PARQUET COURTS – Wide Awake!

Fuck Tom Brady

(What’s Your Rupture ? 2018)

Celui-ci était attendu. Pensez ! Le disque du couronnement, celui qui allait faire de Parquet Courts le groupe le plus important de notre génération !

Evidemment, tout cela n’a pas eu lieu. Parquet Courts ne remplit pas les Zenith, ne sera pas tête d’affiche à Glastonbury et ne vend pas d’albums par millions. Où-est-ce que ça a déconné ? La machine est cassée. L’ascenseur social du rock est coincé entre deux étages. Ni Ty Segall, ni Thee Oh Sees, ni King Gizzard & The Wizard Lizard, les meilleurs d’entre nous (copyright Jacques Chirac) ne font recette aujourd’hui auprès des masses. Les kids n’aiment plus le rock’n’roll audacieux en ce moment, espérons que ce soit cyclique.

On pourra toujours trouver ça regrettable (surtout pour les vendeurs de guitares et pour les groupes qui luttent pour vivre de leur art) mais la question n’est pas là, car depuis Light Up Gold, Parquet Courts est un des groupes les plus passionnants et influents de sa génération, et sa discographie ne souffre d’aucun faux pas. Et avec Wide Awake! Parquet Courts a réalisé l’album qu’il fallait pour s’ouvrir à un grand public sans diluer son talent et son authenticité. 

Né dans un contexte particulier (Austin Brown touché par un deuil personnel et en froid avec Andrew Savage depuis la publication de l’album solo de ce dernier), Wide Awake! montre le groupe au sommet de son art dans tous les domaines qu’il touche. Côté textes, c’est flamboyant, à l’image de « Total Football » qui célèbre la vision footballistique de Rinus Michels (entraîneur de l’Ajax Amsterdam dans les années 70 et concepteur du principe du football total dans lequel chaque joueur pouvait dépasser ses fonctions pour le bien du collectif) pour défendre un idéal collectiviste, et emmerder l’icone trumpiste du football américain Tom Brady au passage.

La variété des morceaux est estomaquante : si on s’attend toujours à voir Parquet Courts livrer des saillies post-punk telles que « Total Football », « Almost Had To Start A Fight » ou « NYC Observation » avec brio, le groupe s’aventure dans des territoires inédits et fait mouche à caque fois. De la samba punk de « Wide Awake » au funk jazzy de « Tenderness » en passant par le hip-hop old-school de « Violence », c’est un émerveillement permanent auquel nous soumet le quatuor sur ce disque empli d’idées brillantes. 

Plus en forme que jamais, Parquet Courts se montre également très inspiré dans des morceaux purement pop tels que « Mardi Gras Beads », où l’influence de Pavement (versant « Range Life ») est encore une fois apparente. Toujours le sourire en coin, le groupe s’amuse tout au long de ce disque et propose même son propre sequel à « Freebird » de Lynyrd Skynyrd, un des morceaux les plus diffusés sur les radios FM américaines, et l’incarnation même du classic rock. Basée sur une grille d’accords similaire à ce tube, « Freebird II » montre le groupe à son meilleur.

S’il est fun et malin, Wide Awake! est aussi un disque qui possède une face sombre, en particulier sur les morceaux chantés par Austin Brown. Alors que son comparse Andrew Savage est la matrice de l’énergie colérique de cet album et vocifère sur des morceaux punk, Brown apporte un contrepoint bienvenu sur les titres les plus apaisés du disque (« Before the Water Gets Too High », « Back To Earth », « Death Will Bring Change »). C’est ce mélange de colère et de zénitude et cette diversité de genres abordés qui font de Wide Awake! un des albums les plus réussis des années 2010. Dans un monde parfait, Parquet Courts rempliraient les grandes salles (vieux refrain connu)…

 

Tracklisting

  1. Total Football *
  2. Violence
  3. Before the Water Gets Too High
  4. Mardi Gras Beads *
  5. Almost Had to Start a Fight/In and Out of Patience
  6. Firebird II *
  7. Normalisation
  8. Back to Earth
  9. Wide Awake *
  10. NYC Observation *
  11. Extinction *
  12. Death Will Bring Change
  13. Tenderness

 

Vidéos

« Total Football »

« Mardi Gras Beads »

« Wide Awake »

« Freebird II »