DAN SARTAIN – Sings (+ Jeu-Concours) Magnétisme

(Slice of Wax Records & Re-Grind Records 2015)

Il y a quelques semaines, votre site préféré (non, il ne s’agit pas de RawPowerMagazine, un peu de sérieux, je vous prie) vous parlait de Slice of Wax Records, un petit label associatif français motivé par une passion sans limites. A cette occasion, le label offrait un excellent EP de The Pharmacy à notre lectorat. Parce qu’on ne change pas une recette qui rapporte beaucoup d’argent et de gloire à ses créateurs, Slice of Wax remet ça et vous offre de remporter l’une de ses dernières sorties. Et pas des moindres, puisqu’il s’agit de … Sings, premier album enregistré en 2000 par le héros underground Dan Sartain.

Dan Sartain : si vous suivez attentivement l’actualité du rock ‘n’ roll indépendant, vous aurez peut-être déjà croisé ce nom. Objet de culte parmi une petite communauté d’esthètes, ce personnage mystérieux a publié au cours des 15 dernières années une dizaine de disques souvent magnifiques, tout en prenant bien soin de rester enfoui dans ses sous-terrains. Car si beaucoup de choses intriguent chez Dan Sartain (à commencer par un visage émacié, un regard dur et une moustache fine qui lui donnent des allures de bandit mexicain), il est un fait qui étonne plus que tout : sa musique, dans ses meilleurs moments, plaît à quiconque l’entend, mais très peu de gens semblent au courant de son existence.

Sur ce … Sings (enregistré dans son mobile-home et paru à l’époque sur 20 CD-R), on trouve d’ores et déjà les éléments constitutifs du charme de ses disques futurs : romantisme échevelé, pureté de la composition et voix reconnaissable entre mille. Alors que Sartain a maintes fois jonglé avec les styles au cours de sa carrière et s’est parfois risqué vers des territoires aventureux aux tons sombres, il s’adonne ici à une sorte de country/rockabilly simple, tant dans les arrangements que dans l’écriture. C’est heureux, car son intensité s’accommode mieux de la simplicité inhérente à ce genre. 

L’album s’ouvre sur « One is a Crowd », une ballade sépulcrale qui ne jurerait pas sur un générique de western italien. La première d’une longue série de chansons qui font forte impression dès la première écoute : « Baby’s Town » et son swing tranquille, « If You Never » qui fait office d’avertissement sévère à l’auditeur (« If you never had the blues, you ain’t no friend of mine »), la désespérée « Mexican Girl » ou bien encore « In The Night » et « I Walked All Night », sur lesquelles Sartain émule avec brio le Ricky Nelson des débuts (cf. « Lonesome Town »). 

L’Américain, interprète crâneur et parfois maniéré, fait néanmoins preuve d’un charisme magnétique auquel il est difficile de ne pas succomber. Les deux derniers morceaux, « Adios Amigo » et « It’s X-Mas and I’m Cold », sont d’aimables pochades d’une relative qualité, qu’on excuse volontiers étant donnée la nature du document dont il est ici question. Ils ne parviennent en aucun cas à ternir l’éclat brut du reste de l’album, qui témoigne de l’éclosion d’un artiste véritablement captivant. Plus tard, un disque tel que Join viendra confirmer magnifiquement les belles promesses faites avec ce premier galop d’essai.

Alors que les exemplaires CD originaux demeurent bien entendu introuvables, … Sings est aujourd’hui rendu disponible sur vinyle pour la première fois de l’Histoire de l’humanité par nos généreux bienfaiteurs, Slice of Wax Records. Pour en remporter un exemplaire, il vous faut répondre à la question ci-dessous. Le gagnant sera contacté par mail le 30 juin (et on promet d’essayer d’envoyer le prix dans un délai inférieur à un mois, car PlanetGong, vous le savez, est toujours au taquet) :

 


Slice of Wax 
Merci à Slice of Wax !
Pour acheter le disque, c’est ici : https://tictail.com/s/sliceofwaxrecords

 

Tracklisting :

  1. One Is a Crowd *
  2. Baby’s Town *
  3. If You Never 
  4. Shadow of Myself
  5. Same Situation
  6. Mexican Girl
  7. In the Night *
  8. I Walked All Night *
  9. Adios Amigo
  10. It’s X-Mas and I’m Cold

L’album est en écoute intégrale sur Bandcamp :

 

Vinyle :

On le sait désormais, Slice of Wax est coutumier du travail bien fait : trois éditions (noire, blanche et sérigraphiée) de l’album ont été pressées.

06062016102

Léo

Scribouillard double-sévreux, enthousiaste immodéré, ex-cédéphile.

1 Comment

Laisser un commentaire