GIRLS – Broken Dreams Club Superbe

(True Panther 2011)

Sorti en 2009, le premier album du groupe californien Girls – de San Francisco, once again – avait emballé une partie de la presse rock au-delà de toute mesure (on se souvient avoir lu un article comparant Christopher Owens à un Brian Wilson lo-fi). Certes excellent mais frustrant par son manque de consistance (trois grands morceau « Laura », « Lust For Life », « Hellhole Ratrace » et pas mal de remplissage), l’album était néanmoins porteur de belles promesses, que cet EP vient concrétiser.

A la faveur d’une longue tournée qui a permis au groupe de véritablement se souder et du succès de l’album précédent qui a permis au groupe de bénéficier d’un budget confortable, Girls ne sonnent plus de la même façon qu’il y a deux ans. Le son est désormais riche d’instrumentations travaillées (claviers divers, trompettes ensoleillées sur « The Oh So Protective One », chœurs féminins sur « Substance »), le côté rachitique et bricolé des compositions d’Album s’est évaporé au profit d’une approche pop plus ambitieuse. Broken Dreams Club étant un EP de six morceaux, il ne dépasse les vingt minutes et ne connaît pas de baisse de niveau.

Au cœur de ce mini-album qui réussit à marier son chaleureux et mélodies empreintes de tristesse (« Broken Dreams Club » grandiose, « Carolina » fascinante), un morceau frappe par sa maîtrise et sa perfection pop. Un titre nommé « Substance », comme une référence attendue aux drogues et à l’addiction, mais dont la construction ambitieuse et la progression lente vers un refrain placé en coda se révèle d’une beauté éclatante. Une apologie des substances illicites désamorcée par le dernier couplet (« I take the key in my hand and it takes the pain away / I take the key in my hand and it opens up the day / But if I had love, I’d throw it all away »), un grand morceau désespéré. Si Owens se montre capable d’écrire d’autres chansons de ce calibre, le prochain album de Girls s’annonce comme un des événements de l’année.

 

 

Tracklisting :

1. The Oh So Protective One
2. Heartbreaker
3. Broken Dreams Club
4. Alright
5. Substance
6. Carolina

L’album sur Deezer.

 

Vidéo :

« Broken Dreams Club »

« Substance »

 

Vinyle :

Girls - Broken Dreams Club

Eric

Rédacteur en chef, webmonstre, tête de veau, suiveur de modes, mauvaise foi.

6 Comments

  1. je n’ose pas imaginer ta collection de disques eric, si peut etre j’ai la plupart des « indispensables » sixties seventies, a chaque nouvelle chronique « il va pas nous sortir le vinyl quand même ? »
    Bah si…

    Continuez comme ca, je découvre plein de bon « sons » grâce à vous…

    Et ptite question, on aura l’espoir de voir les strokes effleurer les festivals francais cet été ? Allé a plus

  2. Le CD dure 35 minutes, avec le même nombre de morceaux. Vous savez si c’est les mêmes que sur l’EP (qui auraient été coupés afin qu’ils logent sur l’EP) ou bien si ce sont des versions
    différentes?

     

    (de fait, je l’ai trouvé un peu long, cet EP – qui n’en est plus un sur CD, du coup -, j’ai trouvé que les morceaux traînaient et en longueur et se perdaient un peu dans de longs passages
    instrumentaux pas toujours intéressants)

  3. je n’ose pas imaginer ta collection de disques eric, si peut etre j’ai la plupart des « indispensables » sixties seventies, a chaque nouvelle chronique « il va pas nous sortir le vinyl quand même ? »
    Bah si…

    Continuez comme ca, je découvre plein de bon « sons » grâce à vous…

    Et ptite question, on aura l’espoir de voir les strokes effleurer les festivals francais cet été ? Allé a plus

  4. Le CD dure 35 minutes, avec le même nombre de morceaux. Vous savez si c’est les mêmes que sur l’EP (qui auraient été coupés afin qu’ils logent sur l’EP) ou bien si ce sont des versions
    différentes?

     

    (de fait, je l’ai trouvé un peu long, cet EP – qui n’en est plus un sur CD, du coup -, j’ai trouvé que les morceaux traînaient et en longueur et se perdaient un peu dans de longs passages
    instrumentaux pas toujours intéressants)

Laisser un commentaire