LIGHTSPEED CHAMPION – Falling Off The Lavender Bridge Goin' up the country

(Domino 2007)

Depuis que Test Icicles s’est sabordé à l’aune de sa gloire, on suit avec attention la trajectoire de Dev Hynes, l’homme à la guitare violette. Ainsi, depuis deux ans, on admire son hyperactivité sous le patronyme de super-héros cheap de Lightspeed Champion. Apôtre du do it yourself bancal et du web 2.0, il enregistre régulièrement des reprises de chansons qu’il donne en téléchargement libre sur son MySpace (deux livraisons nommées Bad Covers EP 1 & 2, ainsi qu’une reprise de l’intégralité de Nimrod de Green Day enregistrée dans sa cuisine). Proche de Whirlwind Heat (avec qui il a sorti un single sous l’appellation de Lightspeed Heat), il a même enregistré un disque à la façon de Flamingo Honey, au titre explicite : I Wrote And Recorded This In 5 Hours.

Vénéré dans l’underground anglais, Dev Hynes arrive aujourd’hui avec un premier album délicat qui devrait lui assurer une reconnaissance universelle. Falling Off The Lavender Bridge surprend au premier abord par la richesse de ses arrangements et son côté Americana. Sur la forme, Lightspeed Champion se révèle plutôt classique, et nous propose une pop bucolique avec de la slide guitar –on est très loin des trouvailles chaotiques et des collages sonores fulgurants de Test Icicles. Sur le fond, ses compositions sont très ambitieuses : les mélodies serpentent, prennent à contre-pied, les paroles touchent juste. La subversion est plus subtile.

Autant dire que pour son premier album solo, Dev Hynes a pris le temps de concocter une musique aux petits oignons pour agrémenter ses textes poignants. « I feel better now I’ve seen you / But deep inside my bones feel like timber / And I am shaking from the tension / And I will shudder at the mention », dit il dans l’extraordinaire ouverture « Galaxy Of The Lost ». L’enchaînement avec la ballade pop « Tell Me What It’s Worth » se fait dans la continuité du morceau, l’album a été conçu comme une longue suite, avec l’histoire de sa récente séparation pour fil conducteur. Falling Off The Lavender Bridge est un album de rupture, les états d’âme mélancoliques Lightspeed Champion plaqués sur vinyle.

Certains morceaux, courts intermèdes entre deux plages fleuves, ne durent qu’une ou deux minutes, le temps pour Lightspeed Champion d’introduire le morceau suivant. « All To Shit » aux arrangements superbes (flûte / guitare acoustique), permet ainsi de lancer le thème abordé pendant les 10 minutes de « Midnight Surprise ». Ce morceau en plusieurs mouvements est la pièce principale de l’album. Introduit par un motif de slide qui pleure comme la guitare de George Harrison, le morceau part sur une rythmique folk-rock et des paroles de désolation : « Warm nights and the chill / Creeping down my bones / Reminds me I’m alone ». Une phrase de guitare acoustique apporte une rupture, la slide revient, on s’envole. On a le souffle coupé devant la beauté de ce qu’on écoute. L’arrivée de la ligne « Fuck, I think she just saw me / Stop hiding in the sea » lance le deuxième mouvement de la chanson, qui part ensuite dans une troisième partie, avec piano et chœurs. On est suspendus aux lèvres de Hynes, qui nous hypnotise avec son imagerie romantique et ses choix musicaux surprenants. Ca pourrait être lourd, façon Elton John, c’est simplement magnifique. Le morceau rebondit encore plusieurs fois avant d’arriver à son terme. On est en plein rêve.

La pop de Lightspeed Champion paraît parfois sans limites. Sur « Devil Tricks For A Bitch », on voit l’auteur se promener dans un jardin de violons baroques digne du One Year de Colin Blunstone. Sur « Dry Lips », on le voit se lancer dans une folk acoustique tout en arpèges qui monte progressivement avant d’exploser en un final chanté en chœur avec la chanteuse Emmy The Great (déjà présente à d’autres moments-clé du disque). On reste coi devant l’ambition du musicien, devant l’aisance avec laquelle il nous transporte d’un univers à l’autre. Le voyage s’achève avec « No Surprises (For Wendela) », une ultime ballade pop qui se termine par un lit de violons majestueux qui reprend la suite d’accords de « Midnight Surprise ».

Lightspeed Champion vient de nous offrir le premier album le plus vibrant de ce début d’année. Falling Off The Lavender Bridge est un grand disque, qui apporte la confirmation d’un talent éclatant qu’on est impatient de suivre à nouveau. On recommande grandement aux non-initiés de se le procurer au plus vite et de télécharger les quelques (indispensables) broutilles qu’il s’amuse à concocter dans sa cuisine.

 

 

Tracklisting :

1.    Number One
2.    Galaxy Of The Lost  *
3.    Tell Me What It’s Worth  *
4.    All To Shit
5.    Midnight Surprise  *
6.    Devil Tricks For A Bitch  *
7.    I Could Have Done This Myself
8.    Salty Water
9.    Dry Lips  *
10.    Everyone I Know Is Listening To Crunk
11.    Let The Bitches Die
12.    No Surprises (For Wendela) / Midnight Surprise  *

 

Vidéos :

« Galaxy Of The Lost »

 
« Midnight Surprise »
 

  

Vinyle :

Lightspeed-Champion.jpg

Eric

Rédacteur en chef, webmonstre, tête de veau, suiveur de modes, mauvaise foi.

2 Comments

  1. Oups ! un certain moment que ce disque s’affiche en tête de gondoles de nombreux disquaires…j’y ai à peine jeter une oreille distraite, classant celui-ci dans les « trop tendres » pour mes gouts persos..
    Et il faut cet article pour que je fasse le lien avec Test Icicles, groupe qui m’avait d’abord surpris par une grosse claque sonore à laquelle j’avais du m’habituer..avant d’y prendre gout…

    Bon je vais donc reecouter cet album avec plus d’attention..pour les soirées calmes !

Laisser un commentaire