THE SEE SEE – Late Morning Light Sunny, classy pop

(Great Pop Supplement ; 2010)

Sous ce nom de groupe spécialement choisi pour séduire les bègues se cache un groupe cosmopolite basé à Londres, à la composition fluctuante, et dont les membres principaux sont sans conteste Keith Wood et Richard Olson, qui écrivent la plupart des chansons. Autour d’eux, beaucoup de monde plus ou moins connu : Phil Anderson, ancien membre des Beep Seals (et qui a accompagné Jim Noir pendant quelques années); à la batterie et aux percussions, Paulie Cobra et un certain Ben Swank, ancien membre des Soledad Brothers (et actuellement employé à temps plein de Third Man Records). A noter également, la présence au sein de The See See de Pete Greenwood, qui avait signé un bel album de folk en 2008 (Sirens). L’histoire de ce disque est relativement complexe : d’abord édité en vinyle en quantité limitée (par Great Pop Supplement) au mois de novembre 2010, Late Morning Light a été réédité quelques mois plus tard, puis fut publié en CD par Dell’orso Records en février 2011.

Enregistré et brillamment produit par Sean Read, ce disque présente une musique pop soignée aux harmonies intemporelles, un disque très élégant et inspiré qui devrait séduire les amateurs du genre – ceux qui avaient appréciés les représentants les plus récents de ce genre, The Thrills ou The Shins par exemple. The See See reprend en effet les mêmes ingrédients : des guitares au son très clair, aux suites d’accord ensoleillés (« Keep your head »), un orgue chaleureux (« Little Tease »), une base rythmique qui reste le plus souvent assez paisible mais qui démontre ses qualités sur « Clap Your Hands And Shake Your Chain », morceau quelque peu détonant sur ce disque. Les inspirations du groupe sont diverses, mais restent délibérément ancrées dans la pop classieuse de la deuxième moitié des années soixante (en particulier ses deux groupes majeurs, The Byrds et Buffalo Springfield).

Late Morning Light se distingue par une écriture soignée et efficace (« Deceiver Retriever » ; « Late Morning Light » et la magnifique « Keep Your Head »), des chœurs discrets et harmonieux (en « Sha-la-la-la »ou en « Hey-yeah-yeah-yeah », voire en « wha-ha-haaaa »)… Tout est à sa place, et le résultat est remarquable. Le chant se livre sans artifice : à l’image de la musique du groupe, il ne cherche pas à réaliser de prouesses techniques mais s’applique à sonner juste. Le disque s’achève paisiblement sur « That’s My Sign », un nouveau morceau bien maîtrisé sur lequel le groupe dévoile une dernière facette de son talent : la musique est délicate est inspirée, et clôt ce disque de façon parfaite.

Bien que ce disque n’ait pas recueilli un grand succès – on parlera tout au plus à son sujet de « succès critique » ou de « succès d’estime » – il n’en est pas moins une très belle réussite ; The See See a annoncé un deuxième album pour le mois d’avril 2012 : nous avons pris date et suivrons de près cette nouvelle sortie. Si le groupe poursuit dans la veine qui était la sienne pour Late Morning Light avec autant d’inspiration, espérons qu’il obtiendra une plus grande réussite populaire. 

 

 

Liste des chansons :

  1. Mary Soul
  2. Tomorrow come today
  3. Deceiver Retriever
  4. Little tease
  5. Keep your head *
  6. It’s true
  7. Powers of ten
  8. Half a man and a horse’s head
  9. And I wonder
  10. Late morning light
  11. Clap your hands and shake a chain
  12. That’s my sign

 

Vidéo :

« Keep Your Head »

 

Rémi

Rédacteur amiral, plombier polonais, dépoussiéreur d'étagères, objectivité totale.

1 Comment

  1. ahah merci d’en parler,

    un de mes petits chouchou de 2010 et il continue encore de tourner de temps à autre avec grand plaisir, on sent aussi, outre les influences 60s californiennes, que ces gars là ont écouté et aimé
    BJM,

    petite remarque formelle : attention aux espaces entre les mots 😉

Laisser un commentaire