PARKAY QUARTS – Content Nausea And then they were two

(What’s Your Rupture ? 2014)

Un membre du groupe passe des examens universitaires, un autre s’apprête à devenir père, et voilà Parquet Courts amputé de la moitié de son effectif. Loin de prendre des vacances, Andrew Savage et Austin Brown n’ont pour autant pas mis leur créativité de coté et ont décidé laisser champ libre à leur créativité en studio le temps d’un album recréation. 

Ils ont ainsi exhumé l’entité Parkay Quarts, une sorte de double maléfique de Parquet Courts qu’ils avaient déjà utilisé le temps d’un superbe EP, histoire de montrer que cet album n’est pas à véritablement considérer dans la discographie du groupe. Content Nausea est une recréation où le duo se permet quelques transgressions qu’il s’interdit d’ordinaire : titres expérimentaux avec boîte à rythmes dégueulasse (« The Map »), reprise d’un grand classique de la pop qu’on entend déjà trop souvent (‘These Boots Are Made For Walking »), interludes inutiles (« Urban Ease », « No Concept », « Kevlar Walls »).

Le duo se permet de jouer sur un tempo moins punk que sur les albums du groupe, et, logiquement, les morceaux qui sortent du lot sont ceux qui ont s’appuient sur des mélodies (« Pretty Machines », « Slide Machines » superbes) plutôt que sur des riffs post-punk. Des titres tels que « Everyday It Starts » ou « Insufferable » sont assez anecdotiques, du niveau d’une face B moyenne de Parquet Courts, qui a déjà fait bien mieux dans le même registre. On préfère quand le duo chante des textes désabusés sur des ballades lentes, comme « Uncast Shadow Of A Southern Myth », véritable perle du disque.  L’ensemble est plutôt bien fait mais reste une jolie récréation en attendant la suite. 

 

 

Tracklisting :

  1. Everyday It Starts
  2. Content Nausea
  3. Urban Ease
  4. Slide Machine *
  5. Kevlar Walls
  6. Pretty Machines *
  7. Psycho Structures
  8. The Map
  9. These Boots
  10. Insufferable
  11. No Concept
  12. Uncast Shadow of a Southern Myth *

 

Vidéo :

« Content Nausea »

Eric

Rédacteur en chef, webmonstre, tête de veau, suiveur de modes, mauvaise foi.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire