très bien l’ambiance générale de l’ensemble : « Wastin’ » est le morceau le plus lourd du disque, l’un des plus évidents, et celui qui doit convaincre l’auditeur arrivé par hasard… mais, pour nous, cette chanson est loin d’être la plus convaincante du disque. Lil Daggers est marqué par l’importance laissé à l’orgue, qui se livre à des échanges magnifiques avec les guitares, ou crée avec elles des ambiances excellentes (« Slave Exchange »« Gost Herd»). Le groupe semble bien en place, entre ces deux pôles et une batterie remarquable (« Dada Brown »,« Dead Golden Girls », « Wastin’ »).

Le groupe enregistre des morceaux planants, dont la (peu convaincante) chanson « Pair of lives », mais aussi de bonnes chansons immédiates, parfaitement réalisées par un groupe sûr de son fait (« Dada Brown » en est peut-être l’exemple le plus pertinent). Pour enchaîner ces variations, Lil Daggers se permettent d’insérer dans l’album des impromptus et des cassures étonnantes. La première rupture est la semi-acoustique« Pignose », qui surprend par ce changement de rythme soudain ; au cours de cet album, de semblables surprises se reproduisent (« Wicked Lady Jam ») – parfois à l’intérieur même des morceaux (le pont de « Past Due », par exemple). En fin de disque, « Strange Wolf » est une chanson lente et sombre qui rappelle Amen Dunes par certains aspects (voix lointaine, jeu de guitare qui semble presque à l’abandon mais qui reste très élégant). 

Cet ensemble de styles variés semble de prime abord assez déconcertant : la longue introduction de « Ghost Herd », le final de « Slave Exchange ». Cependant, écoute après écoute, les aspects hétéroclites du disque s’assemblent pour arriver à former un ensemble cohérent et terriblement séduisant. Si le groupe montre à travers ce premier album qu’il est encore perfectible, il y fait également preuve d’une identité très forte ; dans un genre saturé de groupes, Lil Daggers se distingue de ses collègues avec brio, et s’affirme comme un des nouveaux groupes U.S. à suivre.

  

 

Liste des chansons :

  1. Wasting
  2. Slave Exchange *
  3. Pignose *
  4. Ghost Herd
  5. Past Due *
  6. Dada Brown *
  7. Wicked Lady Jam
  8. Dead Golden Girls *
  9. Pair of lives
  10. Give me the pill
  11. Strange Wolf

Lil Daggers ont aussi publié un excellent single en 2010 sur Livid Records

L’album en écoute via Bancamp :

 

Vidéo :

« Dada Brown »

 

Rémi

Rédacteur amiral, plombier polonais, dépoussiéreur d'étagères, objectivité totale.

4 Comments

  1. Je me disais que ce groupe est anglais en écoutant l’album, surprise en lisant la chronique. Ce disque m’a bien plu – il y a de la personnalité, merci

Laisser un commentaire