THE WHO – BBC Sessions A la radio

(Enregistrements 1965-1973 ; sortie Polydor 2000)

Cet extraordinaire CD prouve que les archivistes de la BBC n’ont pas jeté toutes les bandes des groupes venus jouer en live pour la station… A partir des bandes rescapées, cette compilation regroupe les meilleurs morceaux du groupe enregistrés entre 1965 et 1973, et les présente dans l’ordre chronologique * (ce qui permet de remarquer les évolutions dans le son et les compositions du groupe). Les Who, célèbres pour la violence et la qualité de ses performances live, prouvent sur ce disque que leur réputation n’était pas usurpée.

The Who – BBC Sessions propose un regard général sur la carrière du groupe, depuis les premiers hits de British R’n’B (« Anyway Anyhow Anywhere » ; « My Generation »), jusqu’aux derniers morceaux, annonciateurs de la suite de la carrière du groupe (« The Seeker », puis l’attristant « Long Live Rock »), en passant par les chansons tirées des albums A Quick One et Tommy (« Run Run Run », « Boris The Spider », « I’m Free »…) et quelques-uns des singles du groupe (« Happy Jack », « I’m A Boy »…).

Quelques albums fantastiques, des hits implacables, des performances live inégalées : les Who (en tout cas, dans la période qui est présentée ici) sont l’une des formations rock définitives. Les compositions de Townshend, déjà efficaces en elles-mêmes, sont sublimées par l’interprétation qu’en donnait le groupe, dont le membre le plus remarquable est – une fois n’est pas coutume – le batteur. Keith Moon, batteur survolté et prodigieux au jeu unique : il martèle furieusement et apporte à chaque chanson un élément unique : sur  « Happy Jack », son jeu tient du prodige, et sa batterie semble à la limite de l’explosion à chacune de ses frappes. Ce disque est aussi l’occasion d’admirer le jeu de John Entwistle, le bassiste, membre « discret » du groupe sur scène (pendant que les trois autres se démenaient en tous sens, il demeurait immobile, enchaînant sans faillir des suites d’accords hallucinantes), dont le jeu bondissant offre un contrepoint parfait à celui de Keith Moon. Avec une telle section rythmique (la meilleure de l’histoire du rock ? Le débat est ouvert), rien ne semblait en mesure d’arrêter le groupe. Issu du mouvement mod, le groupe joue plusieurs morceaux sortis par Motown : « Good Lovin’ », « Just you and me, darling », « Leaving here », mais aussi la chanson la plus célèbre de Martha and The Vandellas, « Dancing in the streets », et même un morceau des Everly Brothers, « Man With Money » qui bénéficient d’un traitement énergique et parfait par le groupe de Townshend. Les Who reprennent aussi « Shakin’ All Over » de Johnny Kidd & The Pirates, dans lequel ils insèrent une partie du « Spoonful » de Willie Dixon : impressionnant. Ces reprises, pour la plupart inédites, sont une belle découverte, qui ferait presque oublier l’absence de chansons issues de Sell Out

Heureusement, même sans les chansons de leur meilleur album, ce disque reste d’une richesse impressionnante. Les quelques interviews laissent apparaître un groupe heureux (un impromptu de batterie de Keith Moon interrompt le DJ à la fin du morceau « Disguises »), sûr de son fait et parfois surpris des questions (Townshend : « ‘Substitute’, in a way, didn’t mean anything… at all. »). L’intro du DJ sur « I’m Free » apporte même un élément intéressant à la chanson. Les  interprétations des chansons écrites par Townshend sont impressionnantes : la rage inouïe de « Anyway Anyhow, Anywhere », le final extraordinaire de « My Generation », le morceau plus pop « La la la lies », qui offre un bon exemple de ce que Keith Moon était capable d’apporter à une chanson, le solo de guitare de « Run Run Run »… The Who – BBC Sessions propose aussi une version de « A Quick One (while he’s away) », une des grandes chansons du groupe, dont l’écoute est toujours une expérience incroyable : d’une construction complexe et ambitieuse, ce ‘mini opéra-rock’ met tout à tour en valeur chaque membre du groupe, sans jamais perdre en efficacité.

Excellent témoignage (même s’il reste incomplet) de la carrière des Who, ce CD est indispensable à tout fan du groupe, mais aussi à tout fan de rock : le niveau des performances live du groupe permet de remettre en perspective celui des autres groupes.

 

 

Tracklisting :

1- My Generation (radio 1 jingle)
2- Anyway, Anyhow, Anywhere
3- Good Lovin’ (R. Clark / A. Resnick)
4- Just you and me, darling (James Brown)
5- Leaving Here (Holland/Dozier/Holland = Motown)
6- My Generation
7- The good’s gone
8- La la la lies
9- Substitute
10- Man With Money (D. Everly / P. Everly = The Everly Brothers)
11- Dancing in the street (W.M.Stevenson / M. Gaye / J. Hunter => Martha and The Vandellas)
12- Disguises
13- I’m a boy
14- Run run run
15- Boris the spider
16- Happy Jack
17- See my way
18- Pictures of Lily
19- A quick one (while he’s away)
20- Substitute (version 2)
21- The seeker
22- I’m free
23- Shakin’ all over (F. Heath) / Spoonful (Willie Dixon)
24- Relay
25- Long Live Rock
26- Boris the spider (radio 1 jingle)

* L’ordre chronologique est respecté, mis à part pour les deux premières pistes, des spots de ‘promotion’ de la BBC sur les airs de « My generation » et de « Boris the spider », enregistrés lors de la session du 10/10/1967 (deux mois avant la sortie de leur album The Who Sell Out, sur lequel le groupe a joué de nombreux autres jingles radio, écrit – et chanté des fausses pubs, etc.).

 

Rémi

Rédacteur amiral, plombier polonais, dépoussiéreur d'étagères, objectivité totale.

2 Comments

  1. ha! les mods. un de mes premiers albums "sell out " puis "Quadrophenia, live at leeds , bref presque la totale..
    Certains à mon époque naissaient Beatles ou Stones..moi ce fut les Who !
    Un batteur fou furieux.un bassiste impassible mais de génie, un guitar solo idem et Daltrey..
    je rajouterais aussi le live à isle of Wight .pour l’integrale Live de Tommy..

    mais ces bandes de la BBC je ne les ai pas encore entendues..je m’en occupe très prochainement

    Ps : tu avais raison j’ai assisté à un concert des "  Magic Numbers" mémorable entrain et voix magnifiques, de plus une bonne humeur communicative..nombreux anglais et bataves avaient fait le deplacement, remplissant cette petite mais sympathique salle…
    Fin du mois The Raptures puis Sean Lennon..à suivre
    @+

Laisser un commentaire