LOCKSLEY – Don’t Make Me Wait Un peu de fraîcheur

(Minimum 2009)

Au moment même où il émerge de Brooklyn une scène shoegazer sombre et intrigante (A Place To Bury Strangers, Vivian Girls, Crystal Stilts…), un quatuor enjoué vient semer la zizanie avec un rock’n’roll high energy orienté British Invasion. Locksley sont originaires de Wisconsin, ce qui explique peut-être leur approche enthousiaste de la musique qui tranche avec la scène locale, et le fait que Don’t Make Me Wait sorte du canon new-yorkais.

Manifestement tournés vers l’Angleterre Locksley semblent apprécier les Beatles du début, comme l’indiquent les morceaux « Let Me Know », « All Over Again » (qui doit beaucoup à « Eight Days A Week ») ou « My Kind of Lover », dans lesquels ils convainquent grâce à des ritournelles bien écrites et interprétées avec passion. On peut ainsi les placer dans un registre proche des Bishops ou des excellents Draytones.

L’album commence de façon spectaculaire avec l’excellente « Don’t Make Me Wait », qui possède une délicieuse mélodie à tiroirs et un refrain contagieux qui évoque les Fratellis. Locksley partagent avec ces derniers un amour des refrains crétins et accrocheurs, comme le démontre également « For You Pt. 2 » qui rappelle « Henrietta » des écossais. Les mélodies primesautières se succèdent ainsi, fraîches et dansantes et l’album possède quelques passages garage-rock agréables, tels ce « She Does » plein d’énergie ou ce « Why Can’t I Be You (Why Not Me) ».

Locksley faiblissent en fin d’album, d’autant que le nombre de morceaux lents peut lasser. Les ballades, omniprésentes, auraient peut-être gagné à être moins nombreuses, certaines étant franchement dispensables (« Past and the Present », « It Won’t Be for Long » trop affectée pour être honnête). De fait, Locksley flirtent souvent avec la mièvrerie, ce qui est souvent le risque lorsqu’on joue la carte de la fraîcheur et du premier degré. Moins poseurs que les Strokes et autres rockeurs new-yorkais qui se planquent derrière une attitude über-cool, Locksley jouent avec passion, sans arrière-pensée. C’est ce qui rend leur album attachant.

 

 

Tracklisting : 

1. Don’t Make Me Wait  *
2. Let Me Know
3. All Over Again
4. All of the Time
5. She Does *
6. Why Can’t I Be You (Why Not Me)  *
7. My Kind of Lover
8. Past and the Present
9. Into the Sun
10. Up the Stairs  *
11. It Won’t Be for Long
12. For You, Pt. 1
13. For You, Pt. 2
14. Only a Girl
15. Safely from the City

Le MySpace du groupe : www.myspace.com/locksley

 

Vidéos : 

« Don’t Make Me Wait »

 
« All Over Again »
 
 

Eric

Rédacteur en chef, webmonstre, tête de veau, suiveur de modes, mauvaise foi.

2 Comments

  1. J’ai eu la visite de leur « street team » et j’ai été très séduite par All Over Again et son vidéo marrant.  (un peu moins par leur single, très efficace mais qui me rapelle trop une autre chanson que j’aime).  En tout cas, votre article me rapelle que je m’étais promis de procurer leur disque justement pour leur fraîcheur…  D’après leur blog ils donnent un mini-concert gratuit avant leur prestation à la Maroquinerie :  » On savait déjà que Locksley viendra jouer à La Maroquinerie le 7 Mars. On sait désormais que, la veille, le groupe se produira à Saint-Germain-en-Laye pour un mini-concert gratuit.  Vendredi 6 Mars – Locksley + Good Time Collective, Le Crocodile – 38 rue de Paris – 78100 Saint-Germain-en-Laye »

  2. Pas mal du tout ce groupe et c’est vrai que leur musique, surtout pour ce qui est des refrains, rappellent les Fratellis.

    Sinon, si la vrai date de sortie vous interresse, sachez que l’album est sorti le 16 janvier 2007 (avec 13 titres) mais qu’il a été réédité en 2008 dans la version chroniquée ici (avec 15 titres donc).

Laisser un commentaire