THE MOLOCHS – America’s Velvet Glory Melody makers

(Innovative Leisure 2017)

Assiste-t-on au grand retour de la mélodie ? On assiste depuis quelques semaines à l’émergence d’une génération de songwriters qui placent la mélodie au cœur de leurs obsessions, chacun dans des genres différents. Moins doux que Proper Ornaments, moins exubérants que Twin Peaks, moins garage que The Above, les Molochs de Lucas Fitzimmons proposent sur leur premier album une musique marquée par 50 années de Pop (avec un P majuscule), où les influences se bousculent.

On avait repérés ces californiens l’an dernier grâce à un premier EP magnifique, dans lequel ils faisaient preuve d’un goût certain en reprenant l’obscur « Karen » des Go-Betweens (bien connu chez nous des trentenaires vieux fans des Little Rabbits). The Molochs proposent avec leur premier album 11 chansons soyeuses aux mélodies imparables.

Cultivés et doués pour la citation subtile, les Molochs se montrent ici très forts pour évoquer d’autres groupes. On pense parfois aux Go-Betweens (« Ten Thousand ») ou à divers groupes de l’écurie Flying Nun. Sur « Charlie’s Lips » par exemple, le groupe compose une mélodie proche de celle de « In Another Land » des Rolling Stones (sur l’album Their Satanic Majesties Request) mais la thématique « Charlie » et l’instrumentation (avec cet orgue en arrière-plan) rappelle fortement « Strawberry Man » des fantastiques Public Nuisance. L’influence des Stones est plus encore présente sur « No More Cryin' », blues enlevé façon 1964 dans la veine de « It’s All Over Now » ou « You And Me » qui se détache très peu de « I’m Free » de ces derniers.

Heureusement, les Molochs savent se détacher de leurs influences pour produire quelques morceaux bien à eux. Signe de leur immense talent, ces deniers sont les meilleurs, à l’image de ce « I Don’t Love You » intense ou de « No Control ». Dans les deux cas, la guitare tournoyante illumine superbement le morceau et apporte un contrepoint parfait aux textes mordant de Lucas Fitzsimmons.

 

Tracklisting

  1. Ten Thousand *
  2. No Control
  3. Charlie’s Lips
  4. That’s The Trouble With You
  5. The One I Love
  6. Little Stars
  7. No More Cryin’ *
  8. You And Me
  9. New York
  10. I Don’t Love You
  11. You Never Learn

Vidéos

« No More Cryin »

 

« Charlie’s Lips »

 

« You And Me »

 

Eric

Rédacteur en chef, webmonstre, tête de veau, suiveur de modes, mauvaise foi.

4 Comments

    • Thanx !

      Ah oui tu as raison, j’avais pas fait gaffe ! La connexion californienne sans doute. Je me demande s’il tourne avec eux, je les ai ratés lors de leur dernier passage à Paris.

  1. Ici on peut voir le batteur des Mystic Braves et effectivement le guitariste/chanteur des Cosmonauts qui tient la guitare basse:
    https://www.youtube.com/watch?v=3kACcM9twBA

    Vu en concert en France, la composition du groupe était différente, seuls les 2 de la pochette étaient les mêmes.

    Peut-être par rapport à leurs groupes respectifs, les dates ne collaient pas avec la tournée des Molochs.

    • Ah oui avec le batteur des Mystic Braves ça tourne carrément au supergroupe !
      Après, en ce qui concerne les tournées européennes, vu les coûts il arrive souvent que les groupes aient une version locale en Europe (cf Sonny & The Sunsets et Male Gaze cet été, qui ont joué en Europe avec des musiciens espagnols et français, ce qu iétait assez décevant).

Laisser un commentaire