TAME IMPALA – Tame Impala EP De grandes promesses…

(Modular  2008)

Cette pochette colorée aux inspirations spatiales (le guitariste et chanteur est un passionné d’astronomie) abrite un excellent EP enregistré par un des groupes les plus prometteurs actuellement. Après avoir signé chez le label Modular (le label qui sort également les disques de Wolfmother), ce trio australien a publié ce généreux EP – six pistes pour vingt-cinq minutes de musique. Kevin Parker possède une prédilection pour concevoir des chansons longues et dont les structures, relativement complexes, laissent place à des changements de rythme (« 41 Mosquitoes flying in formation »). Dans ce groupe atypique, Parker compose tous les morceaux, et tient également plusieurs rôles : celui de chanteur, de guitariste, et partage la batterie avec Jay Simpson, qui joue des claviers et chante les chœurs. La basse est tenue par Dominic Simper.  

Le disque commence par un morceau au riff de guitare percutant, « Desire Be desire go », qui place le groupe dans un environnement heavy-psychédélique particulièrement pertinent[1]. La voix de Parker, qui prend à plusieurs reprises des intonations étrangement similaires à celles de John Lennon, s’inscrit la plupart du temps dans un registre plus proche des expérimentations des groupes apparus après 1969. La basse qui sert de socle à « Half Full glass of wine » et à « Slide Through my fingers » est prodigieuse, tout comme le solo qui termine « 41 Mosquitoes flying in formation ». Le disque est exceptionnel de diversité et d’inspiration, et le groupe parvient à maintenir un niveau impressionnant à ses chansons, malgré leur durée relativement importante.

Depuis la sortie de cet EP (en septembre 2008), Tame Impala n’est pas resté inactif, et au mois de mars 2009, le groupe est allé enregistrer un nouveau morceau, « Sunlight Syndrome », dans les studios Toe Rag de Liam Watson[2] (la chanson est excellente est peut être écoutée sur la page myspace du groupe). Le premier album de Tame Impala est annoncé pour le début de l’année 2010 : il faudra suivre cette sortie avec attention : si le LP est à la hauteur de cet EP, l’album de l’année pourrait ne pas être très loin…

 

 

Liste des chansons :

  1. Desire be desire go *
  2. Skeleton Tiger *
  3. Half full glass of wine *
  4. 41 Mosquitoes flying in formation
  5. Slide through my fingers
  6. Wander

Le groupe sur MySpace : www.myspace.com/tameimpala

 

Vidéos :

« Desire Be Desire Go »

 
« Half Glass Full Of Wine »
 

 

Vinyle :

Le disque est en format 10 pouces, soit 25cm, légèrement plus petit qu’un disque classique (30cm)

Tame Impala EP
 


[1] Le nom et le style de Tame Impala font référence à un groupe vénézuélien de la fin des années 1960, The Impala Syndrome, qui avait sorti un excellent LP en 1969.
[2] Parmi les disques que Liam Watson a enregistré et / ou produits, citons le premier album des Datsuns (The Datsuns), celui des Kills (Keep on your mean side) et le disque des White Stripes, Elephant.

Rémi

Rédacteur amiral, plombier polonais, dépoussiéreur d'étagères, objectivité totale.

6 Comments

  1. Salut les gars,

    Eh ben, l’annee commence fort avec un EP psyche comme celui-la, surtout qu’on s’inquiettaient , vu que vous ne donniez plus de nouvelles depuis quelques temps.
    Enfin bref, je vois que vous etes toujours en forme, cela fait plaisir.
    Merci encore pour toutes ces decouvertes et les prochaines.
    Planet gong en force pour 2010.
    Bonne annee a tous.
    Spawn from TLV.
    PS-1: Domage qu’il est tres difficile de trouver Cut on the hill gang meme sur amazon pour ceux qui habitent a l’etranger.
    PS-2: Je viens de me plonger apres moults hesitation dans la discographie de Sigur Ros, c’est un groupe vraiment extra qui prend aux tripes.
    PS-3: Je viens de decouvrir, Andrew Bird, genial ce chanteur.

  2. J’écoute sans cesse Tame Impala depuis la publication de cet article! Je ne m’en lasse, j’ai commandé ce qu’ils ont pour l’instant sorti; j’espère recevoir ça rapidement et les mettre sur la
    platine ! Merci

  3. J’ai découvert tout récemment l’album Innerspeaker, qui m’a laissé assez sceptique à la première écoute. Un point de comparaison facile : Desire be desire go, le seul titre du
    EP qu’on retrouve sur l’album. La version EP, enfumée et au son un peu « sale », est excellente, alors que la version LP, plus clean, plus claire et plus pop, lui fait perdre pas mal de texture et
    de saveur. Dommage…

    Je redonnerai sa chance à l’album, mais je crains de ne pas être plus emballé que ça malgré tout.

Laisser un commentaire