JAY REATARD – Watch Me Fall Incurable, hyperactif… Génial!

(Matador ; 2009)

Watch me fall est le nouvel album de Jay Reatard, un artiste pour lequel il est devenu impossible d’établir une discographie claire il y a bien longtemps… Après une carrière prolifique au sein de groupes divers (Reatards, Lost Sounds, Bad Times, etc.), il livre cette année son deuxième album solo – et son premier pour le label Matador. En 2008, ce même label avait édité une compilation de quarante-cinq tours de Jay Reatard, Matador Singles 2008.

Le credo de Reatard n’a pas changé : lorsqu’il juge un morceau assez bon, il l’enregistre, puis passe à autre chose. Si le temps passé à la production semble avoir été légèrement plus important sur cet album que sur les précédents ; il n’a pas foncièrement révolutionné son approche, et l’aspect lo-fi de ses morceaux, qui rebute ceux qui attendent d’un disque des pistes à la production bien léchée, est toujours là. A ce sujet, Reatard s’est exprimé sur son site[1], et il a ainsi clos le débat. Sa déclaration d’intention quant aux paroles de ses chansons (il avait déclarés qu’elles n’avaient qu’un rôle très secondaire) ne l’empêche pas de livrer des lignes pertinentes : « It ain’t gonna save me » s’achève sur le refrain suivant, sans appel, « All is lost there is no hope / All is lost you can’t go out / All is lost there is no hope for me ». Comme c’est souvent le cas, l’ombre des Oblivians est présente au-dessus des disques enregistrés par Jay Reatard : sur la dernière piste de l’album, la rythmique de « There is no Sun »  n’est en effet pas sans rappeler celle de l’extraordinaire « Bad Man ».

Mélodies idiotes à la rythmique hypnotique (« I’m watching you ») ou morceaux clairement punk (« It ain’t gonna save me »« Before I was caught ») le disque est un pot-pourri des nombreuses influences qui nourrissent l’univers musical de Jay Reatard. Comme souvent avec lui, les morceaux sont riches, et possèdent des constructions complexes : changement de rythmes, chœurs délirants, solos improbables de guitares ou de claviers (« Hang them all » ; « can’t do it anymore » ;  « There is no Sun »…). Comme sur la plupart de ses prédécesseurs, le seul fil conducteur sur Watch Me Fall est le talent de Reatard, dont l’inspiration ne semble pas avoir de limites… Il se permet à de nombreuses reprises le fait de reléguer au second plan des idées musicales assez riches pour former le cœur d’une excellente chanson (« It ain’t gonna save me » au final jubilatoire, ou « Faking It » à la rythmique géniale et à la réalisation impeccable de maîtrise).

« Wounded » est un autre exemple de cette tendance à composant des morceaux à l’aide d’éléments hétérogènes. Plutôt que de ‘capitaliser’ sur son incroyable qualité d’écriture, Reatard enchaîne les morceaux (et les albums) pied au plancher, sans s’arrêter : cet aspect qui privilégie l’immédiateté se retrouve dans la longueur des chansons – avec douze pistes, le disque dépasse à peine la demi-heure. Le parcours de Jay Reatard est fascinant, et sa production devient chaque année plus impressionnante… Il est indiscutablement une figure prédominante dans le rock US contemporain, et un des vrais artistes à suivre actuellement.[2]

 

 

Liste des chansons :

  1. It ain’t gonna save me  *
  2. Before I was caught  *
  3. Man of Steel
  4. Can’t do it anymore
  5. Faking it  *
  6. I’m watching you  *
  7. Wounded
  8. Rotten mind  *
  9. Nothing now  *
  10. My reality
  11. Hang them all  *
  12. There is no Sun  *

 

Vidéos :

« It Ain’t Gonna Save Me »

 
« Rotten Mind »
 

 

Vinyle :

Jay Reatard - Watch Me Fall


[1]I’m not trying to be ‘low-fidelity’; I’m trying to be ‘handmade’. You don’t go into a bakery and say, ‘That apple pie is handmade, that’s a ‘lo-fi’ pie. You realize the crust looks a little rough around the edges, it looks like somebody’s grandma made this, and all of a sudden it’s comforting.http://www.jayreatard.com/
[2] Jay Reatard sera en tournée européenne à l’automne 2009 (fin octobre / début novembre en France).

Rémi

Rédacteur amiral, plombier polonais, dépoussiéreur d'étagères, objectivité totale.

3 Comments

  1. Ah lui il m’éclate totalement ! Le meilleur actuellement même si « Watch me fall » est un peu en dessous du génial « Blood vision ». Mais largement meilleur que les matadors single 2008. Bravo pour cette chronique qui fait plaisir (on parle tellement peu de Jay Reatard).

Laisser un commentaire