FRANZ FERDINAND – Franz Ferdinand

Fantastisch

(Domino 2004)

“Nous faisons de la musique pour faire danser les filles”, telle est la vocation du quatuor écossais qui a bousculé les charts anglais et européens pendant l’année 2004.

Mission accomplie. Le groupe mené par Alex Kapranos en a fait danser plus d’une (et d’un) avec cet irrésistible premier album blindé de tubes. Franz Ferdinand ont un sens du riff très punk (tiré de leur admiration pour les Buzzcocks et Gang Of Four sans doute) ajouté à une raideur rythmique (et vestimentaire) inspirée des groupes de la période charnière 1979-81 qui a vu le punk se muer en new wave (on pense à Joy Division notamment).

Si le jeu de batterie peut irriter – le non-jeu pourrait-on dire car celui-ci consiste en un boum-tchi boum-tchi répétitif – il apporte néanmoins un côté dansant et maintient le tempo à un niveau rapide. Cette simplicité met en valeur le jeu des guitaristes, en particulier les lignes de basse minimalistes, mais tellement dansantes de Bill Hardy.

L’album débute calmement par “Jacqueline”, qu’Alex Kapranos entame d’une voix suave. Quelques accords acoustiques enrobent une mélodie, avant qu’une ligne de basse insistante n’entre en jeu, suivie de guitares tournoyantes et d’un refrain malin (“It’s always better on holiday, that’s why we only work when we need the money”). C’est direct, agressif, efficace, clinique presque. Plusieurs morceaux fonctionnent sur ce modèle, comme l’agressif “Cheating On You”, le controversé “Michael” (qui a eu un grand succès auprès de la communauté gay) et le génial “Darts Of Pleasure”, certainement la chanson la plus jouissive de l’album. “Ich heisse Herr Super-Fantastisch!
 
Franz Ferdinand réussissent aussi à faire danser avec des chansons moins agressives comme le tube “Take Me Out” qui après un début pop se mue en machine à danser via un riff malin. Dans le même genre, “Matinée” et “This Fire” sont des chansons pop parfaites : lignes de guitares entraînantes, riffs saccadés, rythmiques funky, refrains qui restent en tête… tout semble facile au point que le groupe se permet des fantaisies géniales comme un “Tell Her Tonight” à la basse élastique et à la mélodie naïve.
 
Et puis Franz Ferdinand possède en Alex Kapranos un leader né à la voix reconnaissable entre mille qui donne une identité propre au groupe. Celui-ci se révèle par ailleurs un auteur doué et cultivé qui donne une vraie dimension poétique aux chansons du groupe. Des textes comme “Words of love, words so leisured, words are poisoned darts of pleasure” relèvent d’un talent d’écriture qui donnent au terme “art-punk” tout son sens (punk des art-schools, autrement dit à connotation universitaire). Pas mal pour un groupe qui veut simplement faire danser les filles…
 
Le succès mérité de cet album a fait de Franz Ferdinand les détonateurs d’une vague de groupes (art-punk donc) qui frappe le Royaume-Uni ces temps-ci : Bloc Party, Futureheads, Art Brut et Rakes n’existeraient pas – ou n’auraient pas de deal – sans eux. Franz Ferdinand sont là pour durer.

 
 
 
  

 
Tracklisting :

1. Jaqueline  *
2. Tell Her Tonight  *
3. Take Me Out
4. Matinee  *
5. Auf Asche
6. Cheating on You
7. This Fire  *
8. Darts of Pleasure  *
9. Michael  *
10. Come on Home
11. 40 Ft

 
Vidéos :

“Take Me Out”

“Darts Of Pleasure”

 
 
“Matinée”
 

 
 
 
Vinyle :
 
Certaines éditions de l’album en vinyle possèdent une pochette marron qui fait ressortir la couleur crème du lettrage.