WHITE FENCE – For The Recently Found Innocent Emancipation

(Drag City 2014)

Révolution chez White Fence : Tim Presley, cerveau, âme et seul membre du groupe a décidé de se professionnaliser. Alors que jusqu’ici il avait conçu chaque album de White Fence dans son home studio de fortune, le guitariste a décidé de remettre en question son mode de fonctionnement. Il a ainsi décidé de franchir le pas et d’enregistrer dans un studio. Son choix ? La proximité amicale et géographique. Qui d’autre que Ty Segall pouvait allier les deux ? Depuis qu’il a construit dans son garage une véritable salle d’enregistrement, le blondinet a accueilli de nombreux groupes tels que Zig Zags ou Ex-Cult, et désormais White Fence.  

For The Recently Found Innocent dévoile ainsi White Fence sans bidouillages lo-fi et avec un véritable groupe derrière Presley. Attention, la production n’a rien de clinquant (on n’est pas chez les Strypes) mais le fait d’évoluer en groupe (avec son formidable batteur Nick Murray) permet à la formation live qu’on entend sur le superbe album Live In San Francisco d’être enfin présente sur disque. Il va sans dire que White Fence y gagne énormément. On sent qu’on n’a plus affaire à un projet solo enregistré sur un 4-pistes par un mec assis en tailleur sur son lit. Le projet gagne en scope, en ambition, et ressemble – enfin ! – au groupe virtuose qu’on entend sur scène depuis quelques années.

De tous ses albums, For The Recently Found Innocent est l’album le plus éhontément sixties de White Fence. Inclassable, le groupe puise son inspiration chez les Who de la période Sell Out (« Anger! Who Keeps You Under? », « Like That »), à la country-folk acide de Haight-Ashbury (« Wolf Gets Red Faced », « Goodbye Law », « Hard Water ») et même au freakbeat de The Creation (« Paranoid Bait »). Ce qui ressort surtout, c’est que Tim Presley est un mélodiste doué doublé d’un guitariste inspiré. Bien sûr, sa voix nasillarde en fait un chanteur mal assuré, mais cette atonie qui est un handicap sur scène donne un certain cachet sur les enregistrements studio de White Fence. C’est même devenu sa marque de fabrique.

 

 

Tracklisting :

1. The Recently Foundgang
2. Anger! Who Keeps You Under? *
3. Like That *
4. Sandra (When the Earth Dies)
5. Wolf Gets Red Faced *
6. Goodbye Law
7. Arrow Man *
8. Actor
9. Hard Water
10. The Light Afraid Of What It’s Worth
11. Fear
12. Raven On White Cadillac
13. Paranoid Bait *

 

Vidéos :

« Like That »

 

Eric

Rédacteur en chef, webmonstre, tête de veau, suiveur de modes, mauvaise foi.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire