THE STROKES – First Impressions Of Earth Tout ça pour ça

(Rough Trade 2005)

Le livret du disque est magnifique, Rough Trade semble avoir mis les petits plats dans les grands, on ouvre le précieux sésame, ayant retrouvé la foi en les Strokes pour la première fois depuis des lustres au gré d’un single et d’une face B prometteurs, et on insère le cd dans la chaîne… Ce qui arrive ensuite se passe de commentaires : l’album démarre façon « I Want To Break Free » de Queen, décolle au moment dudit single (« Juice Box ») et s’englue pendant plus de trois quarts d’heure dans une rythmique mollassonne et une impression désagréable de toujours entendre la même chose.

L’album rock’n’roll tant attendu s’est encore fait désirer. Il faut se l’admettre : il semble bien que le véritable visage des Strokes n’est pas celui présenté lors du vital Is This It? mais celui plus reposé et cérébral des deux albums qui lui ont succédé. 

Après quelques jours où on a fait le deuil du mythe qu’on s’était construit un matin de 2001, on décide de retourner à cet album briseur de rêves et de l’accepter comme tel. Les Strokes sont un groupe de pop new-wave, il faut l’accepter. Dans cet exercice, reconnaissons qu’ils sont plutôt bons. Mais bordel, ça manque un peu de pêche par moments quand même. Ne boudons toutefois pas notre plaisir car ce First Impressions Of Earth s’avère sur la distance nettement meilleur que le navrant Room On Fire (on a par ailleurs rarement vu album aussi mal porter son titre).

Cet album se veut celui du changement pour les Strokes : nouveau studio à eux, nouveau producteur (exit Gordon Raphael, welcome David Kahne, connu pour avoir refusé Yankee Hotel Foxtrot, le chef d’œuvre de Wilco, alors qu’il bossait chez Warner) et donc nouveau son. Julian Casablancas consent enfin à chanter dans un micro neuf et croone plus blasé que jamais – tellement qu’on a parfois l’impression qu’il s’emmerde au cours de ses propres chansons –, le son est plus aéré, moins crade et plus accessible à un large public. Comme d’habitude dans les albums des Strokes, c’est les lignes de basse de Nikolai Fraiture et les incroyables soli de Nic Valensi – de plus en plus inspiré par le hair-métal eighties – qui sauvent l’album de la monotonie et du naufrage complet. 

Le problème majeur ici demeure l’écriture paresseuse de morceaux aux rythmiques et aux structures très proches. Souvenez-vous d’ « Automatic Stop » et de « You Talk Way Too Much » sur l’avant-dernier album. Les Strokes nous pondent ici au moins 5 morceaux dans les mêmes eaux – allez, « You Only Live Once », « Razorblade », « On The Other Side », « Electricityscape », « Killing Lies » –  la seule touche d’originalité résidant dans l’introduction, le rythme de batterie (peut-on parler de jeu quand le batteur se limite à faire boum-boum?) et les arrangements qui diffèrent – à peine – de l’un à l’autre.

Certains morceaux sont juste mauvais (l’ultime « Red Light »), inutiles (la ballade « Evening Sun »), voire même boarfl (« Ask Me Anything »). Où se trouve donc le plaisir dans cet album, alors? Le single batmanien « Juice Box » est indubitablement le meilleur moment du disque avec sa ligne de basse entêtante. « Heart In A Cage » possède un groove moins synthétique et plus accrocheur que le reste de l’album, « Vision Of Division » réveille les fantômes d’Is This It? avec son intro et son refrain rock’n’roll tandis que « 15 Minutes » s’envole à mi-chanson pour réveiller l’auditeur comateux.

Le véritable problème de cet album, c’est avant tout sa longueur (50 minutes quand les premiers dépassaient à peine la demi-heure). Amputé de ses plus mauvais morceaux, First Impressions Of Earth aurait pu être un très bon voire même un grand disque de genre. Les Strokes ont préféré changer de voie pour se débarrasser de l’étiquette de « sauveurs du rock » qu’on leur a collé par erreur en 2001. La new-wave s’est trouvée des nouveaux héros, le monde du garage-rock déplore la désertion de ses meilleurs éléments. Mais que fait JP Bowersock ?

 

 

Tracklisting :

1. You Only Live Once
2. Juicebox  *
3. Heart in a Cage  *
4. Razorblade
5. On the Other Side
6. Vision of Division  *
7. Ask Me Anything
8. Electricityscape
9. Killing Lies
10. Fear of Sleep
11. 15 Minutes  *
12. Ize of the World  *
13. Evening Sun
14. Red Light

 

Vidéos :

« Juicebox »

 
« Heart In A Cage »
 
 
« You Only Live Once »
 

Eric

Rédacteur en chef, webmonstre, tête de veau, suiveur de modes, mauvaise foi.

10 Comments

    • Ca va sans dire. J’essaie de temps en temps de le réécouter en me disant que je vais comprendre pourquoi toute la presse se paluche sur ce disque… sans succès.

      On s’ennuie quand même beaucoup en écoutant cette galette… Un signe qui ne trompe pas : je l’ai vu plusieurs fois pas cher mais j’ai pas envie de l’acheter en vinyle (c’est dire…). Y en marre de voir les groupes qu’on aime se vautrer…

  1. Je m’étais déja beaucoup ennuyé à l’écoute de leur premier album (bon sang, je ne comprends toujours pas ce remue-ménage autour de ce groupe !) mais alors là, c’est le pompom ! Heureusement que la galette fut achetée soldée, sinon, c’était un coup à me faire regretter d’avoir laissé tomber le téléchargement…

    • Le disque le plus surestimé de ces 5 dernières années à mon avis. Il est juste interminable. Il a très peu tourné chez moi, en fin de compte.

  2. Pas trop daccord, même si Vision Of Division (même si j’adore le solo arabesque), 15 minutes et Evening Sun sont pour moi un peu obsolètes et cassent la dynamique de l’album, je trouve que First Impression of Earth n’est pas du tout une trahison, il est une évolution logique.

    Même si ça n’est pas un scoop de le signaler, faire du garage-rock maintenant, ça devient un peu has been, et je ne suis pas avant-gardiste pour trois sous, mais il faut savoir prendre des risques et ce troisième album des Strokes est une réussite, l’écoute n’est plus téléphonée mais carrément hi-fi. Certains choix sont discutables certes et mon seul reproche est que je trouve que ce disque manque de sincèrité.

    Par contre, là où je commence à rejoindre ta pensée de trahison, c’est suite à cette nouvelle/rumeur/intox/scoop confirmée en partie par Albert Hammond Jr comme quoi la réalisation du 4ème album pourrait être confiée à Pharell Williams; là, ouais, mine de rien, j’ai deux ou trois craintes.

    • Tu dis « faire du garage-rock maintenant, ça devient un peu has been ».

      Preso, je me fous totalement des modes et des tendances du moment. Le garage-rock has been ? Qu’est-ce que ça veut dire ? Les groupes qui ne font en 2008 en sont ils mauvais pour autant?
      Les Black Lips? Les Dirtbombs? Je ne crois pas, et je pense que les Strokes s’en foutent. Ce sont eux qui ont réveillé le rock garage en 2001, avec les White Stripes, en 2006 ils ont simplement voulu s’aventurer dans un autre genre (sur ce point là on est d’accord).

      Le premier album des Strokes brille par ses chansons, ensuite l’emballage emporte peu, même si celui d’Is This It, particulièrement vintage, a une sa veur garage-rock que j’apprécie. Le 3e
      album a joué la carte de l’émancipation et de l’ouverture vers un son plus puissant, plus ample. Seul problème, à mon avis les chansons ne suivent plus. Sur les 55 minutes de l’album, il y en a
      facile 20 qu’on pourrait supprimer sans problème.

      Si les Strokes font un album cold-wave, krautrock ou garage-rock, du moment qu’il est bon, je suis prêt à suivre. Si le fait que l’album sonne hi-fi est un gage de qualité, alors le dernier Strokes est très bon. Mis sur une platine stéréo haut de gamme, l’album possède un son ample et idéal pour remplir l’arrière-plan pendant une réception ou un dîner.

  3. Bon sang, j’ai écouté le dernier opus du groupe, le très attendu « Angles ». Eh bien laissez-moi vous dire qu’il est extrêmement décevant, c’est une sorte de magma, un gloubi-boulga infâme, qui
    oscille entre dance-R&B et rock pour minettes… Mon Dieu, que ce groupe est tombé bas…

     

    J’attends votre critique de cette galette ! 

  4. pour moi cet alum se résume à ses deux premières chansons, et dieu sait si je suis pas favorrable aux changement de genre des strokes (grand fan de room on fire et je chipote pas trop sur anlges)
    mais celui la j’ai vraiment du mal. Pareil j’ai vu la galette, et meme pas envie de l’acheter, c’est dire..

Laisser un commentaire