DOUG TUTTLE – Doug Tuttle

Mille-feuilles psychédélique

(Trouble In Mind 2014)

Depuis le début de cette année 2014 qui s’annonce décidément psychédélique, de nombreux disques exaltant l’esprit de 1967 ont fleuri. On pense là aux albums de The Smoking Trees, The Sufis ou Temples qui, assez étonnamment, sont fidèles aux albums des groupes de la période Nuggets au point d’en posséder les défauts. A l’image des disques compilés à la va-vite dans les années 60 pour capitaliser sur un tube, ces disques proposent deux à trois bons morceaux et pas mal de remplissage pour enrober le tout.

C’est un reproche qu’on ne pourra pas faire au premier album de Doug Tuttle, ancien guitariste des excellents MMOSS (qui avaient eu l’an dernier la sale idée de splitter juste avant leur tournée en France). Tuttle propose ici onze chansons psychédéliques à la production vaporeuse où les couches sont multiples et les effets nombreux. Doug Tuttle possède une écriture singulière et une science des arrangements certaine. Ses mélodies lysergiques, qu’on l’imagine volontiers chanter les yeux mi-clos, sont enrobées de sons étranges ; guitares distordues, choeurs soupirés, mellotrons bastringues, bandes inversées, boucles hypnotiques et écho caverneux qui leur donnent le nécessaire cachet psychédélique. En outre, Tuttle a tendance à faire dans  la mélodie lancinante, ce qui fait de son album une espèce de mille-feuilles trippant (un space mille-feuilles, pourrait-on dire). 

Cela fonctionne à merveille sur les grandes chansons de l’album mais l’ensemble manque de variété au point de nuire à l’album. La production rigoureusement identique d’un morceau a l’autre – et parfois étouffante – n’offre que trop peu de respiration. On peut parler de cohérence, certes, mais les morceaux finissent par tous se ressembler. C’est le seul reproche qu’on peut faire à cet album qui brille par la qualité de ses chansons, car si l’album pâtit un peu de sa production uniformément psychédélique, Tuttle envoie quelques mélodies mémorables qui auraient leur place sur Rubble Vol. 4 – The 49 Minute Technicolor Dream : “Forget The Days”, la byrdsienne “Lasting Away”, l’aérienne “Turn This Love”, la zombiesque “Better Days”.  

Doug Tuttle, on le sait depuis MMOSS, est très fort dès qu’il s’agit de chanter des ballades psychédéliques un peu ensuquées. Il est aussi un guitariste admirable, capable de proposer des quelques solos lysergiques mémorables. Celui de “Turn This Love”, tout en arabesques, représente un des hauts points de cet album empli de belles choses.

 

 

Tracklisting

1. With Us Soon *
2. Forget the Days *
3. Turn This Love *
4. Where You Plant Your Love… Is Where It Grows
5. Lasting Away
6. Leave Your Body
7. We Could Live
8. I Won’t Do
9. Sewn Day
10. I Will Leave
11. Better Days (Wool’s Grown Lighter) *

 

Vidéos

“With Us Soon” (live)

 “Turn This love”

 

 

Vinyle

 Une pochette sobre, sur laquelle l’illustration et le nom de l’artiste sont imprimés en relief couleur or. 

tuttle

 

 

 

S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
juin 2024
L M M J V S D
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Archives

0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x